background preloader

1 c google nous veut du bien (ou pas)

Facebook Twitter

Contenus haineux et fake news : Google fait le ménage dans son algo - ZDNet. En décembre dernier, la presse britannique avait épinglé Google pour des résultats douteux.

Contenus haineux et fake news : Google fait le ménage dans son algo - ZDNet

Ainsi, lors d'une requête en anglais "l'holocauste a-t-il eu lieu ? ", c'est un site violemment négationniste, donc puni par la loi, qui remonte au premier rang sur pas moins 14 millions de réponses. Malaise voire scandale. Sans titre. Oui, Google Maps arrange la réalité pour servir ses intérêts. Vous connaissez sans doute Jean-Christophe Victor.

Oui, Google Maps arrange la réalité pour servir ses intérêts

Google tente de mettre de l’ordre dans son moteur de recherche, High tech. 2014-2100 : confessions d’un enfant du siècle Google. L'offensive de Google pour contrôler nos vies ne fait que commencer.

2014-2100 : confessions d’un enfant du siècle Google

Projetons-nous dans la vie d'un individu “googlisé”, d'aujourd'hui à l'an 2100… Google n'est plus seulement un moteur de recherche, même omnipotent. On le sait, la firme a développé depuis plusieurs années des services, des applications, des objets connectés. On le sait moins, elle a lancé ces derniers mois, à coups de centaines de millions de dollars, une véritable offensive sur la robotique, l'intelligence artificielle, et même la santé. Plus que jamais, l'entreprise tentaculaire, portée par les visées messianiques de ses dirigeants, investit notre vie, de notre naissance à notre mort… qu'elle espère même vaincre un jour. Sur la base de ses recherches actuelles, nous nous sommes projetés dans la vie d'un individu « googlisé ». 31 mars 2014 En fixant le plafond, mes parents me dessinent mentalement.

Techniquement, je suis un bébé « sur mesure », au génotype customisé, l'un des premiers du genre. 4 septembre 2026. Google et Facebook s’en prennent aux revenus publicitaires des faux sites d’informations. Les deux géants d’Internet sont sous le feu des critiques depuis l’élection du candidat républicain Donald Trump à la Maison Blanche. Cibles d’une volée de critiques sur leur rôle supposé dans l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, les géants de l’Internet Google et Facebook ont pris des mesures, mardi 15 novembre, pour couper les revenus publicitaires de faux sites d’information.

Lire aussi : Facebook, faiseur de rois de l’élection américaine ? Google peut-il garder ses algorithmes secrets et rester neutre ? - Politique. Comme l'Union Européenne en début d'année, le parquet du Texas a ouvert une enquête contre Google pour tenter de savoir si le moteur de recherche favorise certains sites plutôt que d'autres, sur des critères qui violeraient la libre concurrence.

Google peut-il garder ses algorithmes secrets et rester neutre ? - Politique

Une question qui dépasse le commerce, et pose plus globalement la question de la neutralité des moteurs de recherche. Le moteur de recherche Google a confirmé sur son blog dédié aux affaires institutionnelles qu’il faisait l’objet d’une enquête ouverte par le parquet du Texas, qui s’intéresse aux pratiques de classement des résultats dans les pages proposées aux utilisateurs. Ce qui soulèvera, si l’enquête se poursuit, la question croissante de la neutralité des moteurs de recherche.

Un enjeu considérable tant nombre d’entreprises dépendent énormément de leur classement sur Google et consorts pour réaliser leur chiffre d’affaires. « Nous portons notre attention sur les utilisateurs, pas sur les sites web. Lire. EN DIRECT. Emails de Clinton: Le rebondissement lié à l'enquête sur le sexting d'Anthony Weiner... Google publie Noto, la première police d'écriture Open source pour 800 langues.

Et si le partage de la connaissance pouvait se résumer à une simple police d’écriture ?

Google publie Noto, la première police d'écriture Open source pour 800 langues

Google vient de dévoiler sa police universelle et open source, baptisée Noto. Avec elle, l’humanité pourra se comprendre sans aucun problème. Il aura fallu une équipe complète de chez Google et près de 5 ans de travail, mais la firme de Mountain View aura réussi à mettre sur pied la toute première police d’écriture open source capable de prendre en charge plus de 800 langues, actuelles ou anciennes. Il s’agit d’une sorte de « police d’écriture de Babel » et cette dernière prend en charge les 110000 caractères standardisés par Unicode.

Noto, que vous pourrez retrouver sur ce lien, existe dans plusieurs styles différents. Google dévoile Noto, la police d’écriture universelle. Faut-il s'inquiéter des ambitions de docteur Google ? WhatsApp veut partager votre numéro avec Facebook et des entreprises. L'application chiffrée WhatsApp, utilisée par plus d'un milliard de personnes à travers le monde, a mis à jour ses conditions d'utilisation.

WhatsApp veut partager votre numéro avec Facebook et des entreprises

Sur son blog (en anglais), la messagerie instantanée indique qu'elle va effectuer deux changements majeurs, rapporte Le Monde. D'abord, les utilisateurs vont désormais recevoir des messages envoyés directement par des entreprises. Ensuite, l'application partagera -sauf si les utilisateurs s'y opposent- les numéros de téléphone à Facebook, qui a racheté WhatsApp en 2014 pour 19 milliards de dollars. Publicités ciblées. La Palestine rayée de Google Maps ? Pas vraiment. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Adrien Sénécat « Selon Google Maps, la Palestine n’existe plus !

La Palestine rayée de Google Maps ? Pas vraiment

» De nombreux internautes ont relayé ces derniers jours une rumeur affirmant que la mention « Palestine » aurait récemment été rayée des cartes de Google Maps, laissant seulement celle d’Israël. Des utilisateurs de Twitter s’en sont émus, accusant la firme américaine de manipulation. Sauf que les informations qui ont circulé à ce sujet sont erronées. Google vous montre qu'il sait tout de vous (et ça fait peur) - ZDNet. Que Google et ses filiales soient aujourd'hui incontournables dans la vie numérique de chacun n'est pas un scoop.

Google vous montre qu'il sait tout de vous (et ça fait peur) - ZDNet

Rien que le moteur de recherche a une part de marché supérieure à 90% dans notre pays. Et le géant américain est aujourd'hui un passage (presque) obligé pour le streaming vidéo (YouTube), la cartographie (Maps), les emails (Gmail) etc... Reste que peu d'entre-nous a conscience du volume de recherches diverses et variées fait à travers ces services et des traces qu'elles laissent.

Avec le nouveau service "Mon activité", cette prise de conscience est pour le moins brutale. Une fois logué (mais on l'est toujours avec Google désormais...), il est possible de visualiser chronologiquement absolument toutes les recherches effectuées à travers le moteur, quelque soit le service. Ainsi exposé, cette historique numérique montre à quel point nous sommes dépendants du géant de la recherche et surtout qu'absolument rien ne lui échappe.

Google donnera bientôt des conseils médicaux. Google a recruté près de 70 fonctionnaires européens en dix ans pour son lobbying. Engagé dans un bras de fer juridique avec la Commission européenne depuis 2010, qui le soupçonne d’abus de position dominante, Google recrute depuis plusieurs années de nombreux lobbyistes en Europe pour construire sa défense, montre la dernière étude publiée par le site Google Transparency Project.

Google a recruté près de 70 fonctionnaires européens en dix ans pour son lobbying

Le groupe de recherche américain, qui entend dénoncer le manque de transparence de la firme, révèle en effet qu’elle a recruté 65 fonctionnaires de l’administration dans toute l’Europe depuis 2005. Majoritairement au Royaume-Uni, avec 26 recrues en onze ans. La France n’est pas en reste avec 8 fonctionnaires débauchés dans des domaines variés : de la télécommunication aux médias en passant par le ministère de l’industrie et le Parlement, Google ratisse large. 3,5 millions d’euros par an dépensés en lobbying à Bruxelles.

Pourquoi Google a conçu un « bouton rouge » pour désactiver des intelligences artificielles. Des chercheurs de Google DeepMind Oxford ont prévu une manière de désactiver un programme d’IA, sans que celui-ci ne réussisse à la contourner.

Pourquoi Google a conçu un « bouton rouge » pour désactiver des intelligences artificielles

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Une intelligence artificielle (IA) est-elle capable d’empêcher un humain de la désactiver ? C’est de ce postulat que sont partis deux chercheurs pour réfléchir à une façon d’éviter que cela n’arrive. Laurent Orseau travaille pour DeepMind, l’entreprise de Google spécialisée dans l’intelligence artificielle qui est notamment à l’origine d’AlphaGo, le programme ayant réalisé l’exploit, en mars, de battre l’humain au jeu de go.

Avec Stuart Armstrong, du Futur of Humanity Institute de l’université d’Oxford, ils ont publié début juin les résultats de leurs recherches. Tout est vrai (ou presque) L’histoire « aberrante » d’un jeune Québécois qui assure avoir découvert une cité maya. Depuis quelques jours, un article du « Journal de Montréal » est abondamment repris dans la presse internationale.

La médecine prédictive selon Google : voulons-nous de ce monde ? Le système de reconnaissance faciale de Facebook est illégal. Un juge américain a estimé recevables les plaintes civiles de trois utilisateurs de Facebook accusant le réseau social de collecte illégale de données privées d'utilisateurs. Celle-ci est liée à un outil servant à identifier les personnes figurant sur les clichés publiés sur Facebook. Un juge de San Francisco a rejeté jeudi un recours du réseau social américain. Le litige concerne une fonctionnalité lancée par Facebook en 2010, et suggérant des noms d'utilisateurs à identifier sur les photographies qui ont été publiées sur le réseau.

Les données médicales d‘1,6 million d'Anglais analysées par Google. Un programme développé par DeepMind, une entreprise propriété de Google qui se spécialise dans l'intelligence artificielle, doit aider les médecins à améliorer leur diagnostic et les soins. Le très bref retour de Tay, l’intelligence artificielle controversée de Microsoft. Après ses propos racistes, ce programme avait été mis hors ligne par Microsoft.