background preloader

Transition environnement société

Facebook Twitter

Clément à la rencontre des Oasis : direction l'Ouest. Bonjour, Je m'appelle Clément et je suis actuellement en service civique au sein du mouvement Colibris sur le projet Oasis. Pendant ce mois d'aout, je réalise un tour de France afin de visiter les différents lieux qui illustrent le "vivre ensemble". Lors de ce parcours, je vais découvrir plusieurs lieux ressources et lieux de vie. Première étape, direction l'Ouest ! L'Oasis des 7 Cercles L'Oasis des 7 cercles est située à Jarzé, près d'Angers. Ses fondateurs, Catherine et Laurent, la définissent comme "un lieu de vie et d'accueil pour cultiver l'instant présent grâce au vivant". Le lieu est très accueillant, les différents corps de ferme structurent l'espace et les massifs de verdure adoucissent le côté rustique du vieux bâti. Grâce aux différentes discussions que j'ai eues avec chacun, j'ai compris comment s'organisait le lieu tout au long de l'année.

Le rythme de chaque journée est adapté aux personnes accueillies. Éconids L'éco-hameau du Ruisseau Et ils ont innové ! Legênantvert (@legnantvert) | Twitter... La consommation de viande menace la planète. La croissance continue de la consommation de viande dans le monde constitue la plus importante menace pour la biodiversité. La pression sur les écosystèmes est telle qu’elle contribue à l’extinction d’espèces naturelles, conclut une nouvelle recherche universitaire américaine. Les scientifiques recommandent donc une réduction de l’alimentation carnée. La production mondiale a déjà été multipliée par quatre depuis 50 ans, passant de 75 millions de tonnes à plus de 300 millions de tonnes. Résultat : un citoyen issu d’un pays industrialisé consomme aujourd’hui 76 kilogrammes de viande par année (167 livres), contre 43 kilogrammes en moyenne dans le monde. Cette tendance lourde a bien sûr un impact majeur sur l’utilisation des terres.

À l’heure actuelle, les pâturages nécessaires aux animaux accaparent déjà 70 % des terres cultivables sans compter 10 % uniquement pour la culture du grain nécessaire pour les nourrir. Faune et flore menacées Réduire la consommation. Dix bonnes raisons de manger bio. Yves Gagnon dans son jardin. Moins mécanique et énergivore, l’agriculture biologique est pourtant plus rentable une fois le sol dépollué et régénéré. Contrairement à ce qu’affirme la propagande véhiculée par l’industrie agrochimique, les aliments certifiés biologiques sont de bien meilleure qualité nutritive, sanitaire et environnementale. – Pesticides : quels aliments en contiennent le plus?

Fortes d’un chiffre d’affaires annuel de 44 milliards de dollars généré par la vente de pesticides synthétiques contre 2,2 milliards pour les biopesticides (BCC Research, 2012), les sociétés agrochimiques font tout en leur pouvoir pour maintenir en place un système de production alimentaire qui sert leurs intérêts. Ainsi, elles mettent en œuvre des stratégies pour dénigrer l’agriculture biologique, qui freine la vente de pesticides de synthèse, dont plus de 80 % sont consacrés à l’agriculture industrielle, selon l’Agence américaine de protection de l’environnement (US EPA).

Catégorie: Manger Santé. « Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre. Daniel Testard est un boulanger atypique. Il ne travaille que deux jours par semaine pour pouvoir s’occuper de son jardin, pratiquer le chant et la musique, écrire et s’exercer à la méditation. Il ne vend pas lui-même son pain : il fait confiance à ses clients qui paient directement leurs achats, dans une corbeille.

Il récupère l’eau de pluie, qu’il filtre et incorpore aux farines de blé anciens, biologiques, qu’il se procure illégalement. « J’ai toujours résisté à l’idée que soit on augmente son chiffre d’affaires, soit on disparaît. » Une pratique construite depuis 30 ans, à Quily, dans le Morbihan, qui vise à bâtir une vie harmonieuse où le travail n’aliène pas mais rend libre. Un petit livret à la couverture orange, une impression ancienne, un objet que l’on a envie de garder précieusement. Il l’a écrit il y a quelques années, après avoir réinventé son métier. Et comme il ne pouvait pas vendre son pain en même temps qu’il le faisait, Daniel a choisi de ne pas le vendre lui-même. Basta ! Passerelle Eco - Ecovillage Global et Permaculture. Environnement-magazine.fr : leader presse professionnels actuali. Expodurable.com - Le salon en ligne du développement d.

Remuer la terre, c'est remuer les consciences. Qu'est-ce qu'une agriculture productive ? Une agriculture au juste prix, c'est quoi au juste ? Marinaleda, Andalousie : Un modèle d'auto-gestion unique en Europe. A propos du projet Éditer Depuis 1978, dans le village de Marinaleda en Andalousie (Espagne), tout le monde gagne le même salaire, qu’on travaille au champ, à l’usine ou dans les bureaux, soit 1128 € par mois. De quoi bien vivre, puisque tous les services et le logement sont gratuits, ou presque. Les loyers sont en effet de 15 € par mois pour une maison de 90 mètres carrés. Le droit au logement est garanti : la municipalité fournit le terrain et la personne qui souhaite s’installer est aidée pour construire elle-même sa maison.L’accès à la santé, à l’éducation et aux activités culturelles est gratuit ou presque, ainsi que les services comme la garderie… Marinaleda a une taxation parmi les plus faibles d’Andalousie.

En quoi ce projet est-il singulier et créatif ? Le système est simple : les habitants ont créé une coopérative qui ne redistribue pas les bénéfices. Les maisons sont construites sur des terrains municipaux. Quelle est la plus-value sociale du projet ? Qui a déja été visiter? Marinaleda, une utopie vers la paix. Une équipe de chaque côté, un arbitre au milieu, le public autour et la balle au centre. Vous connaissez. Sauf que là, on voit que l’une des équipes n’a pas de chaussure, que les joueurs ont des maillots en loque, des pansements, des béquilles et des bras cassés.

De l’autre côté, par contre, ils sont suréquipés, bottés, robotisés, informatisés, sur-armés avec des chars, des hélicos, des drones. Un énorme rouleau compresseur face à un moucheron récalcitrant. Et pourtant l’arbitre fait comme si de rien n’était, comme si il y avait deux camps équivalents, de même force et de même niveau. Grotesque ? A TEL AVIV rencontre avec l’historienne IDITH ZERTAL.

La coopérative intégrale, ou comment répondre aux besoins individuels et collectifs hors des règles du marché. Mettre en réseau des alternatives locales, à l’impact limité, pour poser les bases d’un nouveau système économique, financier et solidaire, capable de répondre concrètement aux besoins individuels et collectifs à grande échelle. Tel est l’objectif de la Coopérative intégrale catalane qui se construit depuis six ans.

Coopératives de productions agricoles ou industrielles, épiceries solidaires, centre de santé, réseau d’approvisionnement, structures de prêts et de financement… Entre 3000 et 4000 personnes sont déjà actives au sein de cette coopérative intégrale, qui doit permettre de vivre en dehors du système capitaliste et proposer une alternative à son hégémonie. Les projets concrets d’alternatives sont souvent limités à une petite échelle. Depuis 2009, le pari de la Coopérative intégrale catalane est de chercher une alternative globale au système actuel. CIC : vidéo principale from Collectif Engrenages on Vimeo. Sous son aile se sont créées plusieurs coopératives-outils.

Le revenu universel de base est-il une mesure réaliste? Juha Sipilä le Premier ministre finlandais (de centre-droit) l’a annoncé il y a quelques jours lors de son discours de politique générale : il veut expérimenter dans son pays le revenu de base, le revenu universel. Une allocation pour tous, qui remplacerait tous les aides par ailleurs, allocations chômage, aides au logements, pensions de retraite même. La Finlande imagine ainsi lutter contre la pauvreté et contre le chômage de masse. 1000 € par mois pour tous et pour chacun, sans contrepartie.

Libre ensuite à tout le monde de compléter en travaillant. Le travail deviendrait alors un choix. Ou tout du moins, tendrait à devenir un choix. La Finlande franchit le pas, d’une possible concrétisation de cette idée économique ancienne et qui bouscule les clivages politiques. La ville d’Utrecht va tenter l’expérience à une petite échelle en janvier 2016… Le revenu de base en question… Suivez-nous sur twitter Intervenants. Alternatiba - Nos enfants nous remercieront. Jour 58 – 1er aout Arrivés la veille de Bordeaux, ce sont aujourd’hui les premiers coups de pédales de Romain et Ismaël. L’étape du matin est courte vers Philippeville, il fait un soleil de plomb et nous arrivons en plein marché dans cette commune fortifiée par Vauban. Le cap des 3000 km vient d’être franchi. Nous sommes reçus par Jean-Marie Delpire, le maire de Philippeville. Il nous expliquera que la ville ne renâcle pas à soutenir les alternatives : solution au tout voiture, service d’échange local, boutique de seconde main, mise en place d’une ressourcerie… Puis c’est la section locale de Nature & Progrès qui nous reçoit pour le repas.

Après une sieste vers 16 h, la température devient plus supportable, c’est l’heure du départ pour Matagne-la-Petite. Entretemps Yvan est aux petits soins et nous prépare un bon barbecue avec Stéphane des Amis de la Terre. Jour 59 – 02 août Derniers remerciements à Yvan et Stéphane et nous nous élançons en direction du festival Esperanzah. Les Amanins | Centre agroécologique. Mouvement Colibris.

Librairies

The end of oil? | Playlist. Économie sociale et solidaire. L'actualité du Développement Durable sur durable.com. Les Ernest - 15 minutes pour changer notre vision du monde. RELIESS | Politique publiques en économie sociale et solidaire.