background preloader

Les Classiques

Facebook Twitter

Top 10 des œuvres classiques

La Machine à explorer le temps. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Machine à explorer le temps

La Machine à explorer le temps (titre original : The Time Machine) est un roman de science-fiction, écrit en 1895 par H. G. Wells (Royaume-Uni). Fondation (Asimov) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fondation (Asimov)

Ce premier livre du Cycle de Fondation est décomposé en cinq parties, chacune formant une histoire à part entière et couvrant toutes les cinq les cent cinquante premières années de l’interrègne environ. 80 È.F. — Salvor Hardin a renversé le conseil de l’Encyclopédie et pris le pouvoir juste après la première apparition de Hari Seldon dans le caveau. Il fournit le seul atout de la Fondation, l’énergie nucléaire, aux royaumes voisins qui ne la possèdent plus, en échange de leur non-ingérence. Pour mieux la faire accepter, il bâtit une religion qui en contrôle la diffusion et l’utilisation. Avec l’appui des prêtres, il s’en servira ensuite comme arme pour prendre le dessus sur ses encombrants voisins, au premier plan desquels figure le royaume d'Anacréon. 135 È.F. — Les Marchands de la Fondation parcourent tout un secteur de la Galaxie en vendant des articles miniatures fonctionnant à l’énergie atomique.

Dune (roman) La Nuit des temps. La Planète des singes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Planète des singes

La Planète des singes est un roman de science-fiction, publié en 1963 par l'écrivain français Pierre Boulle. Il raconte l’histoire d’un groupe de trois hommes qui explorent une planète lointaine similaire à la Terre, où les grands singes sont les espèces dominantes et intelligentes, alors que l'humanité est réduite à l’état animal. La Planète des singes est l'un des romans les plus célèbres de Pierre Boulle, traduit dans de nombreuses langues, et a fait l’objet de plusieurs adaptations cinématographiques.

Thème et inspiration[modifier | modifier le code] La Ferme des animaux. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Ferme des animaux

Résumé[modifier | modifier le code] Un jour, les animaux de la ferme du Manoir sont convoqués dans la grange par Sage l'Ancien, le plus vieux cochon de la ferme et des fermes dans les alentours. L’animal leur fait part de son rêve de la veille décrivant un monde débarrassé d'humains, leur laissant entrevoir les nombreux avantages dont les animaux pourraient profiter (travailler dignement et non plus en esclaves, avoir des loisirs, vivre plus longtemps, avoir une retraite, pouvoir se nourrir à sa faim, etc...), il exhorte tous les animaux à se soulever contre le fermier, M. Jones, l'unique source de tous leurs problèmes tout en entonnant un chant révolutionnaire sorti de son rêve intitulé Bêtes d'Angleterre. Fahrenheit 451. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fahrenheit 451

Le titre fait référence au point d'auto-inflammation, en degrés Fahrenheit, du papier. Cette température équivaut à un peu moins de 233 °C. Résumé[modifier | modifier le code] Première partie : Le foyer et la salamandre[modifier | modifier le code] Dans la nuit, le pompier Guy Montag marche sur la route pour rentrer chez lui. Arrivé chez lui, il trouve sa femme Mildred étendue sur le lit sans connaissance et à ses pieds gît un petit flacon de cristal vide : elle vient d'absorber son contenu, une trentaine de comprimés d'un somnifère. Le lendemain, elle ne se souvient plus de rien. Montag croise régulièrement Clarisse dans la rue. La Guerre des mondes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Guerre des mondes

C'est l'une des premières œuvres qui confronte l'humanité et une race extraterrestre hostile[1], et le reflet de l'angoisse de l'époque victorienne et de l'impérialisme. La Guerre des mondes a été adapté en feuilletons radiophoniques (dont une version de Orson Welles qui défraya la chronique en 1938), jeux de rôle, bande dessinée ainsi que deux longs-métrages (le premier a été réalisé par Byron Haskin en 1953 et le second par Steven Spielberg en 2005).

Résumé[modifier | modifier le code] (…) Par delà le gouffre de l’espace, des esprits qui sont à nos esprits ce que les nôtres sont à ceux des bêtes qui périssent, des intellects vastes, calmes et impitoyables, considéraient cette terre avec des yeux envieux, dressaient lentement et sûrement leurs plans pour la conquête de notre monde (…) »

Le Meilleur des mondes. 1984 (roman) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

1984 (roman)

Il décrit une Grande-Bretagne trente ans après une guerre nucléaire entre l'Est et l'Ouest censée avoir eu lieu dans les années 1950 et où s'est instauré un régime de type totalitaire fortement inspiré à la fois du stalinisme et de certains éléments du nazisme[2],[3]. La liberté d'expression n’existe plus. Toutes les pensées sont minutieusement surveillées, et d’immenses affiches sont placardées dans les rues, indiquant à tous que « Big Brother vous regarde » (Big Brother is watching you). Le monde en 1984 selon George Orwell[4]. Le territoire contrôlé par l'Océania est représenté en rose.

Winston Smith, 39 ans, habitant de Londres en Océania, est un employé du Parti Extérieur, c'est-à-dire un membre de la « caste » intermédiaire du régime océanien, l'Angsoc (mot novlangue pour « Socialisme Anglais »).