background preloader

Psychologie

Facebook Twitter

00802323, version 1] Pertinence des normes et standards dans les dispositifs de formation à distance.

Tests psychologiques

Postulat. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Postulat

On nomme postulat (du latin "postulare" qui signifie "demander") un principe non démontré utilisé dans la construction d'une théorie mathématique. Définition[modifier | modifier le code] Le postulat est ce que le mathématicien demande qu'on lui accorde et qui sert de fondement au reste de son exposé ; il n'est cependant pas par définition interdit de le démontrer plus tard. En ce sens, le postulat se distingue de l'axiome, ce dernier étant toujours posé au départ comme un élément fondamental du système qu'on ne cherchera pas à démontrer.

On peut donc utiliser un postulat avec l'assentiment de l'auditeur, qui le prend comme un principe non démontré mais sans doute légitime, car semblant intuitivement non contestable (ou parce que prouvé ultérieurement par des démonstrations ne le faisant pas intervenir — voir autoréférence, tautologie). Voir aussi[modifier | modifier le code] Sur les autres projets Wikimedia : postulat, sur le Wiktionnaire. Axiome. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Axiome

Pour l’article homophone, voir Axiom. Un axiome (du grec ancien αξιωμα/axioma, « considéré comme digne, convenable, évident en soi » – lui-même dérivé de αξιος (axios), signifiant « digne ») désigne une vérité indémontrable qui doit être admise. Préjugé. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Préjugé

Le terme préjugé (jugement préalable) désigne des opinions adoptées en l'absence d'informations ou de pratiques suffisantes. Parfois articulés sur des mythes ou des croyances, ou résultant d'une généralisation hâtive, les préjugés sont considérés dans une perspective bayésienne comme le point de départ de toute acquisition d'information, le processus d'apprentissage consistant simplement à les rectifier aussi vite que possible à la lumière de l'expérience. Un préjugé est une idée admise sans démonstration, au même titre qu'un axiome ou un postulat. Cependant le "préjugé" est considéré par celui qui y adhère comme une vérité, tandis que l'axiome ou le postulat s'inscrit dans un contexte de pensée philosophique ou scientifique dans lequel il est vu comme une hypothèse de travail utilisable indépendamment de toute appréciation quant à son caractère de vérité. Il faut remarquer que le préjugé possède deux facettes essentielles.

Conformisme. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Conformisme

Emprunté de l’anglais « conformist », le mot est dérivé du français, « conforme » et fait référence, au XVIIe siècle, à la personne qui menait une conduite traditionaliste et qui était en accord avec le contexte et le milieu où elle vivait, celui qui professait la religion officielle [1]. Ce processus très largement étudié en psychologie sociale correspond à un changement d'opinion, de comportement ou même de perception des individus, que l'on observe dans des situations de pression sociale ou d'influence sociale. Il existe différentes formes de conformisme, qui impliquent les individus de manière plus ou moins forte[2]. Celui-ci a des implications dans plusieurs secteurs comme dans la consommation, les goûts musicaux, la mode, l'économie, ... Enfin, ce phénomène reste important pour le fonctionnement de la société car sans lui, elle ne pourrait fonctionner[3]. Idée reçue. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Idée reçue

Une idée reçue est une opinion, située entre le stéréotype, le cliché et le lieu commun. Elle a la particularité de s'admettre aisément, pour diverses raisons : elle est très répandue (argumentum ad populum). On l'a d'ailleurs tous entendue au moins une fois ;celui qui la transmet la considère très souvent comme évidemment démontrée (évidence) ;elle est agréable à admettre, parce qu'elle répond (le plus souvent simplement) à une question redondante, ou gênante, ou complexe : elle aide à ne plus réfléchir et s'impose insidieusement ;elle peut aussi être plaisante à admettre par son caractère amusant (anecdote) qui permet de la retenir d'autant mieux.

On note enfin qu'elle est souvent fausse, à tel point que s'est formée l'expression « Combattre les idées reçues », ce qui sous-entend qu'elles ne peuvent qu'être combattues, et non démontrées comme justes. Stéréotype. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Stéréotype

En sciences humaines, un stéréotype est l'image d'un sujet dans un cadre de référence donné, telle qu'elle y est habituellement admise et véhiculée. Psychologie[modifier | modifier le code] Définition et caractéristiques[modifier | modifier le code] En psychologie sociale, un stéréotype est : Migraine. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’Organisation mondiale de la santé classe la maladie migraineuse au 20e rang des maladies ayant un impact sur le handicap et l’altération de la qualité de vie, et parmi les 10 premières maladies si l’on considère uniquement la population féminine[6]. Physiopathologie[modifier | modifier le code] Les causes de la maladie sont incomplètement élucidées, mais pendant longtemps des anomalies vasculaires semblaient être à l'origine des douleurs : vasodilatation (augmentation du calibre des vaisseaux) et augmentation de la perméabilité vasculaire.

Les symptômes de l'aura migraineuse avaient été reliés à une diminution du flux sanguin cérébral dans certains territoires. Le fait que de nombreux médicaments anti-migraineux interagissent avec le système sérotoninergique a orienté les chercheurs vers un rôle majeur de certains neuromédiateurs : sérotonine et noradrénaline[7]. Dépersonnalisation.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dépersonnalisation

Pour les articles homonymes, voir DP. La dépersonnalisation (quelques fois DP) est une anomalie du mécanisme cognitif. Trouble de la personnalité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Trouble de la personnalité

Un trouble de la personnalité désigne, en psychiatrie et dans l'approche suivant les préceptes du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5), une catégorie de traits de la personnalité mal adaptés impliquant fonctions cognitives et comportementales. Ces comportements sont instables et sont souvent associés à une détresse ou handicap significatif[1]. Les définitions peuvent varier selon d'autres sources[2],[3]. Classification[modifier | modifier le code] Organisation mondiale de la santé[modifier | modifier le code] La section de la CIM-10 sur les troubles mentaux et comportementaux incluent un groupe de troubles de la personnalité.

DSM-5. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

DSM-5

Le DSM-5, version originale anglaise, avec son prédécesseur, le DSM-IV-TR, version française Publiée le 18 mai 2013, la cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM, de l'anglais Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) de l'Association Américaine de Psychiatrie (APA), communément intitulée DSM-5 (anciennement connue sous le titre DSM-V) remplace la quatrième édition du DSM (DSM-IV, 1993 ; textes révisés en 2000, DSM-IV-TR) après consultation, révision et préparation[1],[2]. L'APA possède un site de développement officiel des versions antérieures du DSM-5[3]. Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux

Pour les articles homonymes, voir DSM. Le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (également désigné par le sigle DSM, abréviation de l'anglais : Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders), publié par la Société américaine de psychiatrie (APA), est un ouvrage de référence qui classifie et catégorise des critères diagnostiques et des recherches statistiques de troubles mentaux spécifiques. Le manuel évolue à partir des statistiques collectées depuis des hôpitaux psychiatriques et depuis un manuel diffusé par l'Armée de terre des États-Unis, qui a radicalement été révisé en 1980.

La quatrième révision (DSM-IV) est publiée en 1994, bien qu'un texte révisé ait été commercialisé en 2000. La cinquième édition (DSM-5) a été publié au mois de mai 2013[1]. Psychométrie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La psychométrie est la science étudiant l'ensemble des techniques de mesures pratiquées en psychologie, ainsi que les techniques de validation de ces mesures. Ces techniques concernent tous les champs de la psychologie, ainsi que d'autres domaines de sciences connexes (comme la recherche en comportement du consommateur par exemple) mais elles ont été surtout développées, à l'origine, pour la mesure des performances intellectuelles (âges mentaux ou quotient intellectuel, quotients de développement dans la petite enfance, etc.) ou bien pour l'analyse des composantes de la personnalité (affectivité, émotions, relations avec les autres, etc.).

Test (psychologie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Test. C'est dans le cadre d'un examen psychologique qu'un psychologue fait passer des tests. Ceux-ci (il en existe plus de 2000) peuvent être utilisés dans le cadre d'une orientation scolaire et professionnelle (psychologues conseillers en orientation et psychologues scolaires), également dans le cadre d'un diagnostic en psychopathologie (psychologues cliniciens) et en neuropsychologie (neuropsychologues). On peut classer les tests et les instruments associés selon leur type d'évaluation qu'ils visent à mesurer et à qualifier. On distingue les tests liés à une évaluation différentielle de ceux liés à une évaluation clinique. Examen psychologique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les cadres de l'examen psychologique avec tests[modifier | modifier le code] Ils peuvent relever :

Psychologie clinique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La visée de la psychologie clinique est de faire accéder le patient à la cessation de ses souffrances psychiques. Dans cette optique, le clinicien tente d'isoler et de comprendre les signes cliniques et symptômes qui touchent l'individu, et de quelles angoisses elles tentent de protéger la psyché. L'idée n'est pas d'isoler une causalité allant d'un certain contexte familial, trait de caractère ou trauma, à un type d'affection psychique ou de symptômes particuliers, mais de décrire et comprendre le fonctionnement du patient ; le symptôme n'est donc pas tant ce qu'il faut traiter qu'un indicateur de la bonne santé de l'appareil psychique.

Définitions[modifier | modifier le code] Pour Dieudonné Tsokini, « la psychologie clinique est la science de la conduite humaine »[3] Naturaliste. Sciences de la vie. Désirabilité sociale. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En psychologie, la désirabilité sociale est le biais qui consiste à vouloir se présenter sous un jour favorable à ses interlocuteurs.

Ce mécanisme psychologique peut s'exercer de façon implicite, sans qu'on en ait conscience, ou au contraire être le résultat d'une volonté consciente de manipuler son image aux yeux des autres. L'échelle psychométrique de Marlowe-Crowne offre une mesure de la désirabilité sociable. Ce concept est particulièrement pris au sérieux lorsque des sociologues ou des historiens du contemporain utilisent la démarche de l'enquête, ce qui est plus fréquent pour les premiers que pour les seconds. Sérendipité. Motivation. Stress. Robert Rosenthal. Psychologie expérimentale. Classification internationale des maladies. Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux. Personnalité.