background preloader

MAN 27 - GPEC & management des savoirs

Facebook Twitter

MAN 27 KM résumé en 5 schémas. Cours MAN management savoirs 2017. Cerveau d'oeuvre : emplois et compétences dans l'Iconomie - Michel Volle. SONO Les universités entreprise - Canal académie - 2013. Site de Lafarge - Priorité à la formation - Lafarge University. Les principes d'action (valeurs) du groupe Lafarge. Les universités d'entreprise. SONO le talent selon Michel Serres 2014. GPEC : 3 DRH témoignent... Le Knowledge Management - Eddie Soulier, Université de technologie de Troyes - Le Knowledge Management.

GPEC : un projet d'entreprise pour construire l'avenir. Cyril Pierre de Geyer, Faites attention à l’obsolescence de vos compétences - Stratégie & Management. Vincent Mangematin - La transmission du savoir-faire : les leçons de la haute cuisine française en Chine.

Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié.

Vincent Mangematin - La transmission du savoir-faire : les leçons de la haute cuisine française en Chine

Matthieu Nguyen, Square - Il faut apprendre à gérer les talents ! - Square TV - xerfi-business-tv.com. Armand Hatchuel, Mines Paristech - Apprentissage collectif et activités de conception. Idriss Aberkane Présentation. Les PME n'ont pas besoin de la loi El Khomri (et c'est un patron qui le dit) La loi El Khomri est au mieux inutile, au pire néfaste pour une PME comme la mienne.

Les PME n'ont pas besoin de la loi El Khomri (et c'est un patron qui le dit)

Je dirige une PME de 80 salariés. Nous développons des logiciels sous licences libres et proposons des services aux collectivités locales pour mettre en œuvre ces logiciels. Mon entreprise existe depuis 1981 et a connu des périodes fastes et des périodes difficiles. Notre principal capital, ce sont nos collaborateurs qui ont acquis notre culture d’entreprise, qui maîtrisent nos technologies et connaissent les besoins de nos clients.

La loi El Khomri repose sur deux axes : faciliter les licenciements en cas de difficulté passagère et inverser la hiérarchie des normes. Le plus important, dans les périodes difficiles, est de conserver les talents et les compétences des collaborateurs dans l’entreprise et que les difficultés passagères de trésorerie n’impactent pas trop la motivation, pour nous permettre de rebondir au plus vite. L’inversion de la hiérarchie des normes me parait également dangereuse. Penser le capitalisme cognitif selon Thorstein Veblen ; connaissance, pouvoir & capital. 1 Voir par exemple Economic Report of The President (2001) ou encore les discours de Alan Greenspan ( (...) 2 Voir par exemple OCDE (2001 ; 2003a) et APEC Economic Committee (2000). 1Les récentes transformations technologiques dues à la diffusion des nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC) ont conduit plusieurs économistes à percevoir une transformation radicale dans la nature du capital et de l’économie.

Penser le capitalisme cognitif selon Thorstein Veblen ; connaissance, pouvoir & capital

Le capitalisme industriel, où la dynamique d’accumulation du capital repose sur des moyens de production tangibles (les biens capitaux), cèderait le pas à des nouvelles sources de production de la richesse. La connaissance, le savoir, ou l’intellect seraient ainsi devenus, sous la plume des économistes et des gourous du management, la nouvelle source de la richesse pour le XXIe siècle et le principal actif des entreprises. La mesure du capital, en tant que capacité de revenu, est-elle déterminée par sa productivité ? Sophie Davenier, Altedia - Eric Rebiffé, Sanofi - Encourager les mobilités par le partage de compétences et les dynamiques territoriales - Altedia TV - xerfi-business-tv.com.

Cécile Dejoux, maître de conférence au Cnam - « L'individu est la pièce maîtresse du jeu de l'apprentissage en entreprise » - Interview - Entreprise & Carrières. Le piège de la distinction entre connaissance tacite et explicite. Déceler les aptitudes insoupçonnées de ses collaborateurs. Scénario : Le Relais. Les options stratégiques des entreprises Comment la mise en place d’une nouvelle stratégie peut-elle impacter les ressources humaines d’une organisation ?

Scénario : Le Relais

Constatant l’effectif croissant de personnes en situation précaire dans la région Nord-Pas-de-Calais, une équipe de volontaires décide de créer en 1984 une société coopérative baptisée « le Relais » à Bruay-la-Buissière. Le but de l’entreprise nouvellement créée sera de lutter contre l’exclusion en créant des emplois durables pour des personnes en difficulté, en développant l’activité textile et en prenant en charge toute la filière – la collecte, le tri, la valorisation. Grâce aux dons des habitants, en 30 ans, plus de 2 200 emplois ont ainsi été créés. Dans le même temps, le Relais est devenu leader de la filière en France, démontrant que professionnalisme et solidarité sont parfaitement compatibles.

Le Relais tente de mettre en pratique le principe d’ « économie solidaire » notamment en collectant des vêtements usagés. Les salaires suivent-ils la productivité ? C’est l’une des lois majeures de la microéconomie : l’évolution des salaires doit tendanciellement suivre celle de la productivité.

Les salaires suivent-ils la productivité ?

Elle repose sur une intuition simple : pour un employeur, il ne serait pas rentable de payer un salarié plus qu’il ne lui « rapporte » par son travail. Il doit donc exister un lien entre le niveau du salaire et celui de l’efficacité du salarié, qui peut être mesuré par sa productivité. C’est ainsi que les inégalités de salaires peuvent potentiellement être justifiées : les plus hauts salaires seraient les plus productifs, au sens où ils créeraient plus de valeur que les autres par leur travail pour leur entreprise.

Or, un récent rapport du G20 montre que cette « loi » n’est pas vérifiée, au moins pour les 20 pays les plus riches au monde depuis la fin des années 1990. Et la France, dans tout ça ? QG n°8 : La gestion des compétences permet-elle de garantir l'em.