background preloader

Economie francaise

Facebook Twitter

Peut-on se fier à la "société de défiance" Recensé : Yann Algan, Pierre Cahuc, La Société de défiance : comment le modèle social s’autodétruit, Éditions de la Rue d’Ulm, coll.

Peut-on se fier à la "société de défiance"

CEPREMAP, 2007. La crise globale, financière et économique, déclenchée au printemps 2007 a placé au centre du débat public mondial le thème de la confiance : confiance dans les relations interbancaires, confiance des ménages et des entreprises dans l’avenir, confiance des marchés dans la signature de la puissance publique [1]. De cette profusion verbale émergent deux problématiques générales : l’importance, qui paraît considérable, de la confiance dans les « démocraties de marché » [2] se manifeste par la disparition de celle-ci ; il semble en outre assez difficile de savoir ce que recouvre exactement cette notion, dont l’usage plastique paraît masquer une grande confusion. Edgar Morin : "Le temps est venu de changer de civilisation".

Acteurs de l'économie - La Tribune.

Edgar Morin : "Le temps est venu de changer de civilisation"

Attentats à Paris, état d'urgence, rayonnement du Front National, vague massive de migration, situation économique et sociale déliquescente symbolisée par un taux de chômage inédit (10,2 % de la population) : la France traverse une époque particulièrement inquiétante. La juxtaposition de ces événements révèle des racines et des manifestations communes. Qu'apprend-elle sur l'état de la société ? Edgar Morin. Cette situation résulte d'une conjonction de facteurs extérieurs et intérieurs, à l'image de ceux, tour à tour favorables et hostiles, qui circonscrivent l'état de la France, bien sûr inséparable de celui de la mondialisation. Comment qualifiez-vous ce moment de l'histoire, dans l'histoire que vous avez traversée ? Cette absence d'espérance et de perspective, cette difficulté de nourrir foi dans l'avenir, sont récentes. Deux types de barbarie coexistent et parfois se combattent.

Actes realites sociales. Wealth and happiness. Does wealth accumulation impact subjective well-being?

Wealth and happiness

Within a country, household wealth has been shown to improve individual well-being by providing a safety net of protection against negative income shocks, by allowing current and expected consumption flows, and by its potential use as a collateral. At the aggregate level, direct evidence about the relationship between national wealth and happiness is almost non-existent, owing to data limitations and statistical identification problems. « Pouvoir faire changer les choses autrement que par le vote » « Je revendique le fait de pouvoir faire changer les choses autrement que par le vote », témoignait récemment sur Rue89 un riverain abstentionniste.

« Pouvoir faire changer les choses autrement que par le vote »

Dans les nombreux messages que vous nous avez adressés pendant les régionales, on a lu du ras-le-bol et de la résignation. Certains d’entre vous votent sans y croire et d’autres, nombreux, ne votent pas ou plus. Rappelons qu’en matière d’action politique, il n’y a heureusement pas que les élections : il existe des lieux et des groupes où l’on pratique la politique autrement. A Chicago, en 1940... « Agir en démocratie » de Hélène Balazard (Les Editions de l’atelier, 2015) Les Français toujours champions du monde du pessimisme. Ce n’est pas pour rien si la France est l’un des pays qui consomme le plus de psychotropes au monde.

Les Français toujours champions du monde du pessimisme

D’après la dernière étude du cabinet Pew Research Center publiée jeudi 23 juillet, les Français apparaissent en 2015 toujours aussi pessimistes quant à leur avenir et celui de leur pays. Questions à Jean-Paul DELEVOYE. Les jeunes français champions du pessimisme pour leur pays et la planète. Les Français de moins de 30 ans sont ultra pessimistes sur l'état de la planète et la situation économique du pays, bien plus que les Allemands, les Américains et les Chinois, mais pensent pouvoir sortir leur épingle du jeu, selon une vaste étude publiée vendredi.

Les jeunes français champions du pessimisme pour leur pays et la planète

Quelque 80 % des Français âgés de 15 à 30 ans ne sont pas « confiants » vis-à-vis de la « situation économique du pays dans les dix prochaines années », et 83 % ne le sont pas plus sur « l'état de la planète » dans la décennie à venir. Un pessimisme nettement plus marqué que dans d'autres pays : en Allemagne, ils sont 57 % à être optimistes sur l'évolution économique de leur pays même s'ils le sont moins (42 %) sur celle de la planète. Des chiffres qui grimpent à respectivement à 73 % et 62 % parmi les jeunes Chinois. . « Une lucidité » des moins de 30 ans qui « ne les incite pas nécessairement à s'engager, quelle que soit la forme prise par cet engagement », souligne l'Ademe. EXCLUSIF. Les Français se noient dans le pessimisme. C'est peut-être ça qui plombe François Hollande.

EXCLUSIF. Les Français se noient dans le pessimisme

Le président qui rêve de voir ménages et entreprises reprendre confiance pour relancer enfin la croissance va devoir se faire une raison : les Français broient du noir. Sur 65 nationalités, il n'y a guère que les Italiens à être encore plus pessimistes que nous, selon la nouvelle édition du "baromètre mondial de la confiance en l'avenir", publié par BVA-WIN*. Seuls 17 % des Français pensent que l'année 2015 sera "meilleure" que l'année 2014 contre une moyenne mondiale de 53 %. Mais c'est toute la vieille Europe qui semble perdre confiance en l'avenir. 42 % des Italiens, 40 % des Belges et 29 % des Portugais pensent que 2015 sera "pire" que l'année écoulée.

Pourquoi moi, tout petit chef d’entreprise, je quitte la France ?, Le Cercle.