background preloader

Consommation

Facebook Twitter

La finance solidaire atteint de nouveaux sommets. En 2016, les produits d’épargne à vocation sociale et environnementale ont collecté près de 10 milliards d’euros. Les petits ruisseaux font les grandes rivières. L’argent que les ménages mettent de côté année après année avec le souci de soutenir des projets à forte utilité sociale ou environnementale a fini par constituer une cagnotte de près de 10 milliards d’euros. Grâce à 1,3 milliard collecté en 2016, l’encours d’épargne solidaire atteignait précisément 9,76 milliards d’euros au 31 décembre selon le quinzième baromètre Finansol-La Croix publié lundi 22 mai.

Ces fonds – dont tout au partie sont investis dans des projets solidaires – ont financé, à hauteur de 280 millions d’euros en 2016, des associations luttant contre l’exclusion, la dépendance ou pour le recyclage. Changement de dimension « Cela fait quatre ans que le flux d’épargne solidaire est supérieur à 1 milliard d’euros par an, souligne Sophie des Mazery, directrice de Finansol. . « Prise de conscience des épargnants » Fairphone. Le dernier produit de l'entreprise Fairphone : Fairphone 2, vues arrière et avant. Fairphone est une entreprise néerlandaise créatrice de smartphones dont la conception et la production ont été pensées pour intégrer des contraintes environnementales et de commerce équitable[1]. C'est également le nom des téléphones créés par la société : le Fairphone et le Fairphone 2.

Genèse[modifier | modifier le code] Cette société, basée à Amsterdam, aux Pays-Bas, est le fruit d'une réflexion sur l'utilisation, pour les téléphones, de minéraux comme le coltan, dont le commerce est exploité par des groupes guerriers en République démocratique du Congo[2]. Elle a été fondée en , par Bas van Abel. Bas van Abel, tout en reconnaissant l'impossibilité d'offrir un smartphone totalement en accord avec l'idéal du commerce équitable[3], à cause de la complexité du produit, avait initialement fixé comme objectifs : Un premier modèle : le Fairphone[modifier | modifier le code] Critiques[modifier | modifier le code] Jeremy Rifkin : “Ce qui a permis le succès inouï du capitalisme va se retourner contre lui” - Idées. Pour l’économiste américain Jeremy Rifkin, l’heure de la troisième révolution industrielle a sonné. La société va devoir s’adapter. Il y a vingt-cinq ans, c'était la star du ring, le « boss », vainqueur du communisme par K-O ! Aujourd'hui, le capitalisme est un champion usé par la crise, miné par les contradictions et politiquement à bout de souffle.

Pour l'économiste américain Jeremy Rifkin, nous assistons, tout simplement, à son éclipse. Dans un livre passionnant – La Nouvelle Société du coût marginal zéro – en librairie le 24 septembre 2014, il raconte le basculement, inévitable, que nous avons déjà commencé à opérer vers un nouveau système de production et de consommation : les « communaux collaboratifs ». Nous nous éveillons, dites-vous, à « une nouvelle réalité – celle des communaux collaboratifs ».

Ce réveil ne risque-t-il pas d'être difficile pour les entreprises ? Qu'est ce qui provoque ce changement de paradigme ? C'est pourtant ce qu'il se passe ? Et aujourd'hui ? Un jeune français crée un lave-linge « increvable » anti-obsolescence. Voici l’increvable : le lave-linge anti-obsolescence programmée sorti tout droit de l’imaginaire de Julien Phedyaeff, jeune designer fraîchement diplômé de l’École nationale supérieure de création industrielle Les Ateliers. C’est notre découverte positive de la semaine ! « Dans un monde où la population augmente et où les ressources se réduisent, il est vital de préserver les ressources et cela commence par gérer intelligemment notre production. » – Julien Phedyaeff Objectif 50 ans Depuis tout petit, Julien Phedyaeff monte et démonte des objets par passion. Cette marotte a conditionné le choix de ses études jusqu’à en faire son sujet de mémoire en 2013. Son constat est sans appel : nombre d’objets qui nous entourent sont conçus pour tomber en panne de plus en plus tôt et surtout pour ne pas être réparés.

Eco-conception de A à Z Le choix de livrer l’objet en kit peut sembler surprenant. Et le lestage ? Le début d’une grande aventure ? Avec son invention, le jeune homme a frappé fort. Ouverture à Sainte-Clotilde de la première épicerie en vrac. Des produits en vrac, sans emballage50, 100, 250 grammes... les flocons d’avoine vendus dans cette épicerie sont vendues en vrac, et sans emballage. Dans cette épicerie d’un nouveau genre, située à la Technopole à Sainte-Clotilde, sur le site de la Technopole, les clients se servent eux-mêmes la quantité de produit désirée. Virginie apprécie le concept. Elle en profite pour tester différents produits. "Vu que c’étaient de nouvelles graines, je voulais les goûter. Achat en vrac, un mode de vieUn autre couple, habitant Le Port, est venu spécialement faire le déplacement afin de se fournir en produit issu de l’agriculture biologique, et sans emballage. "En Métropole, tout ce qui concerne le vrac se développe beaucoup.

"Économie sur le prix et l’absence d’emballage"Pour le mari, l’intérêt est double. La possibilité de choisir la quantité d’aliment contribue aussi à limiter le gaspillage alimentaire. Comparatif Substances toxiques dans les cosmétiques. Accueil bis - Low-tech Lab. OEKO-TEX® | OEKO-TEX® Standard 100 - fabricant. Global Standard gGmbH - International Working Group on Global Organic Textile Standard (IWG) Topten: Le classement écologique des appareils économes en énergie :: Topten. 20 marques de mode éthique: Veja, Ekyog, Stella McCartney, Misericordia... - L'Express Styles. Pin-up Bio - Blog Relooking Slow, Beauté Bio, Mode éthique. VEJA : Baskets, sacs et accessoires écologiques - VEJA STORE.

EKYOG - Mode et prêt à porter chic et bio pour la femme.