background preloader

Cartographie

Facebook Twitter

« L’Atlas des frontières », éloge de la carte - La Croix. Ce superbe ouvrage, le premier du genre, propose une lecture revigorante de l’actualité internationale, à travers une cinquantaine de cartes et infographies. • « L’Atlas des frontières – murs, conflits, migrations », de Bruno Tertrais et Delphine Papin, Les Arènes, 140 p.,, 29,90 € Les frontières sont-elles là pour protéger ou pour exclure ?

« L’Atlas des frontières », éloge de la carte - La Croix

Pour relier ou pour séparer ? Sont-elles plutôt la cause des guerres ou leur conséquence ? Et comment évoluent-elles au gré des époques, des conflits et des migrations ? Les atlas eux-mêmes ont vocation à aborder ce sujet en dessinant les contours des pays : frontières naturelles ou artificielles, maritimes, continentales ou tracées au double-décimètre au milieu du désert. . « Il y a aujourd’hui 323 frontières terrestres » « Il y a aujourd’hui 323 frontières terrestres ou « dyades », sur environ 250 000 km. Quand la frontière devient « un cimetière » > Retrouvez aussi notre carte : Les murs anti-immigration à travers le monde Jean-Yves Dana Newsletter. Poétique et rhétorique de la carte dans l'art contemporain. Parmi les façons de comprendre les cartes, celle qui consiste à les considérer comme des textes à la manière d’autres systèmes de signes non verbaux – comme la peinture, le théâtre, le cinéma etc. –, n’est pas la moins pertinente [1][1] Cf.

Poétique et rhétorique de la carte dans l'art contemporain

Diffusion des savoirs de l'École normale supérieure. Online ressources [help] Weblinks about this section no link about this conference about the speaker other conferences about geography Journée d’études : Dessiner le monde, une exploration des imaginaires cartographiques.

Diffusion des savoirs de l'École normale supérieure

Workshop ENSA Dijon Psychogeographie et parcours urbain. Etre au centre du monde, vraiment. Intuitivement, on aurait tendance à considérer Internet comme un adjuvant de la mondialisation pour plein de raisons dont une tient à la représentation du monde.

Etre au centre du monde, vraiment.

Regardez comme avec Google Street Maps, par exemple, vous pouvez en quelques clics parcourir les routes, les rues et les paysages des régions les plus lointaines. Comment ne pas considérer que cela participe à nous inscrire dans un espace commun, à nous faire les habitants d’un monde que nos informations parcourent à la vitesse de la lumière et dans lequel nous pouvons plonger à chaque instant ? Eh bien, c’est peut-être un peu plus compliqué.

C’est ce que montre un petit livre tout juste disponible aux éditions Rue d’Ulm, joliment intitulé “Les petites cartes du web”, sous la plume de Matthieu Noucher, qui est géographe. Pourquoi cette jolie expression de “petites cartes du web” ? Messages in Maps: Psychogeography, Cultural Ecology and the Prefigured Place. Messages in Maps Psychogeography, Cultural Ecology and the Prefigured Place Travis Hedge Coke Ta-Nehisi Coates rewrote the map of Wakanda.

Messages in Maps: Psychogeography, Cultural Ecology and the Prefigured Place

Of all his work on Black Panther and related comics, the new map impresses me the most. It is, while not wordy, the most literary action. In passing, this might not even register with the average reader. People do not often interpolate place names, nearness to waterways or distance from agriculture as even purposeful decisions made by an author. Sidenote: Coates and Stelfreeze are talking to something like seven different completely-formed and articulate audiences with every release of Black Panther.

Our primary introductions to maps probably presented them to us as objective and inarguable. The authorship of a map is usually entirely erased by the time we peruse it. Sidenote: Anecdotal facts couched within otherwise pure fiction are still treated as objective truths by many in any given audience. All maps are representative of cognitive maps. Publications. Objets connectés : Quels enjeux de société ? Quelles problématiques ? L'art cartographique de Matthew Rangel. Avec ces oeuvres qui mélangent les perspectives, des cartes et des éléments du paysage, Matthew Rangel documente ses randonnées dans les montagnes de la Sierra Nevada.

L'art cartographique de Matthew Rangel

Chapitre 3 integralite. La promenadologie est une méthode destinée à décrypter les paysages, à reconnaître ce qui passe habituellement inaperçu. « La perception passe, selon moi, par des signes plutôt que par des réalités. » (20) Le paysage n’existe pas en lui-même, il ne nous est pas donné, il n’apparaît qu’à partir de ce que nous reconnaissons et gardons en mémoire.

Chapitre 3 integralite

Marcher, nous dit BURCKHARDT, c’est une façon de reconnaître que la totalité est trompeuse, et que la vérité ne peut être que dans le détail, « la petitesse merveilleuse du réel au milieu du vacarme urbain ». Chacun a pu en faire l’expérience : on a beau être passé souvent à un endroit de la ville, on s’étonne d’y faire encore des découvertes. Pour passionnants et emblématiques qu’ils soient, force est de reconnaître que les penseurs de la marche en tant qu’acte de création ne sont pas très nombreux.

Cartographie des Hétérotopies (les lieux) - Sur les chemins de la transition. Les "hétérotopies" sont des utopies concrètes, des lieux dans lesquels des femmes et des hommes expérimentent d'autres manières d'agir et de vivre ensemble.

Cartographie des Hétérotopies (les lieux) - Sur les chemins de la transition

Il en existe partout mais nous passons souvent à côté d'elles sans les voir. Ces projets répondent pourtant aux préoccupations de nombreux d'entre nous. C'est pourquoi Via Brachy a entrepris de les référencer. L'identification des hétérotopies est une oeuvre collaborative. Nous tenons à remercier chaleureusement toutes celles et ceux qui nous ont écrits pour partager leur expérience.