background preloader

Réponses à la mauvaise foi carniste

Facebook Twitter

La pilule rouge: Guide de justification pour nuire et exploiter les animaux. C’est une comparaison entre les humains et les chiens.

La pilule rouge: Guide de justification pour nuire et exploiter les animaux

Dès lors, tu dis que tuer ton chien serait immoral car il fait partie de ta famille. Tuer quiconque en dehors de ta famille est donc justifiable, tu appliquerais cela aux étrangers alors ? Un étranger humain ne fait pas partie de ta famille, au contraire de ton chien. L’argument « tu humanises les animaux » ne peut pas être invoqué, car tu es celui qui humanise les animaux dans ce cas-ci, en les comparant à ta famille. NO COMPROMISE. NO MORE EXCUSES. ("Being vegan is SO expensive, only rich white...)

Les animaux pensent-ils ? Ils sont zoologue, ethnologue, psychologue, biologiste ou cogniticien et se passionnent pour le comportement des bêtes.

Les animaux pensent-ils ?

Ces chercheurs ont conçu une batterie de tests étonnants. Les secrets du marketing. NO COMPROMISE. NO MORE EXCUSES. (myvegansoul: This is AWESOME!!) Comment se supplémenter en B12 ? In your description it says "Take responsibility for your health. Go vegan" how is eliminating the most primal of food instincts and main source of good proteins taking "responsibility for your health" it's damaging you more than he.

La végéphobie, c'est la faute aux végés! - Végéphobie. Car s'ils n'existaient pas, il n'y aurait pas de végéphobie.Mais ils existent, et ils n'ont même pas besoin d'ouvrir la bouche pour que ça se déchaîne, comme en témoignent ces commentaires sur un article du blog d'Insolente Veggie: Commentaire signé «mouki» sur le post "VEGGIE PRIDE Genève 18 mai 2013": À part ça, ma simple participation à la Veggie Pride et à quelques événements connexes m'a valu des réactions très négatives de la part de certaines personnes de mon entourage, je m'en suis pris plein la poire pour pas un rond...

La végéphobie, c'est la faute aux végés! - Végéphobie

Un peu plus loin, un commentaire signé «Gudule»: D'ailleurs à propos de justification, même si y a nettement moins de végéphobie en Suisse, c'est vrai que c'est toujours le même schéma : - tu commandes le plat végé - une personne te demande si tu es végé - tu réponds oui - cette personne rigole, puis se justifie sur son carnisme, puis te traite d'extrêmiste, puis t'engueule parce que tu essayes de l'endoctriner.

Pourquoi manger de la viande ? – Recette 2. Les animaux-emballages. Un grief fréquent contre les alimentations végétariennes est la nécessité qu'elles impliquent de prendre un complément de vitamine B12.

Les animaux-emballages

Ce nutriment, abondant dans la viande, est en effet pratiquement absent des plantes, et une personne végétalienne doit s'assurer un apport régulier par la prise de suppléments ou d'aliments supplémentés (certains jus de fruits, corn flakes...). Végétarien ou vegan : les 5 raisons du végétarisme (regime vegetarien) Cet article ne fera pas de vous un hippie herbivore qui mâchouille sa feuille de salade entre deux sessions de djembé.

Végétarien ou vegan : les 5 raisons du végétarisme (regime vegetarien)

Il s'agit de s'inspirer et tirer le meilleur du modèle végétarien. Si mon dernier article sur la nutrition m’avait déjà valu quelques ennemis, celui-ci risque bien de me valoir l'ostracisme de la communauté des hommes. Il faut dire que les gens n’aiment pas qu’on leur parle de ce qu’il y a dans leur assiette : manger est un plaisir et l’on envisage mal le renoncement à ce « péché de la chair ». Les anges gardiens de nos foies comme ceux qui prétendent défendre nos âmes prônent l’ascétisme, mais nous vivons dans une contemporanéité qui fait sa part belle à la jouissance et à l’instantanéité. Ils disent « ni Dieu, ni maître » mais voilà l’état, l’école et la pub qui nous répètent de « manger 5 fruits et légumes ».

La vision de Bâtard Sensible sur le sujet De meilleures performances Des sportifs légendaires qui mangeaient de la salade - James Donaldson, Star NBA de basketball. Psychologie de la souffrance des légumes. (attention ce texte est assez sérieux et pas très drôle) Vous le savez, la remarque la plus idiote et la plus fréquente que vous entendez quand vous êtes végétarien, c’est « le cri de la carotte », remarque qui contient des variantes pleines d’imagination telles que « as-tu pensé à la souffrance de la salade ?

Psychologie de la souffrance des légumes.

» ou encore «et les poireaux ? Faut les tuer aussi ! Tu n’as pas honte ? L'adieu au steak. Dans le crâne d'un tueur. Luiz Antonio: Why He Doesn't Want to Eat Octopus - Translated into English. PETIT POISSON DEVIENDRA GRAND… . . .

PETIT POISSON DEVIENDRA GRAND…

Pourvu que Dieu lui prête vie – ou, du moins, pourvu qu’on le laisse en paix ! Avant de devenir végane, j’ai fait les choses par étapes. D’abord la viande rouge, ensuite la viande blanche, puis le poisson. Paradoxalement, j’avais arrêté les produits laitiers et les oeufs bien avant de laisser tomber le poisson – peut-être pas si paradoxalement que cela car c’est mon intolérance aux produits laitiers qui m’a poussée à arrêter d’en consommer, avant que cela ne devienne un véritable choix éthique. Il n’empêche, j’étais un brin paradoxale : je ne mangeais plus de viande mais je continuais de me gaver de sushis au restaurant japonais… Je crois que c’était la dernière survivance de mon ancien régime carné, l’ultime petite trace de ce qui me rattachait à ma famille, ma manière de leur dire : ‘Mais non, ne vous inquiétez pas, regardez, je mange du poisson !’

Bon, je suis gentille : Oui, on m’a déjà dit de ne pas jouer avec la nourriture… C’est dégueulasse de dire aux omnivores qu’ils tuent pour manger. Pour un monde sans respect. Je me rappelle encore bien d'une discussion que j'ai eue il y a plusieurs années, et qui m'avait beaucoup frappé parce que j'y avais eu la compréhension brutale de ce que signifiait vraiment l'idée de « respect ».

Pour un monde sans respect

J'avais longuement discuté avec un copain écolo de la justesse qu'il pouvait y avoir à manger de la viande, et progressivement, à la suite de nombreux arguments et contre-arguments, je voyais venir le moment où il lui faudrait logiquement convenir que manger des animaux était une injustice à leur égard, et que cette injustice était ni plus ni moins importante que s'il s'agissait d'humains.

En fait, déjà à l'époque, on m'avait plusieurs fois opposé en des circonstances similaires cette notion de respect, et j'ai eu depuis fréquemment l'occasion de l'entendre à nouveau.