background preloader

La tentation du Djihad

Facebook Twitter

Les femmes. Jeunes Français, la tentation du jihad. Les deux adolescents candidats au djihad en Syrie mis en examen. Un djihadiste français dit vouloir «mourir en martyr» en Syrie. Le trentenaire, qui affirme à Europe 1 être parti combattre au nord de la ville syrienne d'Alep, met en garde François Hollande et le gouvernement. «On arrivera jusqu'à Paris», assure-t-il. «Mourir en martyr». C'est l'objectif d'un individu présenté comme un djihadiste français de 30 ans parti combattre au nord d'Alep, en Syrie. Au micro d'Europe 1, l'homme explique ses choix et revendique ses origines: «Je suis venu de France. Je suis un enfant de la France, je suis né en France», affirme-t-il. «Et grâce à la France et à son système démocratique, j'ai compris que les lois humaines étaient imparfaites», souligne le trentenaire, qui accuse l'Hexagone d'avoir «produit des inégalités».

Le combattant islamiste raconte à la radio avoir d'abord «voulu aller en Afghanistan». L'histoire de ce trentenaire n'est pas isolée. A Strasbourg, un quartier se mobilise contre le jihad. "Pourquoi j'ai choisi le djihad en Syrie" Son épaisse barbe noire tranche avec ses cheveux rasés à blanc. "Au nom d'Allah", susurre-t-il mécaniquement, avant de faire feu. Le soldat Yilmaz, la trentaine et déjà expert au combat, est membre de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL). Cette branche irakienne d'al-Qaida, composée en Syrie de quelque 5 000 hommes, est engagée depuis 2013 dans la lutte contre Bachar el-Assad. Mais, contrairement à ses compagnons, Yilmaz ne porte pas de cagoule noire. Il arbore, au contraire, fièrement son uniforme de l'armée royale des Pays-Bas. Yilmaz est un ancien soldat néerlandais. D'origine turque, il fait partie des 120 djihadistes hollandais partis combattre en Syrie, relève le New York Times.

"Il s'agit d'ouvrir les yeux" (Yilmaz, djihadiste) Après huit mois de communications quotidiennes avec Yilmaz, le journaliste néerlandais Roozbeh Kaboly réussit finalement à l'interviewer, via un intermédiaire en Syrie. Ancien soldat néerlandais Martyr Charia État islamique. Et en Europe ? le reste du monde ? INEDIT | Syrie : le témoignage d'un Français parti faire le djihad. Témoignages. Aux États-Unis, le Congrès approuve discrètement l'envoi d'armes en Syrie. Washington a commencé à livrer des armes légères aux rebelles «modérés» du sud de la Syrie, et le Congrès a discrètement approuvé le budget nécessaire à de nouvelles livraisons. Les États-Unis recommenceront bientôt à livrer des armes non létales aux modérés de l'Armée syrienne libre (ASL), plus d'un mois après stoppé leurs fournitures en raison de la mise à sac du siège de l'ASL par ses rivaux salafistes à Atmeh, dans le nord de la Syrie, à la frontière turque.

Selon le Wall Street Journal, cette aide porte sur du matériel de communication et des médicaments. En ce qui concerne les armes livrées aux rebelles du sud via la Jordanie, il ne s'agirait, outre des armes légères, que de roquettes anti-char, mais pas de missiles sol-air portables, type Stinger, précise l'agence Reuters qui cite des sources sécuritaires américaines et européennes. Face à l'armée syrienne, à laquelle son l'allié russe a encore accéléré les livraisons d'armes, Washington se devait d'agir. Le djihad en chiffres. Détails, chiffres. Les sites Internet islamistes multiplient les menaces. Sur Internet, les soutiens aux islamistes du nord du Mali prolifèrent. Si le ministère de l'Intérieur observe, il n'a aucun intérêt à interrompre les commentaires sur ces sites radicaux. «Le Mali sera l'embryon du nouveau Califat. Ô Allah fait que le Califat soit pour bientôt».

Sur le site d'Ansar al-Haqq, le «tigre de l'Islam», internaute sous pseudonyme, s'enflamme pour les exploits des moudjahidins du Mali. «Altaïr», un autre anonyme, «étudiant», le clame également: «Je suis content subhan Allah». «C'est magnifique! Wallahi, c'est une question de temps, le Califat reviendra Allah Akbar!!» Au ministère de l'Intérieur, un professionnel du renseignement le dit: «L'activité des radicaux sur Internet est étonnamment soutenue depuis le déclenchement de l'intervention française.»

«Les esprits s'échauffent et le contenu est plutôt hard», confie un spécialiste. Pas de relais suffisants sur le sol français Internet reste cependant un cas à part. Comment les djihadistes français sont recrutés sur Internet. VIDÉO - La propagande des fous d'Allah sur la Toile attire des volontaires de plus en plus jeunes, endoctrinés et attirés par une nouvelle identité fantasmée pouvant aller jusqu'à la mort en martyr. La vidéo, diffusée sur YouTube, a été vue des milliers de fois. Intitulée «Syrie: l'enfant qui mangeait du carton pour tromper sa faim», elle met en scène un orphelin hirsute dans les quartiers assiégés du sud de Damas. Avec ce sous-titre: «Ici, il n'y a rien à manger. Un kilo de riz vaut 9000 livres (49 euros).

Il n'y a de force, ni de puissance qu'auprès d'Allah…» Sur Facebook, la photo d'une gamine squelettique sert à illustrer la cruauté du «tyran sanguinaire» el-Assad. Une autre montre des corps de «résistants» criblés de balles et appelle à la guerre sainte contre les «mécréants alaouites qui ont fait plus de mal à la oumma que les mécréants juifs et chrétiens». Près de 250 Français en Syrie L'endoctrinement est d'autant plus dangereux qu'il avance masqué. «Grand danger», selon Valls. Al-Qaïda.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Al-Qaïda (arabe : القاعدة al-Qā'ida, « la Base ») est un mouvement islamiste fondé par le cheikh Abdullah Yusuf Azzam et son élève Oussama ben Laden en 1987. D'inspiration sunnite fondamentaliste, il prend ses racines dans l'idéologie de Sayyid Qutb et celle de l'activiste kharidjite Abdel Salam Faraj, et considère que les gouvernements « croisés » (occidentaux), avec à leur tête celui des États-Unis, interfèrent dans les affaires intérieures des nations islamiques et ce dans l'intérêt unique des sociétés occidentales. Il recourt au terrorisme pour faire entendre ses revendications. Les actions revendiquées au nom d'Al-Qaïda sont considérées comme des actes terroristes par l'essentiel des États et des observateurs.

Le groupe est placé sur la liste officielle des organisations terroristes des États-Unis, du Canada, de l'Union européenne[3], du Royaume-Uni[4], de l'Australie, de la Russie, de l'Inde et de la Turquie[5]. Ansar al Haqq - Site Islamique Francophone. Le djihad s'apprend tout seul sur Internet. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Shahzad Abdul et Laurent Borredon C'est un disque dur noyé dans l'océan de la procédure judiciaire ouverte après les assassinats commis en mars 2012 par Mohamed Merah. Les policiers l'ont découvert lors d'une perquisition chez la belle-famille d'Abdelkader, le grand frère du tueur de Toulouse. Il appartenait à "Kader", mis en examen pour "complicité d'assassinat". A l'intérieur, une bibliothèque numérique de plusieurs milliers de textes qui constituent un guide d'endoctrinement salafiste autant qu'un manuel de l'apprenti djihadiste.

Des textes de "savants" religieux, des vidéos propagandistes ou des extraits de livres. Ce qui peut paraître un détail dans un dossier judiciaire aussi lourd, révèle en fait la boîte à outils islamiste, disponible à portée de clic. Elle matérialise le rôle majeur de la Toile dans le processus de radicalisation. La plupart des textes sont construits autour d'un même raisonnement binaire. Djihad. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Djihad, jihad ou djihâd (arabe : ǧihād, جهاد « effort ») est un terme arabe signifiant « exercer une force », « s'efforcer » ou « tâcher » .

Dans le Coran, on retrouve l'expression al-ǧihād bi anfusikum (« lutter avec votre âme ») ou encore l'expression al-ǧihād fī sabīl Allāh (« faites un effort dans le chemin de Dieu »)[1],[2]. Le concept de jihâd a constamment évolué, ce qui empêche toute définition figée au profit de la recherche d'interprétations successives, souvent concurrentes parmi les sphères intellectuelles musulmanes[3]. L'islam compte quatre types de jihâd : par le cœur, par la langue, par la main et par l'épée. Le jihâd par le cœur invite les musulmans à « combattre afin de s'améliorer ou d'améliorer la société »[4],[5]. Le plus connu des sens du jihâd est le jihâd par l'épée.

Guerre et Paix, l'historique de ces notions dans la chari'a[modifier | modifier le code] Il faut savoir que le combat armé n'est qu'une forme de jihâd. Comment les djihadistes français sont recrutés sur Internet. "Pourquoi j'ai choisi le djihad en Syrie" INEDIT | Syrie : le témoignage d'un Français parti faire le djihad.