background preloader

Inné/Acquis

Facebook Twitter

The Science of Difference: Let's Do It Right!  Pourquoi les femmes sont-elles plus petites que les hommes ? Sexual orientation and gender identity throughout history. Dimorphisme sexuel de stature — Priscille Touraille. Priscille Touraille : anthropologue J’ai grandi dans un environnement de théologiens, et toute mon adolescence, j’ai été taraudée par cette question : sur quelles bases un savoir de type religieux peut-il se prétendre plus vrai qu’un autre (au point que les discours de vérité aient pu servir de justification pour détruire des cultures et des populations entières) ?

Dimorphisme sexuel de stature — Priscille Touraille

À l’âge de 12 ans, j’ai entendu parler une ethnologue à la radio, et ça été la révélation : j’ai décidé à ce moment-là que je ferai ce métier, parce que je voulais défendre le fait que les idées et les croyances qui forment notre culture n’ont pas de raison a priori d’être considérées comme supérieures à celles défendues par d’autres cultures… La division Homme/Femme Le projet anthropologique est d’étudier toutes les cultures humaines vivantes, et d’essayer –son objectif limite– de les comparer entre elles. Je vous renvoie à la définition ordinaire des dictionnaires. Les femmes sont-elles moins fortes que les hommes? Il existe des groupes d'auto-défense qui, au cours de stages réservés aux femmes, parviennent à convaincre celles-ci qu'il leur est tout à fait possible de couper en deux une épaisse planche de bois à l'aide du tranchant de la main.

Les femmes sont-elles moins fortes que les hommes?

Women’s difficulty with pull-ups is about more than biology. Photo by Cpl.

Women’s difficulty with pull-ups is about more than biology

Tyler J. Bolken, U.S. Marine Corps/U.S. Department of Defense. Being a regular consumer of mainstream news means I am well-acquainted with the sensation of feeling angry or frustrated by the talking heads on my television/computer/smartphone, but few things have made me cringe in recent memory like the flood of commentary that greeted the Marine Corps’ revelation that 55 percent of its female recruits could not meet the new standard of three pull-ups when tested at the end of boot camp. I’ve read one comment section on this story and that was plenty. Now, I preface this by saying that I have absolutely no experience with the military or military-style training or even exercise classes that purport to be inspired by boot camps. What I do want to write about, though, is the ongoing issue regarding women and pull-ups. The article led to a flurry of counter-articles pointing out that, yeah, women can do pull-ups if you train them properly. The Tangle of the Sexes.

Laisser ou ne pas laisser un bébé pleurer: telle n'est pas la question. Pour lancer une polémique sur les réseaux sociaux parentaux, rien ne vaut un petit article sur les pleurs de bébé.

Laisser ou ne pas laisser un bébé pleurer: telle n'est pas la question

Mélangez quelques propos péremptoires, un peu de concours du meilleur parent, de fascination pour des sociétés lointaines censées être plus proches de l’humain «naturel», le tout saupoudré de psychobiologie alarmiste et c’est parti pour une foire d’empoigne d’une quinzaine de jours! Laisser pleurer ou ne pas laisser pleurer, telle est la question, simple et clivante. Loin de moi l’idée de promouvoir le retour de la terrible vision passéiste du bébé-tube digestif, sur lequel on pratiquait jusque dans les années 1970 des opérations sans anesthésie... Les guerres de tranchées parentales Dans ces articles, la manière de gérer les pleurs de bébé n’est presque jamais présentée comme un choix éducatif.

Cerveau féminin/masculin

Race. Structures familiales. Les cultures enclines au viol et les cultures sans viol. Partie 2 : le cas de la culture occidentale Je vais commencer une petite série sur les cultures enclines au viol. Je débuterai par le résumé des études d’anthropologie, notamment celles qu’a menées Peggy Reeves Sanday, et qui l’ont conduit à penser qu’il existait des cultures sans viol et des cultures enclines au viol . Prostitution : les hommes ont-ils plus de besoins sexuels que les femmes ? Si, le genre est bien affaire de théorie.

Prostitution : les hommes ont-ils plus de besoins sexuels que les femmes ?

Le débat inné/acquis est-il dépassé ? C’est devenu un lieu commun de la vulgarisation scientifique : en ce qui concerne les dispositions psychiques humaines, la science a permis de dépasser le débat entre « inné » (de droite) et « acquis » (de gauche).

Le débat inné/acquis est-il dépassé ?

Mais de quel débat parle-t-on exactement, et sur quelles données scientifiques cette affirmation est-elle fondée ? En février dernier, en pleine campagne présidentielle, le biologiste Pierre-Henri Gouyon, chercheur et professeur de renom intervenant fréquemment dans l’espace public pour parler d’évolution, de génétique, d’écologie et de bioéthique, donnait une conférence sur l’inné et l’acquis présentée comme suit : « La question de ce qui est inné ou dû à l’environnement social dans les comportements humains défraie régulièrement la chronique. Qu’il s’agisse de questions de genre/sexe ou de comportements déviants, ces sujets resurgissent particulièrement en périodes pré-électorales.

Konrad Lorenz et l'instinct. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Konrad Lorenz et l'instinct

Pour les articles homonymes, voir Lorenz. Konrad Zacharias Lorenz Principaux travaux éthologie Biographie[modifier | modifier le code] L’essentialisme ou le déterminisme des sexes. La plupart des commentaires sexistes envers les femmes sont fondés sur l’essentialisme, c’est à dire qu’on leur attribue des caractéristiques, qui seraient culturelles ou naturelles.

L’essentialisme ou le déterminisme des sexes

On entend ainsi souvent dire que « les femmes sont sensibles », « qu’elles ont l’instinct maternel », ou, comme l’a récemment déclaré le président de l’université d’Harvard : « Des différences naturelles entre les sexes expliqueraient pourquoi les femmes sont moins nombreuses que les hommes à faire carrière en maths et en sciences » L’essentialisme tend à réactualiser un débat opposant la nature et la culture.

L’essentialisme biologique est un déterminisme qui fixe les hommes et les femmes dans des caractères immuables ; les hommes et les femmes, par leur « nature » différente, auraient des caractéristiques bien définies, inaliénables et a-temporelles. Ces idées s’opposent en général aux conclusions scientifiques et sont de l’ordre de la croyance. Le roi Testostérone La génétique, un argument essentialiste ? Les faux nez biologistes de la psychologie évolutionniste. Les hypothèses de la psychologie évolutionniste, notamment relatives à des prédispositions liées au sexe, sont régulièrement relayées auprès du grand public sous couvert de vulgarisation de travaux de biologistes.

Les faux nez biologistes de la psychologie évolutionniste

Retour sur quelques impostures et un malentendu. Un journaliste scientifique de premier plan écrivait récemment dans le journal Le Monde : « Des études de psychologie ont montré que les messieurs hétérosexuels réussissaient moins bien des tests cognitifs après avoir discuté avec une dame qu'avant. L'inverse n'est pas vrai. Pourquoi ? Ces affirmations non sourcées servent de préambule au compte-rendu d’une étude de psychologie expérimentale publiée dans Archives of Sexual Behavior.