background preloader

Sémiologie de l'image

Facebook Twitter

Cinéma, photos et société. Lev Koulechov. Lev Koulechov (ou Lev Kuleshov pour les anglo-saxons) est l’un des fondateurs de la cinématographie soviétique.

Lev Koulechov

Né à Tambov le 1er janvier 1899, il s’installe à Moscou après la mort de son père. Il étudie la peinture à l’école des Beaux-Arts. En 1916 il est invité par Khanjonkov dans ses studios, et il est chargé de faire les décors du célèbre cinéaste Evgueni Bauer avec qui il se lie d’amitié. En 1917, il est décorateur, assistant d’Evgueni Bauer et acteur pour le film A la recherche du bonheur. La même année, il réalise son premier film, Le projet de l’ingénieur Pright, « premier film russe réalisé selon la conception du montage, avec des images spécialement élaborées et assemblées selon les lois du montage » (L.Koulechov, Entretien enregistré à Moscou en 1965).

En 1919-20, il est chef des actualités auprès de l’Armée Rouge : il filme avec Edouard Tissé des reportages sur la guerre civile, dans des conditions souvent très dangereuses. Bibliographie : Miscellanée #15 : L’effet K - Lev Koulechov, Ivan Mosjoukine. L’effet K, ou « effet Koulechov » du nom de son théoricien, ou encore « expérience Mosjoukine », met en lumière la fonction créatrice du montage au cinéma et s’interroge sur le travail de l’acteur.

Miscellanée #15 : L’effet K - Lev Koulechov, Ivan Mosjoukine

En 1921, le réalisateur russe Lev Koulechov fait une expérience fascinante et novatrice : il choisit un plan de l’acteur vedette de l’époque Ivan Mosjoukine, plan sur lequel le visage de l’acteur est neutre et ne laisse paraître aucun sentiment particulier. Ce plan, il le décline à l’identique trois fois. La première fois, il le fait suivre d’une autre image, celle d’une assiette de soupe. La deuxième fois, le plan est suivi de l’image d’un cercueil dans lequel repose un enfant ; enfin, une femme lascive allongée sur un canapé succède au dernier plan neutre d’Ivan Mosjoukine.

La faim, l’affliction et le désir : trois émotions suscitées par les plans en contrechamp de celui de l’acteur. Si le film est parvenu jusqu’à nous, la mise en pratique de l’expérience manque de clarté. Qu'est-ce que l’effet K, ou « effet Koulechov » ? - Grand écart. L’effet K, ou « effet Koulechov » du nom de son théoricien, ou encore « expérience Mosjoukine », met en lumière la fonction créatrice du montage au cinéma et s’interroge sur le travail de l’acteur.

Qu'est-ce que l’effet K, ou « effet Koulechov » ? - Grand écart

En 1921, le réalisateur russe Lev Koulechov fait une expérience fascinante et novatrice : il choisit un plan de l’acteur vedette de l’époque Ivan Mosjoukine, plan sur lequel le visage de l’acteur est neutre et ne laisse paraître aucun sentiment particulier. L'effet koulechov. Robert Doisneau, tout simplement. Agence Gamma-Rapho. Archive 2010 A l'occasion de la Soirée d'Inauguration du Festival, Voies Off et Xavier Zimbardo vous propose une grande fête en musique avec les images de l'agence Gamma/Rapho.... © Keystone, Gamma-Rapho Soutenu par la mobilisation des photographes et du collectif Fight For Foto (FFF) créé par Xavier Zimbardo, François Lochon a sauvé d'une liquidation judiciaire sept des plus prestigieuses agences photographiques dont les agences Rapho et Gamma, avec laquelle il a reçu trois World Press.

Agence Gamma-Rapho

Le Siècle de Willy Ronis. Après le magnifique opus « Dior, 30 avenue Montaigne » (chronique à lire ici) et les évanescentes photographies signées Gérard Uféras, voici que les éditions Terre Bleue font à nouveau parler avec le récent ouvrage « Le Siècle de Willy Ronis ». « Je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans… » égrène le texte d’un air célèbre.

Le Siècle de Willy Ronis.

Un refrain en forme d’élégie tant le siècle que photographia Willy Ronis (1910-2009) nous revient, à travers son œuvre, sous le prisme réfléchi d’une fredaine enfuie. Enfant du Paris populaire, des piqueurs et des trotteuses, Willy Ronis se destine dès le berceau à témoigner en noir et blanc d’un siècle pas tout rose. 8 photographes d’après-guerre qui ont immortalisé Paris. En partenariat avec Artsper La ville de Paris a été photographiée sous toutes ces coutures et certains artistes ont réussi à rendre leur vision de la Capitale immuable à travers le temps A Nous Paris et Artsper vous proposent de réenchanter votre quotidien avec 8 photographes d’après-guerre qui ont su immortaliser la capitale sous un jour nouveau et graver dans la mémoire collective des clichés inoubliables.

8 photographes d’après-guerre qui ont immortalisé Paris

Brassai -Vue nocturne sur Paris de Notre-Dame -1933-34 Gyula Halász, de son vrai nom, est un photographe français d’origine hongroise. Après des études de beaux-arts à Budapest et à Berlin, il s’installe à Paris en 1924, où il se lie avec quelques grandes figures de la scène littéraire parisienne comme Léon-Paul Fargue et Jacques Prévert. Robert Capa, Liberation de Paris Celebration de la victoire sur les Champs-Elysées, août 1944.