background preloader

Entrepreneur

Facebook Twitter

10 caractéristiques qui faisaient de Steve Jobs un entrepreneur hors pair. Toujours et encore cité en exemple, que ce soit pour louer ses qualités ou pour mettre en exergue ses défaut, Steve Jobs, bien que pratiquement une décennie se soit écoulée fait toujours autant couler d’encre.

10 caractéristiques qui faisaient de Steve Jobs un entrepreneur hors pair

Le fondateur d’Apple, décédé à 56 ans en 2011 des suites d’un cancer, a littéralement changé le monde et bouleversé notre rapport à la technologie. Mais quel type d’entrepreneur était-il ? Un fondateur innovant. Steve Jobs est un entrepreneur innovant comme on n’en compte peu par siècle. Il a révolutionné le monde de l’informatique avec le tout premier Macintosh, l’iPod, l’iPhone et la tablette. Une politique basée sur l’essentiel. Steve Jobs ne s’embarrassait pas de l’inutile. Il savait s’inspirer de ce qui l’entoure.

Steve Jobs avait la faculté de déterminer le potentiel des projets innovants. Un homme sans modèle, qui se fichait des règles. La seule loi qu’il suivait était celle de son cœur et son intuition. Un entrepreneur visionnaire. Les principales étapes de la création d'entreprise. Entrepreneurs Entrepreneurs | Horizon entrepreneurs | 31/03/2016 Les principales étapes de la création d'entreprise Pascal Grillet, chef de produits professionnels Caisse d'épargne Auvergne-Limousin, répond aux questions que se posent les créateurs d'entreprise sur les différentes étapes de la création : - quelles sont ces étapes ?

Les principales étapes de la création d'entreprise

- quels sont les différents interlocuteurs à rencontrer ? Vidéo réalisée en partenariat avec www.horizonentrepreneurs.fr Entrepreneurs | 12/06/2020 à 14:00 SunnyCare : une crème solaire personnalisée et responsable Black System : des usines de proximité pour fabriquer des pailles en papier + de vidéos. La "destruction créatrice" : du slogan à l'imposture. La destruction créatrice est dans toutes les bouches aujourd’hui.

La "destruction créatrice" : du slogan à l'imposture

Nous vivons cette phase de tangage socio-économique où le neuf bouscule l’ancien. Cette vision économique fédère. Elle a quelque chose d’évident au premier abord, et elle séduit par son apolitisme apparent : ni marxiste, ni keynésienne, ni néo-classique. Elle permet aux pensées les plus molles de se parer des apparences de l’audace : on y parle disruption, mutation, bouleversement, transition, trans-humanisme, etc. Le progrès et ses désordres ne font plus peur. Concept valise de la macronie C’est un triste constat. La trajectoire problématique du capitalisme Le problème, c’est que tout cela ressemble à du Schumpeter, mais n’est pas du Schumpeter.

Les 7 étapes de la reprise d'une entreprise. Romain Laufer, HEC - L'entrepreneur et la transgression des règles établies. Les 50 plus grands patrons de l'histoire - Histoire éco - Enquêtes.

Schumpeter

13 ans et déjà PDG de son entreprise - JDN. A 9 ans, Moziah Bridges apprend à coudre avec sa grand-mère.

13 ans et déjà PDG de son entreprise - JDN

Quatre ans plus tard, il signe un accord avec une chaîne de magasins pour écouler ses noeuds papillon. En septembre dernier, Daymond John - investisseur notamment via l'émission "Shark Tank" - a emmené son protégé Moziah Bridges à New York pour la Fashion Week de Mercedes-Benz. Le garçon, âgé de 12 ans à cette époque, est le fondateur et PDG de l'entreprise de nœuds papillon Mo's Bows. En plus de l'emmener à des événements importants et de le présenter à des acteurs influents du secteur, John a accompagné Bridges à une interview pour l'émission "Squawk" Box sur CNBC. Dans l'entreprise, fini l'autoritarisme, bonjour l'intelligence collective ! Pied de nez à la traditionnelle SARL (société à responsabilité limitée), Probionov, implantée à Aurillac, dans le Cantal, depuis soixante ans, se définit désormais comme une Sara, une société à responsabilité augmentée.

Dans l'entreprise, fini l'autoritarisme, bonjour l'intelligence collective !

Comprenez : une entreprise dont les quelque 100 salariés sont pleinement impliqués dans leurs tâches. Il y a dix-huit mois, Stanislas Desjonquères, qui dirige cette PME spécialisée dans la recherche et la fabrication de probiotiques pour l'industrie pharmaceutique (15 millions d'euros de chiffre d'affaires), a entrepris de révolutionner le mode de management. Misant sur l'intelligence collective, ce patron a gommé un à un tous les signes d'injustice ou de défiance (comme les fournitures de bureau sous clé) et a proscrit les tâches absurdes et improductives, identifiées en interne sous la dénomination 5C : «C'est con mais c'est comme ça.» Steve Jobs, le parfait entrepreneur à la Schumpeter. Je suis toujours émerveillé lorsque je prépare des cours de voir en quoi les économistes/sociologues peuvent encore nous aider à comprendre le monde actuel (je sais, c'est une phrase un peu pompeuse, mais elle correspond pourtant à ce que je pense).

Steve Jobs, le parfait entrepreneur à la Schumpeter

Nous avons achevé, avec ma classe de Terminale, l'analyse du capitalisme de Joseph Aloïs Schumpeter et je cherchais des illustrations de ses principaux concepts. En parcourant mes archives et le web, plusieurs informations concernant l'entreprise Apple m'ont paru très pertinentes pour revisiter cet auteur. L'entrée de l'Apple store de San Francisco (GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP) Diaporamas similaires à Playmobil, en avant l’histoire.