background preloader

La nouvelle économie

Facebook Twitter

Social Enterprises and the Social Economy: Ownership Matters. Visualizing a Plenitude Economy. Bernard Stiegler : « Le marketing détruit tous les outils du savoir. Texte publié intégralement dans la revue Soldes [1], que vous pouvez vous procurer dans l’une de ces librairies ou lors de l’événement organisé au Point éphémère à Paris le 24 mars (voir à la fin de l’article).

Bernard Stiegler : « Le marketing détruit tous les outils du savoir

Falling Fruit. L'économie collaborative s'invente en France : gardons notre avance. Nous sommes au bout du modèle fordiste, il faut passer à un modèle contributif. Bernard Stiegler est philosophe, théoricien de l’évolution des systèmes techniques.

Nous sommes au bout du modèle fordiste, il faut passer à un modèle contributif

Il a découvert les modèles du libre de façon presque accidentelle, en tant que Directeur de l’INA. Initiateur et président du groupe de réflexion philosophique Ars industrialis créé en 2005, il dirige également depuis avril 2006 l’Institut de recherche et d’innovation (IRI) qu’il a créé au sein du centre Georges-Pompidou. Les modèles ouverts, contributifs et collaboratifs sont de plus en plus nombreux, la contribution s’étend à de nouveaux territoires, comment interprétez-vous cette évolution ? Avant de répondre, il y a un préalable, reconnaître que tous les modèles ne sont pas équivalents. Facebook, c’est contributif, mais par certains aspects, c’est un modèle pire que son équivalent non contributif, je préfère presque TF1.

Economie du partage

Nous sommes au bout du modèle fordiste, il faut passer à un modèle contributif. Www.economiesociale.be/spip/IMG/pdf/etude2013_democratisons_l_economie.pdf#! Les erreurs à éviter lorsqu’on rencontre un intervenant en financement. Ces agriculteurs et ingénieurs qui veulent libérer les machines. Et si on créait une civilisation en « open source » ?

Ces agriculteurs et ingénieurs qui veulent libérer les machines

Un monde sans brevets. Des objets, des appareils, des machines, reproductibles à l’infini par tous ceux qui le souhaitent, grâce à la diffusion « libre » de leurs plans. C’est ce que propose Marcin Jakubowski : ce jeune diplômé de physique nucléaire, habitant du Missouri (États-Unis), devenu agriculteur-bricoleur, cherche à constituer et diffuser un kit de 50 machines industrielles – tracteur, bulldozer, moissonneuse-batteuse, four, éolienne, moteur hydraulique, bétonnière ou machine à compacter des briques de terre – pour bâtir, en toute autonomie, l’infrastructure d’un village. Collaborer ou coopérer? (#12) Il est de mise dans le domaine coopératif d’évoquer l’importance de la collaboration.

Collaborer ou coopérer? (#12)

Les concepts de collaboration et de coopération sont souvent pris comme synonymes. Certification - Donner la priorité au bien commun et à l’environnement. À l’instar de la certification équitable pour le café, les entreprises socialement et écologiquement responsables ont désormais leur certification internationale, soit l’étiquette B Corp.

Certification - Donner la priorité au bien commun et à l’environnement

Issue du mouvement des benefit corporations, qui est en train de bousculer les lois sur les entreprises dans plusieurs États des États-Unis, la norme réalise une percée timide au Québec, tandis qu’elle gagne rapidement en popularité dans le reste du Canada. Regard sur un phénomène en pleine expansion. Dans les pays anglo-saxons, les B Corporations sont la coqueluche de ceux qui veulent voir le capitalisme s’humaniser. Le prêt gratuit d’objets entre particuliers.

"Fabriquer son futur: les nouvelles tendances de l'innovation numérique et sociale"

Communs

Les monnaies complémentaires d’un système en crise. Elles sont aujourd’hui monnaie courante.

Les monnaies complémentaires d’un système en crise

Vous en êtes d’ailleurs sûrement des utilisateurs à travers les cartes de fidélité, timbres ou jetons de casino. Center for a New American Dream. The Documentary - An interactive documentary featuring inspiring entrepreneurs and communities in a new economy built around sharing and collaboration. Microsoft Word - BPE Burlington – Économieautrement v.1 xii12.doc - BPE_Burlington_-_Economieautrement_v-1_xii12.pdf. Biomimétisme: la vraie nature de l'économie collaborative ? Et si l’économie collaborative était au fond inspirée de la Nature ?

Biomimétisme: la vraie nature de l'économie collaborative ?

C’est en tout cas l’avis de Gaëtan Dartevelle, co-fondateur de Biomimicry Europa et directeur de Greenloop. Interview On ne présente plus le biomimétisme, principe vulgarisé à la fin des années 90 par la biologiste américaine Janine Benyus selon lequel la Nature dans la diversité de ses formes, procédés et stratégies peut être une source d’enrichissement et d’innovation pour nos propres systèmes humains. The unstoppable rise of a collaborative economy: Shane Hughes at TEDxLausanne.

FormulationProjetJardinPedagogique - Montréal hiver 2011.doc. Unwrapping the Gift Economy. It has become popular to declare that we need to move to a gift economy, in which we share more freely and value community more deeply, and in which our relationships are less often money-based and transactional.

Unwrapping the Gift Economy

Clearly, this is an important and appealing proposition. But there’s far more wrapped up in the concept than it may appear. To get to “the more beautiful world our hearts tell us is possible,” as Charles Eisenstein so eloquently implores, we’ll need to understand the full implications - and possibilities - behind the concept. Often, the argument in favor of a gift economy begins with reference to its historical origins in hunter-gatherer societies.

What is also needed is a full understanding of (1) why those societies were based on sharing and community, (2) why ours is not, and (3) what exactly we need to bring forward from the past if we want to have what they had, even in today’s vastly more complex reality. The Rise of the Sharing Communities.