background preloader

Gender studies/feminism

Facebook Twitter

How not to talk about Gender and Education – Is the ‘Boys Crisis’ in Education a Reality? » Sociology Lens. By Unknown, not credited [Public domain], via Wikimedia Commons. In her latest piece for the Atlantic, Christina Hoff Sommers – author of “The War against Boys” – continues to make the case that boys are losing out in education, are being disadvantaged by schools that supposedly cater exclusively to girls and are thus in need of remedial help in order to catch up to girls educationally. Arguments like hers are still going strong in public discourse, although a vast amount of research has shown the situation to be much more complicated than she makes it sound. Instead of falling back to anti-feminist and gender-reinforcing ‘solutions’ – such as those proposed by Christina Hoff Sommers and others – an intersectional feminist analysis of gender and education is much more useful in accounting for the inequities in educational outcomes between different groups of students.

However, the data on gender and education actually paints a very different picture. .Further Reading: Connel, RW. 2000. Et si on étudiait l’hétéroparentalité ? Le débat récurrent sur les unions de même sexe et les familles homoparentales dessine, en creux, un autre débat, jamais explicité qui mérite toutefois d’être engagé, à savoir celui relatif à l’hétéroparentalité. Alors que depuis quarante ans, les études scientifiques sur les parents de même sexe ne cessent de se multiplier, les chercheurs ne se sont toujours pas emparés de l’objet «hétéroparentalité». Si de nombreux ouvrages sont consacrés aux familles homos, à leur capacité à remplir les fonctions parentales et au développement psychologique de leurs enfants, la famille hétéroparentale, en tant que telle, ne fait l’objet d’aucune problématisation scientifique.

Le sociologue Olivier Vecho a recensé, pour ces trente dernières années, trois cent trente documents (thèses, articles scientifiques, enquêtes, ouvrages…) relatifs à la capacité des parents homosexuels, au sort des enfants et aux dynamiques des familles homoparentales. Plaidoyer pour l’extrémisme.

S’il y a bien une chose qui m’énerve dans les discussions que je peux avoir ou dont je suis témoin, ce sont les manœuvres d’évitement. C’est-à-dire tous les non-arguments dont le but principal et parfois inconscient est de discréditer un propos adverse sans avoir à le prendre en considération. Je pourrais écrire vingt articles sur le sujet, sur vingt techniques ninja de la mauvaise foi caractérisée, surtout que je pratique sans doute pas moins qu’un autre ces techniques tellement habituelles. Mais ce serait un peu long, presque un livre, alors pour commencer je vous propose de parler de celle-ci: l’accusation d’extrémisme. Tout argument reposant sur l’«extrémisme» est logiquement infondé.

C’est un non-argument qui relève d’une opinion conservatrice et du refus d’examiner l’opinion adverse. Extrême par rapport à quoi? Le concept même d’extrémisme invoque des images, des représentations spatiales. Ces représentations courantes appellent une question: qu’est-ce qui se trouve au centre? Salut les filles....ET LES GARCONS. La dernière fois, sur sa page FB, Inhuman disait que merde alors, sur nos blogs beauté on avait toujours tendance à tout accorder au féminin...Et vas y qu'on parle de lectrICES, et qu'on se lance dans des "Salut les FILLES" et des "coucous mes choupinETTES" (sache que dans tout le cas, choupinet ou choupinette, je ne cautionne pas) Et ça fait écho, par ce que même si j'essaie de faire un peu attention, la plupart du temps je zappe, j'accorde tout au féminin par défaut, et quand je le réalise après j'ai un peu (beaucoup) la flemme de tout corriger.

Et c'est très laid. Petrilude-Youtubeur Par ce qu'il y à des garçons qui me lisent. Et que je le sais de source sûre (genre dans les environs y'à Tomi Perry qui nous balance des maquillages super jolis sur son blog à lui, ou AlexJAbrard qui vient souvent et qui a toujours un mot gentil). Le maquillage c'est pour les filles, parait-il.

Ils sont nombreux pourtant à prouver la bêtise de cette assertion. Tom Pecheux - maquilleur pour Estee Lauder. De la nécessité d’articuler féminisme et anti-racisme « G.A.R.Ç.E.S. Constat historique de l’incapacité des féminismes à articuler leur lutte à celle de l’anti-racisme (voir les articles de Christian Poiret et Elsa Dorlin) Ce sont les militantes du courant Black Feminism, puis du féminisme chicano, qui ont fait émerger cette problématique en remettant en cause la domination blanche sur le mouvement des femmes. En effet, les années 60 aux Etats-Unis ont été le théâtre de mouvements de femmes chicanas et noires, qui ont dénoncé les tendances racistes dans le mouvement féministe et l’invisibilisation de revendications spécifiques des femmes non-blanches.

Elles ont mis en avant des différences entre le vécu des femmes blanches et celles de couleur, en évoquant notamment la question de la famille ou de l’emploi. Une articulation des luttes pourtant indispensable Face à ce déficit historique d’articulation du féminisme et de l’anti-racisme, des auteur-e-s et militant-e-s se sont penché-e-s sur la façon de penser conjointement ces deux combats. par Sophie et Laura. "Nier la violence des femmes, c'est leur retirer la possibilité d'accès au pouvoir" Pourquoi ce livre ? On travaillait toutes les deux sur des sujets symétriques : la féminisation de la police et le contrôle social des femmes déviantes.

L’une et l’autre avons été confrontées au silence qui entoure la violence des femmes dans la recherche. Les analyses sur la violence portent en fait sur celle des hommes. Ce qui se comprend parfaitement sur le plan historique et stratégique. Pour les féministes du MLF, il était important de mettre d’abord au jour les violences faites aux femmes. L’idéal féministe de non-violence rendait aussi problématique l’évocation de cette question. Pourquoi la violence des femmes était-elle si difficile à penser ?

Contrairement à ce qu’on peut penser, on n’est pas face à un tabou : la violence des femmes fait l’objet d’une profusion de représentations sociales et de discours. Quels ont été les principaux obstacles ? Les sources. Il y a aussi une redécouverte constante de la violence féminine. Comment l’expliquez-vous ? Il est énorme. Tuez cette fille que je ne saurais voir | margincall. AMFAutorité des Marchés Financiers. C'est l'autorité française de régulation des marchés financiers. Son équivalent pourrait être la SEC américaine.Equivalent de la SEC (Security Exchange Commission) américaine.

N’a pas plus d’Autorité que sa consœur n’est gage de Sécurité (cf. Madoff) Appel de MargeDemande de reconstitution du compte de marge.Le pognon que tu dois envoyer quand tu es collé sur ta position. Arbitrage Stratégie de trading profitant d'incohérences momentanées entre les prix de plusieurs actifs ou contrats. Exemple: Une action est simultanément cotée sur le London Stock Exchange et sur le New York Stock Exchange. Back-TestingTest de la validité d'un modèle ayant pour appui des données historiques.Excuse universelle: Je ne comprends pas, le fonds a perdu 5% et pourtant, quand on fait le back testing, il aurait dû en gagner 2% ! Bâle IIProcédures rénovées de calcul des capitaux propres que se doivent de posséder les banques.

CDOCollateralized Debt Obligation. Manifeste des enfants pédés - premier jet. Vendredi 15 juin 5 15 /06 /Juin 13:46 Dés la naissance et jusqu’à la fin de la vie, l’ensemble des dispositifs sociaux et culturels tendent à nous produire comme sujets hétérosexuels. Ces dispositifs fonctionnent sur un mécanisme usé se décomposant à vitesse grand V et qui permettait jusqu’alors à l’hétérosexualité de s’imposer en règle naturelle et transcendante sans que rien ne justifie son existence en dehors des systèmes qui la re-produisent.

Les évidences sont nos ennemis intimes. Insultant notre intelligence politique, nous nous étranglons dés qu'elles nous viennent aux lèvres. Dés lors, si l’hétérosexualité était aussi évidente, si la complémentarité des sexes était aussi profondément imprimée dans les circuits de l’espèce, pourquoi ces systèmes auraient-ils besoin d’une telle propagande, de telles incitations, de tels rappels à l’ordre ? Comme la plus part des enfants, j’ai tenté de m’hétérosexualiser par imitation. Qui parle des droits des femmes dans la campagne ? Le site de visualisation de données 4th Estate met à disposition de nombreuses infographies résumant en un coup d'oeil des enjeux de la campagne.

Sur celui-ci, il décrypte les discours qui concerne les "women's issues", des thèmes comme le droit à l'avortement, la contraception et plus largement les droits des femmes. On y apprend que : La très grande majorité des propos sur ce thème ont été tenus par des hommes.L'ensemble des journaux nationaux et des émissions de télévision font appel à des hommes pour discuter de thèmes concernant les femmes. Handy Reference Guide to Identifying Oppressive Silencing « sisters of resistance. To assist you in identifying and resisting dominant and unequal power relationships in your life, we’ve compiled a list of common phrases people in historically dominant roles have been conditioned to and may use to try to silence oppressed others, particularly when they perceive their dominance to be challenged.

The quotations below were used by men against women and are thus patriarchal; however, one could expect to find similar strategic dismissals and silencing of the accounts and concerns of people of color, working class and poor people, queer and LGBTQI people, young people, fat people, disabled people, and other marginalized folks in the discourses of those who discriminate against them. The simultaneous and intersecting nature of oppression is also considered here. These strategies, and others we may have missed, can be found in any order, but from our experiences attempts to silence us commonly go something like this: Strategy: Assert authority. 1. No, but… 2. Like this: Moi je suis pas féministe, mais… Est-ce que ça t’arrive de commencer une phrase par «Moi je suis pas féministe, mais…»? De rire de ces féministes qui sont extrémistes, insensées, à côté de la plaque?

Si on te décrivait comme féministe, tu trouverais ça insultant? Eh bien j’ai une mauvaise nouvelle pour toi: tu es peut-être bien un ou une féministe quand même. En fait il y a un test assez simple. Tu es féministe si: Tu crois que les hommes et les femmes devraient avoir les mêmes droits et les mêmes opportunités dans la vie.Tu comprends qu’on n’y est pas encore vraiment, et que la majorité des inégalités affectent les femmes.

C’est aussi simple que ça. Bien sûr je n’ai pas l’intention de te forcer à porter une étiquette. Dans la suite de cet article, je parlerai de ce qu’est le féminisme — à mon sens — et de ce qu’il n’est pas. Le féminisme c’est… C’est un peu large comme définition, mais c’est fait exprès. Et puis il y a le mot lui-même, «féminisme». Je pense que «féminisme» est un mot légitime et utile, pour deux raisons: Lutte contre la prostitution, lutte contre le capitalisme. J'ai longtemps hésité à faire ce billet. En fait, cela fait deux bons mois que j'y réfléchis. Mais la violence des trolls sur le sujet m'avait jusqu'à présent retenu. Et puis, je me suis dit qu'il n'y avait pas de raisons de laisser les trolls gagner.

Parce que c'est un thème où il est question de mondialisation, de mobilité, de migrations, d'économie et de capitalisme : bref, de tout ce qui fait mes thèmes de prédilection. Alors parlons un peu du débat sur la prostitution. Et sur sa place dans le capitalisme. Le premier camp, qui a reçu le soutien récent de la ministre la plus à même de peser sur ces questions, est celui des "abolitionnistes" - le terme est parfois contesté par certains au sein de leurs rangs, je l'utilise donc par facilité.

En face d'eux, se trouvent les "réglementaristes" - là encore, l’appellation ne fait pas l'unanimité. Et pourtant, personne ne va proposer d'abolir le travail domestique ou le travail de care. Comment Ryan Gosling est devenu une icône féministe. Eloges adressés aux femmes, théories féministes, Ryan Gosling, le bogosse de Drive aux fesses moulées par la main de Dieu, aurait toutes les caractéristiques d’un féministe. C’est ce qu’affirment le Tumblr et le livre Feminist Ryan Gosling, paru aux Etats-Unis le 14 août. Mais derrière cette théorie – fumeuse, pour certains – se cache en réalité Danielle Henderson, 34 ans, thésarde en études du genre et des idées féministes à l’université du Wisconsin.

Le principe : associer des théories féministes aux photos de la nouvelle icône “ hot ” du cinéma US – et tout cela avec une bonne dose d’humour. Et “well done” apparemment, puisque tout est allé très vite pour la blogueuse. Hey meuf… je veux dire FEMME Un Tumblr pour présenter les théories féministes de manière plus amusante, avec Ryan dedans A l’origine, les premières publications s’adressent principalement à ses cinq camarades d’université afin de faciliter leur bachotage pré-partiels. Hey meuf, mes yeux sont plus haut. L'humour est une chose trop sérieuse... Lui : Wah, hé, faut que je te montre un truc, tu vas trop te marrer. C'est un test dans le dernier Consoles +, c'est trop bon. Moi : ... Lui : Tu ris pas ? Moi : Désolé, le sexisme, ça me fait pas franchement rire.

Lui : Wah, c'est bon, c'est de l'humour quoi. C'est pas sérieux. Note : ce dialogue est évidemment fictif, bien qu'inspiré de nombreuses discussions réelles : personne n'est capable de m'écouter aussi longtemps. Au nom de l'égalité, réduisons les performances des meilleurs élèves. C'est l'un des projets les plus secrets du ministre de l'éducation Vincent Peillon, et pourtant l'un des plus ambitieux. Je ne peux révéler par quels contacts j'ai pu en avoir vent, car les personnes en question risqueraient de perdre leur place.

Mais la controverse ne tardera guère à se nouer tant il s'agit d'une rupture radicale avec ce que nous avons l'habitude de penser comme la justice scolaire. Quel est ce projet ? Rien de moins que de réduire les performances des meilleurs élèves pour permettre une juste égalité des chances. Tout part d'un constat très simple : certains élèves sont plus doués que d'autres pour les études. Ils ont des capacités qui leur donne un avantage injuste face aux autres, qui sont obligés de travailler pour espérer atteindre leur niveau, si cela est seulement possible.

Dès lors, une solution simple est proposée : réduire le niveau des meilleurs élèves afin que tout le monde ait sa chance. Ce projet se décline cependant différemment selon les sexes. Bref. Culture du viol et Lara Croft. Le sexe est bien une construction. Les femmes sont-elles moins fortes que les hommes?

Les vêtements et la police du genre. Oxford University changes dress code to meet needs of transgender students.