background preloader

La bibliothèque: pourquoi un troisième lieu à l'heure de la déma

Facebook Twitter

Joël Beau bibliothèque troisième lieu. [T.LEONARD]Offre et accès en bibliothèque : quels services à l'heure de la dématérialisation ? Amandine Jacquet.

Dans votre problématique, il y a la question des horaires d'ouverture qui est une réponse-mais pas la seule- à la problématique (donc à garder pour le plan et le développement) A la fin de l'article vous posez de bonnes questions, en particulier celles des critiques que l'ont peut apporter à cette conception qui rapproche la bibliothèque d'un lieu de culture de masse et en ce sens qui pose problème : la bibliothèque ne devrait -elle pas un autre lieu (pas de ressemblance avec des lieux commerciaux, design, de marchandisation où l'on trouverait autre chose que du savoir ?) le mixage des apports : la CAF, le coiffeur, le fait d'utiliser sont téléphone etc. est problématique LA bibliothèque ne devrait -elle par être un "hors-lieu" ? Le parallèle avec le café lieu d'échange est intéressant mais nécessite de repenser le statut de la parole en lieu avec le livre la bibliothèque comme un lieu de pratique du "parler sur " mais pas comme lieu du "consommer" favoriser dès lors les pratiques de médiation vers l'écrit, la parole plutôt que vers le temple de la consommation – medial
Attention votre problématique semble bcp trop longue et trop précise Privilégier une question courte introduite par : soit "En quoi ? " ou "Comment ?" ou "dans quelle mesure ?" vous y mettez des réponses à ce qui devrait être votre problématique de plus, vous négligez le concept de" troisième lieu" qui est au coeur de la problématique suis se centre sur une question définitionnelle : qu'est-ce qu'une bibliothèque ? Pour qui ? quels usages ? Ou en quoi la bibliothèque de demain dépasse-t-elle largement le cadre et la fonction culturelle qui lui est traditionnellement attribuée ? – medial

Les bibliothèques troisième lieu. Concept encore peu répandu en France, la bibliothèque troisième lieu 1 incarne un modèle phare aux États-Unis, où l’appellation « third place library » fleurit sur la biblioblogosphère et dans la littérature bibliothéconomique.

Les bibliothèques troisième lieu

Elle y fait figure de voie d’avenir et semble se matérialiser également dans plusieurs établissements européens, notamment au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Europe du Nord, où la filiation directe à ce modèle est parfois ouvertement revendiquée, à l’exemple du « Fil rouge », bibliothèque centrale de la ville de Hjoerring, au Danemark, présentée au dernier congrès de l’Ifla 2 (International Federation of Library Associations and Institutions). Si le concept est abondamment utilisé, il reste toutefois peu documenté, peu explicité, et son usage peut connaître des acceptions divergentes. Il paraît donc opportun de se pencher sur ses caractéristiques afin d’en restituer l’essence et de mieux saisir le succès qu’il remporte 3.

La bibliothèque "troisième lieu" permet de tisser du lien social. « La bibliothèque devient un tiers-lieu au coeur de la ville et du territoire », affirme la sénatrice Sylvie Robert, dans son rapport sur l’adaptation et l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques publiques.

La bibliothèque "troisième lieu" permet de tisser du lien social

L’élue fait ainsi référence à la notion de « bibliothèque troisième lieu », sur laquelle repose un nombre grandissant d’équipements de lecture publique. Mais de quoi s’agit-il au juste ? Réponse avec Amandine Jacquet, qui a dirigé l’ouvrage collectif « les bibliothèques troisième lieu », publié en 2015 par l’Association des bibliothécaires de France. On parle beaucoup de la bibliothèque troisième lieu, mais sans vraiment la définir.

De quoi s’agit-il ? Le concept de troisième lieu a été forgé par le sociologue américain Ray Oldenburg dans les années 1980. Comment le concept se traduit-il pour une bibliothèque ? Pour une bibliothèque, ce sont les mêmes caractéristiques que celles que nous avons évoquées à l’instant. Comment cela se traduit-il en termes d’action culturelle ? « La bibliothèque dématérialisée. 1, La musique ». Retour sur la journée du (...) - ACIM Portail des bibliothècaires musicaux. Accueil > Musique & numérique > « La bibliothèque dématérialisée. 1, La musique ».

« La bibliothèque dématérialisée. 1, La musique ». Retour sur la journée du (...) - ACIM Portail des bibliothècaires musicaux

Retour sur la journée du (...) Point de vue de Bruno David (Bibliothèque Municipale d’Eaubonne) sur cette journée. Il y avait comme une atmosphère de fin du monde au terme de la journée consacrée à la « bibliothèque dématérialisée ». Les changements en cours, dont les intervenants entendaient montrer l’ampleur et l’inéluctabilité (évolution rapide des pratiques culturelles, concomitante aux ou conditionnée par des techniques en révolution permanente), bouleversent à ce point les savoirs, les savoir-faire, les valeurs et les croyances de la profession que la prise de conscience de la situation a laissé les collègues présents sans voix. Tout à coup, devant l’évidence et l’objectivité apparentes du constat, on s’est trouvé jurassiques, dépassés par le mouvement du monde, relégués sans façon, inutiles et peut-être même secrètement honteux de la déconvenue, nous qui nous croyions en phase avec la modernité. 1.