background preloader

La tentation big Brother

Facebook Twitter

Les chroniques de Jean Peuplu : Je ne vois pas comment en sortir ! Billet invité.

Les chroniques de Jean Peuplu : Je ne vois pas comment en sortir !

J’ai eu un peu de mal à le convaincre mais Jean Peuplu rejoint notre équipe ! Projet de loi sur le renseignement, ou le retour de Fouché, par Roberto Boulant. Billet invité.

Projet de loi sur le renseignement, ou le retour de Fouché, par Roberto Boulant

La question s’impose d’elle-même. Pourquoi faire un Patriot Act à la française, alors que nous avons maintenant suffisamment de recul pour analyser les résultats donnés par le modèle originel américain ? À sa nocivité envers les libertés individuelles – selon la formule connue depuis les Césars, qui veut que la loi d’exception devienne la norme -, s’ajoute un coût financier exorbitant pour une efficacité dérisoire dans la lutte anti-terroriste. Sans oublier le b.a. -ba du renseignement, qui enseigne qu’il ne sert à rien de collecter des milliards d’informations à chaque instant… si vous n’avez pas des millions d’analystes pour les interpréter. Loi sur le renseignement : les bugs du big data.

Le projet de loi sur le renseignement expliqué ligne par ligne. Le projet de loi sur le renseignement sera discuté en séance entre les 13 et 16 avril prochains.

Le projet de loi sur le renseignement expliqué ligne par ligne

Les débats sur ce texte préparé depuis plusieurs années se feront sous la voie de « l’urgence », choix de l’exécutif. Voilà en attendant une analyse ligne par ligne du texte, avec au passage, de premières suggestions de rustines (identifiées par ces « patchs » qui égrainent notre dossier). Pourquoi le projet sur le renseignement peut créer une "surveillance de masse" Les défenseurs des libertés sur Internet ont peur.

Pourquoi le projet sur le renseignement peut créer une "surveillance de masse"

Depuis la , dans Le Figaro, que le gouvernement voulait installer des "boîtes noires" chez les opérateurs télécom afin de pouvoir surveiller, "en temps réel" et "de manière totale et systématique" les personnes représentant une "menace" et de réactions . Tollé contre la loi sur le renseignement. Le texte était annoncé et Manuel Valls a donc présenté le 19 mars au Conseil des ministres le projet de loi sur le renseignement concocté par Jean-Jacques Urvoas.

Tollé contre la loi sur le renseignement

Lors de la conférence de presse qui a suivi, il a à nouveau égrainé les arguments lénifiants : pas de moyens d’exception, « il ne s’agit en aucun cas de mettre en place une surveillance généralisée des citoyens », l’usage des techniques de surveillance sera mieux contrôlé et réservé à la lutte contre le terrorisme. « Dérive autoritaire : les premiers signes qui doivent alerter »

En plus de son efficacité douteuse, le site gouvernemental Stop-djihadisme se prête à tous les détournements.

« Dérive autoritaire : les premiers signes qui doivent alerter »

On y trouve notamment une plaquette qui renseigne sur « les premiers signes » de l’embrigadement d’un proche dans le salafisme djihadiste. Parmi ces « signes » évoqués sous forme de pictogrammes (à gauche ci-dessus) : « Ils se méfient des anciens amis, qu’ils considèrent maintenant comme des “impurs” » ; « Ils rejettent des membres de leur famille » ; « Ils abandonnent l’école ou la formation professionnelle car l’enseignement dispensé fait parti du complot », etc. Vient ensuite le numéro vert mis à disposition des « familles » qui « sont souvent démunies pour identifier les signes qui peuvent laisser présager un embrigadement, puis un départ ». Sur Twitter, Clément Sénéchal, « l’homme qui tweetait pour Mélenchon », se moque gentiment : « Passé la journée au téléphone avec le ministère de l’Intérieur : j’avais des doutes sur à peu près tous mes potes. » Certains vont plus loin.

L’école après Charlie : on a mis le doigt dans un engrenage pervers. Tribune C’est sans doute la première fois de ma carrière que je me sens inquiet, et peut-être même menacé, dans l’exercice de mon métier de professeur de philosophie.

L’école après Charlie : on a mis le doigt dans un engrenage pervers

Par qui suis-je inquiété ? Par des élèves, souvent présentés comme incultes et enfermés dans leurs préjugés ? Non, mes élèves sont ouverts à l’exercice de la pensée et du questionnement. Convoqués pour manque de respect envers une affiche. Deux collégiens de 12 ans et 13 ans et demi ont comparu devant la Cellule de citoyenneté et de tranquillité publique (CCTP) convoquée par le député-maire de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône), Bernard Reynès.

convoqués pour manque de respect envers une affiche

Il leur est reproché d’avoir manqué de respect à une affiche "je suis Charlie" et de ne pas avoir marqué la minute de silence, tenant même des propos jugés inquiétants. Pour Bernard Reynès, UMP tendance droite populaire, la Loi de prévention de la délinquance n’est pas utilisée comme elle devrait l’être. » “Surveiller tout comportement suspect”, par Jacques Attali. Le 19 janvier 2015 | par Jacques Attali A priori, rien ne relie les tragiques événements que nous vivons en Europe, (depuis l’arrivée massive et incontrôlée en Italie de migrants fuyant la folie terroriste au Moyen-Orient, pour la retrouver dans les rues de Paris et Bruxelles, après Toulouse), avec la décision que la Banque Centrale Européenne annoncera jeudi 22 janvier après-midi, rachetant pour la première fois, sur les marchés, des bons du trésor des pays membres de la zone euro.

» “Surveiller tout comportement suspect”, par Jacques Attali

Cette décision apparemment purement technique, qui vise à relancer la croissance et l’inflation européenne est très bienvenue ; elle donne à l’Europe un formidable ballon d’oxygène. Mais elle n’aura pas d’effet durable si les États européens ne prennent pas le relais en réformant leurs économies, pour s’adapter à la modernité d’une façon socialement juste, et en finançant des projets communs par des bons du trésor communs, des euros bonds.