background preloader

Culture

Facebook Twitter

Le Japon en 1886 – De superbes photographies du Japon au 19ème siècle. Les derniers Samouraï – Des photos très rares du Japon au 19e siècle. Une série de photographies très rares sur les Samouraï du Japon au 19e siècle, prises entre 1863 et 1900.

Les derniers Samouraï – Des photos très rares du Japon au 19e siècle

Ces photographies vintage colorisées à la main nous dévoilent les derniers samouraï, dont la classe a été déclarée illégale puis dissoute dès 1868 avec la restauration de l’ère Meiji et la fin de la féodalité. Une jolie série découverte par Retronaut. Et si vous aimez le Japon du passé, je vous recommande cette étonnante série de Geisha en maillot de bain ou encore ces photographies du Japon au 19ème siècle. L'Avis ou la Vie de James a jamais Thor. Bonsoir, Brunot Donnet de France Inter vient de prononcer aujourd’hui, Lundi 1er Février, une sorte de réquisitoire contre Cyril Hanouna et sa bande de chroniqueurs, qui prennent trop souvent le petit nouveau Matthieu Delormeau pour un bouc émissaire attitré et ce, depuis son arrivée en septembre 2015 dans Touche Pas A Mon Poste, la quotidienne de D8.

L'Avis ou la Vie de James a jamais Thor.

Cette analyse critique vient accentuer l’avis de plusieurs autres téléspectateurs parfois télévores ou plus généralement sporadiques comme moi, qui pensent en tout bien tout honneur que cette émission vire de plus en plus au pugilat télévisuel qu’autre chose. Mais cette fois-ci, selon moi, l’analyse du journaliste de France Inter passe un peu à côté du vrai problème.

Mais non, tout n’est pas si simple. Habiles et rusés, les chroniqueurs du plus en plus célébre TPMP s’adonnent à coeur joie à l’humiliation collective de chacun d’entre-eux et plus particulièrement de Matthieu Delormeau. Le cas de Delormeau est assez démonstratif. La réaction du « monde musulman » en 23 illustrations sur Charlie. Beaucoup attendaient la réaction du monde arabe avec impatience, notamment via la presse, face à l’attentat meurtrier qui a frappé Charlie Hebdo à Paris ce 7 janvier.

La réaction du « monde musulman » en 23 illustrations sur Charlie

Scènes de réjouissances ? Actes bien mérités ? Non. La majorité des illustrateurs et journaux du monde arabe s’indignent de cette atteinte à la liberté d’expression et aux droits humains, et ce même si Charlie Hebdo a usé de l’image du prophète pour dénoncer le fanatisme religieux. Contrairement à ce que certains veulent faire croire pour alimenter la haine, notamment à l’aide de vidéos non-sourcées et d’amalgames odieux, le monde musulman est profondément indigné depuis l’étranger. Palestine – par Amjad Rasmi Journal Al Araby » Liberté d’expression « Maroc. « La pensée extrémiste » par Omar Abdalat Journal du Qatar « Al-Arabi Al-Jadeed » Egypte.

Egypte. Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites… - Olivier Cyran. Post-scriptum 11 janvier 2015 : à tous ceux qui estiment que cet article serait une validation a priori de l’attaque terroriste ignoble contre Charlie hebdo (ils l’auraient bien cherché), la rédaction d’Article11 adresse un vigoureux bras d’honneur.

Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites… - Olivier Cyran

Charognards ! Non, « Charlie Hebdo » n’est pas obsédé par l’islam. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jean-François Mignot (Sociologue) et Céline Goffette (Sociologue) De qui se moquait le journal satirique Charlie Hebdo, avant que deux terroristes islamistes assassinent cinq caricaturistes et six autres personnes présentes à la conférence de rédaction du 7 janvier ?

Non, « Charlie Hebdo » n’est pas obsédé par l’islam

Est-il vrai que ce journal faisait preuve d’une « obsession » à l’encontre des musulmans, comme cela a pu être dit à la suite des attentats, notamment dans une tribune du Monde du 15 janvier 2015, à laquelle ont contribué plusieurs chercheurs ? Pour apporter une réponse raisonnée à cette question, nous analysons les 523 « unes » du journal de janvier 2005 (n°655) au 7 janvier 2015 (n°1177). Si les « unes » de Charlie Hebdo ne résument pas à elles seules le journal, elles en sont toutefois la vitrine, que même des non-lecteurs peuvent voir en devanture des kiosques.

Au fil des années, cette répartition en quatre catégories principales a peu changé. Misogyne, raciste et ultracapitaliste : « Fifty Shades of Grey » est bel et bien très pervers. Cinquante nuances de blanc : le film, gentiment érotique, est surtout misogyne et suprémaciste (capture d’écran de « 50 nuances de Grey », réalisé par Sam Taylor-Wood) La légende dit que, lors de l’audition, les actrices pressenties pour le rôle d’Anastasia Steele, la potiche punching-ball de Christian Grey, devaient lire un monologue du film « Persona » d’Ingmar Bergman.

Misogyne, raciste et ultracapitaliste : « Fifty Shades of Grey » est bel et bien très pervers

On se demande bien pourquoi, tant les dialogues de ce « Fifty Shades of Grey’s Anatomy » semblent mielleux, anodins et, parfois, presque drôles. Mais sous des apparences de téléfilm érotico-cool où l’on se fait fouetter sur un remix de Beyoncé, le blockbuster fait montre d’une logique aussi brutale et cinglante qu’une rafale de coups de martinet. Christian Grey, multimillionnaire et ex-mannequin pour slips Calvin Klein, collectionne les voitures et les femmes (15 avant Ana) en mettant un point d’honneur à subvenir à leurs besoins.

Fisting ou ciné ? Dommage, donc, que le couple soit aussi archaïque dans ses mécanismes.