background preloader

Histoire

Facebook Twitter

Quand le numérique raconte l'Histoire. Participez à la fabrique de l’histoire des Mayennais | Archives départementales 53. Votre contribution Vous pouvez contribuer à l’écriture de notre mémoire commune en témoignant de la manière dont vous avez vécu cette parenthèse inédite, que vous soyez travailleur, télétravailleur ou confiné. Acteurs de la santé, des services « essentiels » (entreprises et administrations en poursuite d’activité) et des initiatives solidaires, vous êtes particulièrement appelés à témoigner. Vos productions doivent être personnelles et originales, elles peuvent prendre la forme de texte, de témoignages oraux ou vidéos, d’albums photos ou de toute autre expression.

Vous êtes invités à nous transmettre vos réalisations à la fin de la période de confinement, sous forme de don. Une source originale pour l'histoire du temps présent Vos histoires pourront être communiquées et diffusées, de manière anonymisée ou non selon votre choix, dans le respect de la vie privée des personnes concernées. La Bible n'est pas tombée du ciel ! - Thomas Römer. Coronavirus : L'inquiétude au Musée de la Préhistoire de Tautavel, dans les Pyrénées-Orientales. Le musée de la Préhistoire de Tautavel se fait du souci pour l'avenir. Déjà dans une situation financière délicate, la fermeture de l'établissement, en raison du confinement, pourrait avoir des conséquences. "Le mois d'avril est traditionnellement un mois important pour nous, explique la directrice Sophie Grégoire.

Entre les vacances et les sorties scolaires, c'est pour le musée le troisième mois le plus fréquenté après juillet et août. Toutes les sorties scolaires prévues en mai et en juin sont compromises or nous accueillons en moyenne 10.000 visiteurs scolaires par an. " Chaque année, environ 60.000 personnes visitent le musée. Depuis le début du confinement, les 17 salariés et les 18 chercheurs sont tous en télétravail. Aucune date n'a encore été annoncée pour la réouverture des musées. "_Le 11 mai, une partie du personnel va revenir au musée pour assurer l'entretien des collections. Après avoir été menacé de fermeture, un vaste projet de rénovation du musée a été validé en 2017. Le chewing-gum paléolithique a parlé. En retrouvant un chewing-gum vieux de 5 600 ans, les archéologues ont mis au jour un trésor : de l'ADN y était caché... et il a parlé ! On part au Danemark, ce matin où un chewing-gum préhistorique a parlé.

Il est même très bavard, ce chewing-gum vieux de 5 600 ans ! Il a été découvert dans le sud du pays, sur l'île de Lolland au lieu-dit Syltholm, pile sur le chantier d'un pont qui, bientôt, reliera le Danemark à l'Allemagne. Il mesure à peine deux centimètres, ce trésor. Première question qui vous brûle les lèvres : que mâchait-on à cette époque très reculée ? Mais comme ce n'est pas la 1ère fois que l'on trouve ces morceaux de goudron mastiqués préhistoriques et que pas mal d'entre eux portaient encore la marque de dents de lait, on imagine qu'il y avait un usage récréatif, comme aujourd'hui le chewing-gum. De l'ADN coincé dans les plis du chewing-gum Figurez-vous qu'à force de l'avoir mâché et remâché ce chewing-gum, son propriétaire, d'il y a 5 600 ans, a fini par y laisser de l'ADN.

L'Afrique de l'Est est-elle le berceau de l'humanité ? Des galets en calcaire et en silex taillés ont été découverts à Sétif, à 300 km à l'est d'Alger, par une équipe de chercheurs internationaux dont des scientifiques algériens. Les outils ressemblaient exactement à ceux dits Oldowan, trouvés jusqu'alors principalement en Afrique de l'Est. Ils ont aussi déterré à proximité des dizaines d'ossements animaux fossilisés, présentant ce qui ressemble à des marques d'outils - de véritables outils de boucherie préhistoriques.

Ces ossements proviennent d'ancêtres crocodiles, éléphants, hippopotames ou encore girafes. Plusieurs "berceaux de l'humanité" en Afrique Depuis des décennies, l'Afrique de l'Est est considérée comme le "berceau de l'humanité". On y a trouvé les outils les plus anciens : 2,6 millions d'années. La découverte annoncée jeudi 29 novembre 2018 et publiée dans la revue Science, sur le site de Aïn Boucherit, rivalise désormais avec cette période. La perspective de trouver "plus de matériaux archéologiques" dans le Sahara. On sait enfin à quoi servaient les statues de l’île de Pâques - Edition du soir Ouest France - 12/10/2018. Otzi la momie n’en finit pas de livrer ses secrets. L’histoire de cet « Hibernatus » continue d’intriguer le monde entier. « L’homme des glaces », âgé de 5 300 ans, dont le corps momifié a été trouvé dans les Alpes d’Ötztal (entre l’Autriche et l’Italie), par deux randonneurs, en 1991, n’a pas livré tous ses secrets.

De récentes recherches ont permis d’en apprendre davantage sur les causes exactes de la mort d’Otzi, exposé au musée archéologique du Sud-Tyrol de Bolzano (Italie) depuis sa découverte. Un passage aux rayons X de cet homme de l’âge du cuivre, emprisonné dans les glaces (ce qui explique son excellent état de conservation), à la frontière italo-autrichienne, a permis de découvrir qu’il avait été probablement victime d’une flèche, dont la pointe a été repérée en dessous de l’épaule. Un assassinat ? En utilisant les sciences de l’archéobotanique et la paléométallurgie, l’enquêteur a également trouvé des traces de pollen lui permettant de situer la mort à la fin du printemps ou au début de l’été. Que révèlent ses outils ? Carnac. La chasse au mammouth est ouverte - Bretagne - LeTelegramme.fr. Découverte en Israël du plus ancien « Homo sapiens » hors d’Afrique. Un fossile vieux de 180 000 ans trouvé sur le mont Carmel est le plus vieux représentant de notre espèce connu hors du berceau africain de l’humanité.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Hervé Morin Quand l’homme moderne, alias Homo sapiens, est-il sorti d’Afrique ? La présence de fossiles appartenant à notre espèce dans les grottes israéliennes de Skhul et Qafzeh, datés respectivement de 90 000 et 120 000 ans, donnait une fourchette assez large. Mais la découverte d’une demi-mâchoire datant d’environ 180 000 ans, dans la grotte toute proche de Misliya, sur le mont Carmel, elle aussi attribuée à un sapiens, montre que les excursions vers le Levant ont été bien plus précoces qu’on ne l’avait envisagé. « Cela double presque l’ancienneté de ces premières migrations hors d’Afrique, se réjouit l’anthropologue Israël Hershkovitz (université de Tel-Aviv), responsable des fouilles.

Lire aussi : La découverte qui bouleverse l’histoire d’« Homo sapiens » « Sens du confort » D’étranges traces de pas découvertes en Crète. Près de Brest, une découverte archéologique majeure. Des scientifiques ont mis au jour des traces artistiques du paléolithique supérieur à Plougastel-Daoulas (Finistère). En plus d’être très rares en Europe, elles sont aussi les plus anciennes du genre en Bretagne. « Une valeur archéologique exceptionnelle. » Bientôt quatre ans que Nicolas Naudinot, enseignant chercheur à l’université Côte-d’Azur CNRS-CEPAM, travaille sur le site du Rocher de l’Impératrice, à Plougastel-Daoulas (Finistère). Grâce aux fouilles entamées en 2013, les équipes ont découvert d’incroyables traces artistiques du paléolithique supérieur : une quarantaine de gravures réalisées sur des petits fragments de schiste. « Leur valeur est précieuse à plusieurs niveaux, précise Nicolas Naudinot.

D’abord, sur le plan régional : ce sont les plus anciennes de Bretagne. » En outre, les vestiges de ce genre sont très rares. « Il en existe très peu en Europe », souligne le chercheur. Saulges. Dans les coulisses du musée de la Préhistoire. Il ouvrira au public samedi 18 mars. Des vitrines avec des objets d’époque, des ateliers, une visite virtuelle de la grotte ornée Mayenne sciences… Le programme est alléchant. Un musée vivant Durant des millénaires, la présence de l’activité des hommes a largement dépendu des fluctuations du climat de l’évolution de la faune et de la flore. Ce lien étroit entre l’homme et la nature est expliqué tout au long de l’exposition.Au rez-de-chaussée, des objets originaux témoignent des temps forts de la Préhistoire à Saulges. Le parcours s’articule autour d’une salle de projection dédiée à la restitution virtuelle de la grotte Mayenne sciences, découverte en 1967.

Au 1er étage, les chercheurs et archéologue disposent d’un espace de travail adapté. Retrouvez notre article dans le dimanche Ouest-France du 12 mars, en version papier ou numérique. L’homme préhistorique se plaisait en Mayenne. La curiosité géologique est située au fin fond du bocage mayennais, à l’est de Laval. Une trentaine d’hectares nettement plus escarpés. Les habitants des trois communes concernées, Saint-Pierre-sur-Erve, Saulges et Thorigné-en-Charnie, parlent du canyon. C’est plus exactement une vallée (de l’Erve) au sous-sol calcaire, propice aux cavités naturelles, classées Natura 2000. « On en a identifié 21, dont une quinzaine auraient un vrai potentiel préhistorique. On est loin d’avoir tout découvert », explique Karine Bouème, la responsable du site, très calée sur les origines lointaines de la race humaine. D’aucuns parlent même d’une trentaine d’années de recherches à venir, pour en extraire la substantifique moelle des trésors enfouis sous la calcite… « Le rêve serait d’y découvrir une sépulture préhistorique.

Ou, à défaut, d’autres grottes ornées ou bien des gravures rupestres extraordinaires. Jusqu’à Néandertal ? Immersion en 3D À Saulges, la visite de grottes est déjà une histoire ancienne. Non, Lucy ne s'est pas tuée en tombant d'un arbre. "Il semble que Lucy ne se soit pas tuée en tombant d’un arbre. " Christophe Griggo, archéozoologue et taphonomiste au laboratoire Edytem de l’université de Savoie-Mont-Blanc et maître de conférences à l’Université de Grenoble-Alpes a accepté de réexaminer pour Sciences et Avenir les élements du squelette de Lucy, l’Australopithecus afrensis découverte en 1974 dans l’Afar éthiopien.

Dans une étude parue dans Nature l’anthropologue John Kappelman, de l’université du Texas à Austin (États-Unis), estime en effet que cette australopithèque arboricole et bipède s’est tuée en chutant d’un arbre, subissant de multiples fractures au passage. Christophe Griggo est spécialiste en archéozoologie, la science qui étudie les restes des animaux pour comprendre leurs relations avec l’homme, mais aussi en taphonomie osseuse. Os frais, os sec : des fractures différentes Christophe Griggo s’étonne que John Kappelman ne se soit pas penché sur la morphologie des surfaces de cassure des os longs. Alsace. Découverte des traces d'un massacre datant de la préhistoire. Un minuscule dinosaure découvert figé dans l'ambre. Avec un crâne de 7 millimètres de longueur, il rivalise en taille avec le colibri des abeilles, le plus petit des oiseaux actuellement vivants, ce qui en fait le plus petit dinosaure connu de cette ère, selon la revue "Nature". Figé pour l'éternité.

Le crâne d'un minuscule oiseau exceptionnellement bien préservé dans l'ambre depuis 99 millions d'années a été découvert en Birmanie, et pourrait être le plus petit dinosaure connu à ce jour, selon une étude parue mercredi 11 mars, dans la revue Nature. "J'étais littéralement soufflée, je n'avais jamais rien vu de tel.

C'est merveilleux ! " Le spécimen, appelé "oculudentavis khaungraae", a été piégé dans un morceau d'ambre datant du milieu de l'ère mésozoïque (-251 millions d'années à -65 millions d'années). "Comme tous les animaux enfermés dans l'ambre, il est très bien préservé. Il constituait une micro-faune méconnue, que seule l'ambre a pu préserver. Un blaireau découvre un site de l'Age du Bronze près de Stonehenge. PISTE. Les archéologues anglais n’en reviennent toujours pas ! Un blaireau a déterré un site de l’Age du Bronze à Netheravon, non loin de Stonehenge, en Angleterre. Après avoir joliment disposé en surface les tessons de céramique qu’il avait découvert en creusant son terrier, les archéologues intrigués n’ont plus eu qu’à suivre le sentier de déblais du mustélidé !

C’est à ce moment-là qu’ils sont tombés sur un site de crémation vieux de 4000 ans. Parmi les nombreux objets mis au jour, sont apparus de l’outillage en bronze, des tessons de poterie, un ciseau en silex avec un manche en os décoré, une protection de poignet d’archer, le tout rencontré à proximité des restes humains incinérés d’un guerrier. Pour Richard Osgood, le responsable des fouilles, ces découvertes sont à rapprocher de celles de l’ "archer d’Amesbury", exhumées près de Stonehenge en 2002. Les blaireaux creusent des terriers et parfois tombent accidentellement sur des sites archéologiques. © Régis Cavignaux. Découverte unique des traces d'un massacre commis il y a 10 000 ans. Depuis combien de temps les hommes se font-ils la guerre ? Des chercheurs ont découvert au Kenya un ensemble de squelettes portant des traces de blessures mortelles, laissant supposer un « massacre de masse » il y a 10 000 ans, lorsque l'homme préhistorique n'était pas encore sédentaire. « Ces restes humains témoignent du meurtre intentionnel d'un petit groupe de personnes en quête de nourriture.

Ils apportent la preuve unique d'un événement guerrier parmi des chasseurs-cueilleurs de la Préhistoire », soulignent les scientifiques dans une étude publiée mercredi dans la revue britannique Nature. « Je n'avais jamais imaginé dans mes rêves trouver les restes du plus vieux massacre recensé de l'Histoire » chez des chasseurs-cueilleurs, s'enthousiasme Marta Mirazon Lahr, anthropologue à l'Université de Cambridge (Royaume-Uni), qui a piloté les fouilles. 27 victimes Une partie des restes humains, qui ont entre 9 500 et 10 500 ans, étaient dispersés sur le site.

Traces de blessures. Des preuves de pratiques guerrières au Néolithique moyen. Des objets confectionnés du Néolithique : des haches (9.4), ces polissoirs (9.5) et des bracelets (8). Les haches devaient aussi servir à la guerre. © Michael Greenhalg, Wikipédia, CC BY SA 2.5 Des preuves de pratiques guerrières au Néolithique moyen - 2 Photos En Europe occidentale et centrale, de la vallée du Rhône jusqu’à la Slovaquie, de très nombreuses fosses de plan circulaire renfermant un ou plusieurs corps ont été mises au jour par les archéologues au cours des dernières décennies.

Elles appartiennent à la période qui va de 4.500 avant J. -C. à 3.500 avant J. -C., correspondant, en France, au Néolithique moyen. Une découverte réalisée en 2012 sur la commune alsacienne de Bergheim, dans le Haut-Rhin, atteste pour la première fois un lien entre violence et dépôts humains en fosse à cette époque. Parmi la soixantaine de fosses circulaires datant de cette période découvertes sur le site de Bergheim, l’une renfermait un contenu encore jamais observé.

À voir aussi sur Internet. Les européens étaient noirs il y a 8 000 ans. Comment les européens sont devenus blancs de peau... La question des populations noires émigrées d'Afrique, dont la couleur s'est éclaircie pour devenir blanche, est maintenant résolue. Les nouvelles recherches anthropologiques montrent que la couleur blanche s'est développée relativement récemment. Les plus anciens fossiles d'Homo sapiens, notre espèce, sont apparus il y a 200 000 ans. Pendant 190 000 ans notre peau était sombre, adaptée à nos origines et au climat africain... L'étude Les chercheurs de l'Université d‘Harvard ont mené une étude sur l'ADN de 83 individus du Paléolithique et du Néolithique retrouvés dans différents sites préhistoriques européens. Ils ont ensuite comparé, les résultats avec 1000 ADN du Génome Project. Les travaux dirigés par le Dr Iain Mathieson de l'Université d'Harvard, ont été présentés lors du 84ème congrès de l'AAAS (Association américaine d'anthropologie).

Sources Newhistorian ScienMag. La domestication du chien n'est pas aussi ancienne que ce que l'on pensait - Sciencesetavenir.fr. Un espace nature et préhistoire construit à Saulges. Un chien préhistorique congelé en Sibérie. Ethiopie. Un nouvel australopithèque découvert. Un nouveau parent rejoint Lucy dans l'arbre familial humain. Une fabuleuse découverte archéologique au Kenya. Qui est le mystérieux homme préhistorique repêché à Taiwan ?

Un petit Saulges près de Laval. Découverte d’une tombe princière du Ve siècle avant notre ère. Paléontologie : une mandibule africaine vieillit le genre humain de 400 000 ans. Tous les Homo sont erectus. Carte interactive de l'art paléolithique des grottes d'Europe. Manche. Découverte d’une forêt engloutie entre France et Angleterre. Carnac. Des archéologues lèvent le mystère autour des mégalithes. Le plus ancien décès au cours d’un accouchement découvert en Sibérie - Sciencesetavenir.fr. Une nouvelle espèce humaine découverte ? Un crâne de 55.000 ans donne la migraine aux anthropologues. Un extraordinaire «dolmen» pourrait être classé à l'Unesco. Un couple préhistorique enlacé découvert en Grèce. Des traces d'habitation du néolithique à Carnac. 360° de la salle Roger Bouillon de la grotte de Mayenne Sciences. Dernier repas à Pompéi. La chambre de Toutânkhamon cacherait des pièces secrètes, est-ce la tombe de Néfertiti ?

Jublains. La ville de Noviodunum s’étendait sur 23 hectares. "Le mystère de Toutankharton" : une originale immersion dans l'Egypte Antique au château médiéval de Mayenne. Exclusif : Découverte d'une cité maya de plus de 2000 km² au Guatemala. Une chaussure romaine vieille de deux mille ans retrouvée en Allemagne. Mayenne : découverte d'une fresque romaine - France 3 Pays de la Loire. La cité de Pétra révèle de nouveaux secrets - Edition du soir Ouest France - 13/06/2016. Après le siège de Daech, l’antique Palmyre en ruines - Edition du soir Ouest France - 18/09/2017. Une langue totalement disparue refait surface - Edition du soir Ouest France - 01/04/2016.

Un trésor numismatique romain retrouvé dans un verger en Suisse. Palmyre, perle du désert menacée de destruction. Découverte exceptionnelle en France d’une tombe princière celte. Les surprises des sous-sols du boulevard Sébastopol : archéologie du cimetière de la Trinité. Sept mystérieuses cités englouties. Un postier normand perce le mystère des pyramides. Pont du Gard : l'accès payant entériné. Un site exceptionnel d’épaves anciennes. Égypte : plus de cent sarcophages intacts mis au jour à Saqqara, un mois après une précédente découverte spectaculaire. Le voyage de Magellan, histoire d’un échec qui a marqué l’humanité - Edition du soir Ouest France - 05/08/2019.

Un squelette humain découvert à Laval. Un trésor médiéval découvert à l’abbaye de Cluny par des étudiants et chercheurs lyonnais. Une nécropole mérovingienne de 600 squelettes découverte dans la Somme. Soixante navires fantômes gisent dans la mer Noire. Kuélap, la merveille cachée du Pérou - Edition du soir Ouest France - 25/03/2016. Un deuxième site viking a été mis au jour au Canada. Norvège. Un randonneur découvre une épée viking millénaire. Les archéologues font parler le camp des Anglais.

Archéologie. Un village médiéval découvert au Puy du Fou ! Le château du Taureau abaisse son pont-levis. Rennes. Cinq cœurs embaumés découverts par les archéologues. Insolite. Morte en 1656, Louise est incroyablement conservée.

Première guerre mondiale

Deuxième guerre mondiale. À la recherce des cabanes de cantonniers en Mayenne. Voici comment l’astucieux Thomas Cook a révolutionné le tourisme - Edition du soir Ouest France - 25/09/2019. En Mayenne, un cimetière de « fous » oublié par l'Histoire. "La fille de la photo" : l'incroyable destin de Kim Phuc, la survivante du napalm.

La brique Lego : 60 ans et tous ses picots. Michel Rocard, le socialiste réformiste qui n'est pas devenu président. Entrez dans le bunker secret du maréchal Tito. Patrimoine. Laval recèle de rares traces de publicités d’antan. Quand la Mayenne comptait 375 000 habitants. L'ancêtre du SMS rend toujours service. Destruction du pont de Mostar en 1993. L’énigme du squelette de Mont-Saint-Jean. Découverte d'un trésor automobile des années 30 à 70. Ernest le squelette attend toujours sa carte d’identité - Edition du soir Ouest France - 01/12/2017. BMW fête ses 100 ans, mais connaissez-vous son histoire ?