background preloader

Extrême-droite

Facebook Twitter

Les Patriotes de Florian Philippot sont-ils vraiment une menace pour le FN ? L’ancien numéro deux du FN a lancé officiellement son parti, Les Patriotes. Malgré le peu de monde présent et de faibles scores aux élections législatives partielles, Florian Philippot veut y croire. L’arrivée de ce nouveau parti sur la scène politique peut-il pour autant déstabiliser le FN ? "Ça fait du bien d'être soi-même, ça fait du bien d'être libre ! " Florian Philippot a lancé officiellement son parti Les Patriotes le dimanche 18 février à Arras (Pas-de-Calais). Libre du Front national, libre de Marine Le Pen. Celui qui a en effet préféré claquer la porte du parti frontiste et créer son propre mouvement en septembre 2017 clame : "Nous pouvons tout rebâtir sur nos propres fondations. " Entre 400 et 500 personnes étaient présentes pour l’événement, sur les 6 500 adhérents que revendique le nouveau parti.

Il s’agit d’un “départ très modeste” pour Jean-Yves Camus, politologue et spécialiste des nationalismes et extrémismes en Europe, interrogé par Les Inrocks. Le souhait d’un "frexit" Lettre à mon neveu qui veut voter Front national à la présidentielle. On me demande notre programme, je dis quoi ? - 16/03/2015. Puisque les candidats du Front national ne faisaient pas la démarche de se faire connaître, nous sommes partis à leur recherche.

Et il faut bien chercher… Le 22 mars prochain, dans le département, les électeurs auront la possibilité de voter pour des candidats du Front national. A une semaine du scrutin, pourtant, ils restent bien discrets. Et comme ils ne se présentaient pas eux-mêmes, nous sommes partis à leur recherche dans deux cantons. En Gâtine et à Parthenay. Pas simple. Pas dans les pages jaunes, ils n'y sont pas. " Vous êtes sûr que je ne suis pas suppléant à Bressuire ? Philippe Maurin, ancien militaire, a déjà été candidat pour le parti. Les « 144 engagements » de Marine Le Pen. Cet article est paru dans le numéro 242 de février 2016 de la revue Démocratie&Socialisme. La lecture du programme présidentielle de Marine Le Pen a un goût de déjà vu, quelque chose de banal qui devrait nous inquiéter.

Ses « 144 engagements » se déclinent en 7 parties : de « Une France libre » (sic) à « la France durable » où le Front national s’essaie au patriotisme écologique, tout en refusant la fermeture de la centrale de Fessenheim. Une lecture transversale de ce programme permet d’y voir beaucoup plus clair dans ce catalogue, volontairement insipide, en mettant en évidence les cinq véritables volets qui le structurent : un volet social, un volet identitaire, un volet TPE-PME, un volet État fort, un volet à l’usage de la Finance et des grands groupes. Le volet social Le programme de Marine Le Pen n’a plus grand-chose à voir avec celui de son père dans les années 1980, son électorat ouvrier et employé l’oblige à avancer des mesures très différentes. 1 - Aucun financement n’est prévu. Cartographie de l’extrême droite française (mise à jour 2015) À quoi ressemble l’extrême droite aujourd’hui ?

Pas facile de répondre. C’est pourquoi, pour la quatrième année, nous proposons sous forme de schéma une cartographie actualisée des principaux groupes ou partis nationalistes, racistes et réactionnaires, regroupés par “famille”. En attendant une version interactive sur le site d’ici quelques semaines, vous pouvez déjà la commander en version papier ici, ainsi que d’autres nouveaux argumentaires, dont l’un sur les idées reçues sur l’antifascisme, que nous présenterons d’ici quelques jours. Il n’est pas toujours facile de s’y retrouver, d’autant que les positions idéologiques des uns et des autres ne peuvent plus suffire pour comprendre leurs liens, tant ces groupes sont capables d’alliance improbables ; leur importance numérique ou leur popularité sur internet peuvent, dans un sens comme dans l’autre, nous tromper sur leur importance réelle. Les institutionnels Les modernes Les bourrins Les anti-FN Les nostalgiques.

Régionales : pourquoi une victoire du FN nous inquiète. Par la rédaction pour La Voix du Nord, Publié le 01/12/2015 - Mis à jour le 01/12/2015 à 09:22 Par Jean-Michel Bretonnier, Laurent Decotte, Matthieu Delcroix, Sébastien Leroy et Pierre Mauchamp Le ciel bas du Nord ne nous tombera pas sur la tête si Marine Le Pen gagne l’élection le dimanche 13 décembre, mais notre horizon va s’assombrir. Marine Le Pen présidente de la région Nord - Pas-de-Calais - Picardie et ses six millions d’habitants.

Marine Le Pen abordant l’élection présidentielle de 2017 non plus comme l’éternelle imprécatrice, mais comme un notable consacré par le suffrage universel. Le Front national installé à tous les étages de l’hôtel de Région pendant six ans et l’administrant avec des cadres qu’il n’a pas. Une victoire parfaitement légale, mais dans le cadre d’un mode de scrutin qui donne la majorité des sièges à la liste en tête, même minoritaire. Parti aux deux visages Les ferments de la division seront à l’œuvre, diffusés par un parti aux deux visages.

Front national, virage social ? (2/3) Après. « La priorité sera de rendre plus progressif, sans l’alourdir, l’impôt sur le revenu des personnes physiques par la création de nouvelles tranches intermédiaires. La tranche supérieure de l’impôt sur le revenu sera portée à 46 %. Ainsi, les classes moyennes paieront moins l’impôt sur le revenu, mais les foyers très aisés le paieront davantage. » Marine Le Pen, Mon projet, présidentielle 2012. Avant. 1986. « La révolution fiscale balaiera le monde. » Tout, tout de suite L’impôt sur le revenu n’est pas seul, à l’époque, dans le collimateur du Front. Amnistie L’amnistie, enfin. A défaut de « révolution fiscale », la France a bel et bien subi des « réformes » – dans la direction souhaitée par le FN. Marine aussi C’est ce programme, qu’endosse Marine Le Pen les yeux fermés en 2004 : « Faites-vous respecter !

Looping Ce n’est plus un « virage », ni même un « revirement », qu’opère la leader du Front national, mais un spectaculaire looping doctrinal. Avant. 1988. Silence Acte unique S’adapter.