background preloader

New Consumerism

Facebook Twitter

La génération « makers » est en lutte contre la consommation de masse. Mais qui sont les Makers et qu’est ce qui les anime ?

La génération « makers » est en lutte contre la consommation de masse

Avant le grand rendez-vous « Maker Faire Paris », des 9, 10 et 11 juin prochains, la communauté française de bricoleurs « Oui are Makers » propose sa propre analyse en présentant ses membres. Les français prêts à payer plus cher pour des produits écologiques. Une majorité des français seraient prêts à payer plus cher pour acheter des produits qui ont un impact positif sur l’environnement.

Les français prêts à payer plus cher pour des produits écologiques

Une raison de plus pour les entreprises de s’y mettre. On le sait, la tendance forte en matière de consommation en ce moment, c’est la consommation responsable. BETC étudie le consommateur responsable. Pas un jour sans qu’un article ou un reportage ne sorte sur l’économie collaborative.

BETC étudie le consommateur responsable

Pour décrypter les nouveaux consommateurs, BETC, avec Havas Worldwide, emploie les grands moyens. « Le Nouveau Consommateur et l’économie collaborative » est le fruit d’une enquête menée dans 29 pays. BETC Veut y comprendre les ressorts de l’engouement pour l’économie collaborative ; analyser en quoi elle représente une proposition économique alternative plébiscitée par les consommateurs dont les entreprises et les marques vont devoir tenir compte. Au risque de disparaître. Pour en finir avec la culpabilité, les consommateurs voient dans l’économie collaborative une façon de changer et de réinventer voire réenchanter la consommation. 76% des consommateurs estiment que le progrès sera de consommer mieux, pas de consommer plus.

A Conscious Revolution in the Fashion Industry – A New Game – Medium. By Virginia Libano Rubio We can probably all guess that the fashion industry causes serious environmental and social problems at a global scale.

A Conscious Revolution in the Fashion Industry – A New Game – Medium

2017: The Rise of Millennials and the Sharing Economy. London - 2017 is undoubtedly set to bring it own set of trends for the future.

2017: The Rise of Millennials and the Sharing Economy

However one major trend ready to boom this year sees one of the largest generations in history, Millennials, reshaping our economy as we know it. Born between 1980 and 2000, Millennials attitudes towards consumption and ownership are shifting as the ‘sharing economy’ influences their purchasing decisions. Coupled with the rise of technological driven social companies, such as Uber, Spotify and Airbnb, companies across all sectors - including fashion and retail - are being forced to rethink their business in order to survive. L'économie collaborative : mode d'emploi. Premier constat, l’économie collaborative est déjà là. 75 % des Français participent à cette nouvelle économie sans le savoir (Sondage IFOP avril 2014) et 54 % sont prêts à partager, prêter, donner une seconde vie à un objet qu’ils n’utilisent plus.

L'économie collaborative : mode d'emploi

Ce mouvement de fond part du refus des consommateurs de rester passifs. “Nous parlons de l’économie de demain, mais qui se construit aujourd’hui. On passe de l’achat de bien, à l’usage”, explique Sakina M’Sa, créatrice de mode et lauréate du Grand Prix de l’Économie Circulaire de la Ville de Paris. Entraide, coopération, intelligence collective, tels sont les mots d’ordre de l’économie collaborative qui regroupe selon le collectif OuiShare : “L’ensemble des pratiques et modèles économiques basées sur des structures horizontales, des communautés organisées autour de biens ou de services mutualisés favorisant l’usage plutôt que la possession.”

Donner, troquer, louer, acheter et vendre d’occasion. Ethical Shopping Is Nearly Impossible - Racked. Last month marked the four-year anniversary of the Rana Plaza building collapse that killed 1,138 garment workers and injured nearly 2,600.

Ethical Shopping Is Nearly Impossible - Racked

The news grabbed headlines, tugged heartstrings, and inspired outrage. Then most of us forgot about it, with the Today show reporting on the tragedy and only a few months later promoting the same brands that had been pulled from the rubble. In an informal survey, I found few people who could tell me what Rana Plaza was or what happened there, but every American clearly remembered the 2012 Chick-fil-A controversy, when company President Dan Cathy spoke against gay marriage. Quelles marques sont les plus responsables, écolo et durables ? Les consommateurs, un peu partout dans le monde, sont en train de prendre conscience que leurs actes d’achat comptent.

Quelles marques sont les plus responsables, écolo et durables ?

Ils cherchent à consommer peu à peu de façon plus écologique, à prendre en compte l’impact social et économique des produits qu’ils consomment. Le problème, c’est qu’ils ne connaissent pas les marques qui fabriquent ces produits… La tendance se répand, peu à peu, un peu partout dans le monde. Elle prend des formes variées : on l’appelle l’écologisme, le minimalisme, le locavorisme ou encore la consommation responsable.

Il s’agit d’une idée : celle qu’en tant que consommateurs, nous avons une responsabilité dans l’état de notre planète, de nos sociétés et de notre économie. La Relève et La Peste. On ne s’entend plus penser ces temps-ci.

La Relève et La Peste

Le divertissement médiatique nous captive, l’actualité politique nous démotive, les impératifs de la vie nous poursuivent ; et pendant ce temps, une pluie d’étoiles filantes rare, appelée « êta-Aquarides » passe au-dessus de nos têtes. Les « 10 commandements de l’homme moderne » éclipsent sans doute le phénomène : La voiture au garage tu amèneras, la machine à laver tu répareras, le dernier smartphone tu te procureras, au supermarché tu te rendras, et ça n’en finit pas… « J’ai pris les choses et les choses m’ont pris » dixit notre Jean-Jacques Goldman national. Et si la solution c’était l’épuration ? Voici les conseils de Fumio Sasaki pour se libérer du fourbi et apaiser son esprit. « Donnez-lui toutes les satisfactions économiques, de façon qu’il n’y ait plus rien à faire qu’à dormir, avaler des brioches et se mettre en peine de prolonger l’histoire universelle.

Why do brands think they can be agents for social change? By the time inauguration day rolled around, and the sight of Donald Trump raising a small, pussy-grabbing hand in preparation for taking the oath of office beamed out across the world, progressives had finally shaken off the feeling of shellshocked despair that followed his November victory and began preparing for a long four - please god not eight - years of dogged opposition.

why do brands think they can be agents for social change?

From the Women's March that descended on Washington on January 21, dwarfing Trump's inauguration day crowds, to the furious protests that swamped America's airports following his transparently racist Muslim ban, the nightmare of 2016 seems to have shaken us out of our political slumber and compelled us into action. But this renewed spirit of civil engagement hasn't gone unnoticed: predictably, brands and advertisers have already moved in to turn activism into a marketing opportunity. Sustainable style: will Gen Z help the fashion industry clean up its act? This week marks the fourth year since the Rana Plaza disaster, where 1,135 garment workers were killed, and thousands injured, when a building collapsed in Dhaka.

Fashion Revolution Week was set up to mark the anniversary, when the myriad issues with fast fashion are much reported: the fossil fuels burned; the chemicals released; the landfill sites brimming with discarded clothes; the human cost of poor working conditions and pitiful wages. You don’t have to be a hardened environmental and social activist to realise this is an unbelievable mess. In a decade or two, we might look back at this period of mass consumption and wonder what on earth we were thinking. That’s the hope anyway. 3 Positive Cultural Shifts Triggered by Millennials. Is Fast Fashion A Class Issue? Mode et RSE : où en est-on en France ? Les consommateurs réclament de plus en plus de transparence dans la mode. Une étude réalisée par le cabinet Vigeo pour la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin avec le soutien du DEFI dresse un état des lieux. « L’étude découle d’un constat qui se vérifie depuis plusieurs années : le sujet sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), la sécurité des produits et la protection de l’environnement en lien avec la mode montent dans la conscience des consommateurs, confie François-Marie Grau, Délégué général de la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin (FFPAPF).

Une prise en compte du cycle de vie complet « Dans l’ensemble, le constat est satisfaisant mais certaines démarches sont encore peu ou pas structurées sur ce sujet », poursuit le Délégué général. Parmi les enjeux figure l’éco-conception des produits. Des consommateurs plus attentifs Impulser une prise de conscience Photos : Bonobo jeans – Collecte de vêtements au siège de Camaïeu. Cookies are Not Accepted - New York Times. La société de consommation est morte, vive la société de consommation. Le patron du développement durable d'Ikea a fait sensation l’année dernière, quand il a lancé lors d’une conférence que le monde était arrivé à son «pic d’objets» en référence au pic de pétrole, soit le moment fatidique où le nombre d’objets que nous avons déjà consommés est supérieur à celui qu’il nous reste en stock.

Une déconsommation inédite dans l’histoire des choses. Plus troublant, certaines denrées alimentaires seraient également en recul, si l'on en croit les chiffres annoncés en ce début d’année par plusieurs instituts de mesure des achats en grande distribution. En 2016, l’achat de produits de grande consommation et de produits frais aurait légèrement baissé en France. Influencia 2015. Décryptage : comment la culture vegan investit la mode européenne. Stella McCartney, Amélie Pichard, Philippe Starck, Robert Clergerie… On a discuté avec des grands noms de la mode de leur engagement pour une mode plus éthique. “Vegan”, “recyclable” et “durable” deviennent les maîtres-mots de cette industrie qui innove et se rapproche d’une nouvelle génération de consommateurs plus engagés. Décryptage d’un phénomène qui s’inscrit dans l’air du temps. Pamela Anderson photographiée par David LaChapelle pour Amélie Pichard (© Amélie Pichard).

Opposé à tout produit issu des animaux ou de leur exploitation, le véganisme fait de plus en plus d’adeptes. Simple tendance pour certains ou véritable idéologie pour d’autres, ce mode de vie balaye nos modes de consommation, de l’assiette au vestiaire, et gagne petit à petit ses lettres de noblesse, notamment chez les grands noms de la mode européenne. Une nouvelle génération de consommateurs conscientisés et influents “Les consommateurs sont de plus en plus informés, décrypte Isabelle Goetz.

The 10 Commandments of New Consumerism. LONDON, United Kingdom — For decades, a brand’s only priority was to create the best possible product at the most competitive price to ensure sales. But as consumers develop a more comprehensive understanding of issues like sustainability, authenticity and transparency, brands and retailers are being forced to change the way they sell in order to survive. This change in consumers’ attitudes has a term — “new consumerism” — coined by research firm Euromonitor.