background preloader

Migrants/réfugiés

Facebook Twitter

Karen Akoka : L’archétype rêvé du réfugié : Doctorante, laboratoire Migrinter, université de Poitiers. L’idée selon laquelle les étrangers qui sollicitaient l’asile jusqu’au milieu des années soixante-dix étaient de « vrais » réfugiés, à la différence des demandeurs d’asile d’après la fermeture des frontières à l’immigration de travail en 1974, est aujourd’hui largement répandue.

Karen Akoka : L’archétype rêvé du réfugié : Doctorante, laboratoire Migrinter, université de Poitiers

Contre cette idée d’un « détournement » de la procédure d’asile par les demandeurs, d’autres défendent, au contraire, celle d’un détournement de la convention de Genève par les institutions. Dans un cas comme dans l’autre, c’est faire l’impasse sur la nature éminemment construite de la qualité de réfugié et éminemment politique de la convention. Chrétiens et juifs de Suisse appellent à l'empathie au-delà du statut de réfugié - cath.ch. Les réfugiés arrivant en Europe sont souvent en grande détresse (Photo: Freedom House) Les Eglises chrétiennes de Suisse et la communauté juive appellent, à l’occasion du sabbat et du dimanche des réfugiés des 18 et 19 juin 2016, à l’empathie pour toutes les personnes en détresse, au-delà des catégorisations légales.

Chrétiens et juifs de Suisse appellent à l'empathie au-delà du statut de réfugié - cath.ch

“Qu’est-ce qu’un mortel pour en faire si grand cas, pour fixer sur lui ton attention?” (Job 7,17) A travers l’histoire de Job, commune aux traditions juive et chrétienne, la Conférence des évêques suisses (CES), la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS), l’Eglise catholique-chrétienne de Suisse, et la Fédération suisse des communautés israélites (FSCI), rappellent que l’on ne peut pas faire de distinction entre les victimes d’une violence “qui emporte tout”. L’appel interreligieux souligne la médiatisation du sort des réfugiés. « Migrant », un terme imparfait mais incontournable. HCR - Magazine Réfugiés N° 148 : Réfugié ou migrant ? Pourquoi cette question compte. International Protection Considerations with regard to people fleeing the Syrian Arab Republic, Update II. Le « migrant », nouveau visage de l’imaginaire français. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Sylvia Zappi Les mots sont importants.

Le « migrant », nouveau visage de l’imaginaire français

Particulièrement dans les périodes de crise et de doute. C’est la conviction du journaliste en ligne Barry Malone, de la chaîne Al-Jazira, quand il lance son appel intitulé « Ne les appelez plus migrants », le 20 août, sur son blog. Why are white people expats when the rest of us are immigrants? In the lexicon of human migration there are still hierarchical words, created with the purpose of putting white people above everyone else.

Why are white people expats when the rest of us are immigrants?

One of those remnants is the word “expat”. What is an expat? And who is an expat? According to Wikipedia, “an expatriate (often shortened to expat) is a person temporarily or permanently residing in a country other than that of the person’s upbringing. The word comes from the Latin terms ex (‘out of’) and patria (‘country, fatherland’)”. Defined that way, you should expect that any person going to work outside of his or her country for a period of time would be an expat, regardless of his skin colour or country.

Africans are immigrants. Don’t take my word for it. The reality is the same in Africa and Europe. Www.unhcr.ch. MIGRANTS ET RÉFUGIÉS. Les réfugiés sont " des migrants " au sens large du terme, pourtant ils continuent d'être une catégorie à part.

MIGRANTS ET RÉFUGIÉS

Comme il est énoncé dans la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, ils se trouvent hors du pays dont ils ont la nationalité et ne peuvent ou ne veulent pas y retourner, craignant avec raison d'être persécutés du fait de leur race, de leur religion, de leur nationalité, de leur appartenance à un certain groupe social ou à leurs opinions politiques. Migrant, réfugié: quelles différences. Demandeur d’asile, réfugié ou migrant… Le point sur ces termes souvent mal employés, avec Catherine Wihtol de Wenden, politologue et spécialiste de la migration.

Actualité oblige, on utilise beaucoup les mots de « migrant », « réfugié » ou « demandeur d'asile », sans toujours savoir ce qu’ils recouvrent exactement. Pouvez-vous nous éclairer sur ce point ? Catherine Wihtol de Wenden1 : Le migrant, selon la définition de l’ONU, est une personne née dans un pays et qui vit dans un autre pays pour une durée supérieure à un an, quelles qu’en soient les raisons.

C’est une catégorie générale à laquelle appartiennent notamment les réfugiés, mais aussi les étudiants étrangers ou les travailleurs venus d’autres pays, par exemple. Un réfugié est une personne forcée de quitter son pays à cause d’une crise politique majeure : guerre, violences ethniques. Il ne suffit pas de venir d’une zone de guerre pour se voir attribuer automatiquement le statut de réfugié.

« Migrant » ou « réfugié » : quelles différences ? Le média qatari Al-Jazira, qui a décidé de ne plus utiliser que le terme « réfugié » pour évoquer la crise qui se joue en Méditerranée, fait naître un débat sémantique.

« Migrant » ou « réfugié » : quelles différences ?

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alexandre Pouchard Migrants ou réfugiés ? Le débat sémantique s’installe en Europe pour savoir comment qualifier les milliers de personnes qui arrivent quotidiennement sur les côtes méditerranéennes. Le premier terme est fustigé pour ne pas refléter la détresse de ceux qui, le plus souvent, fuient un conflit. Crise des réfugiés, ou des politiques d’asile.