background preloader

Généralités

Facebook Twitter

Santé et environnement : mieux prendre en compte la vulnérabilité des populations féminines / The conversation, avril 2021. En France, la loi de Santé Publique prévoit la réalisation tous les cinq ans d’un « Plan National Santé Environnement » (PNSE).

Santé et environnement : mieux prendre en compte la vulnérabilité des populations féminines / The conversation, avril 2021

Le 4ᵉ de ces plans d’action, visant la période 2020-2024, a été rendu public en octobre dernier. Parmi ses objectifs affichés figure le soutien à la recherche, en vue notamment d’améliorer les connaissances sur « les expositions et les effets de l’environnement sur la santé des populations ». L’accent est mis sur un concept proposé en 2005 par l’épidémiologiste britannique Christopher P. Wild : l’exposome, défini comme « l’intégration sur la vie entière de l’ensemble des expositions qui peuvent influencer la santé humaine ».

Témoignages autour des refus de soins en 2020 / Fédération des acteurs de la solidarité, mars 2021. La Fédération publie aujourd’hui la synthèse des résultats de son Observatoire Santé Solidarité, qui met en lumière des témoignages de personnes ayant été victimes de refus de soins en 2020.

Témoignages autour des refus de soins en 2020 / Fédération des acteurs de la solidarité, mars 2021

Dessin Eric Appéré Il apparaît que les personnes en situation de précarité subissent des refus de soins directs, liés à la nature de leur couverture maladie, au refus de la dispense d’avance des frais, à l’indisponibilité de l’interprétariat ; ou indirects, comme l’orientation répétée et abusive vers un autre médecin, l’indisponibilité ou l’éloignement des équipements de santé. Alors que des dispositifs ont été mis en place pour contribuer à rendre universel l’accès à la santé comme la protection universelle maladie (PUMA), la complémentaire Santé Solidaire (C2S), l’Aide Médicale de l’État (AME, la complexité du système et les pratiques de certains professionnels de santé freinent encore l’accès aux droits et aux soins de nombreuses personnes.

Adsp n° 113 - Les inégalités sociales de santé : vingt ans d’évolution / HCSP, mars 2021. Ce dossier constitue un questionnement du rôle des politiques publiques dans la construction des inégalités sociales de santé.

adsp n° 113 - Les inégalités sociales de santé : vingt ans d’évolution / HCSP, mars 2021

Il propose une vision prospective des inégalités sociales de santé et des prochaines thématiques à mieux maîtriser, notamment à partir des premiers résultats à l’heure de l’épidémie de Covid‑19 et de ce qu’ils montrent sur les inégalités sociales de santé. Sommaire actualité Éditorial. [REPLAY] Symposium "La fabrique des inégalités sociales de santé" / IFERISS (Institut fédératif d'études et de recherches interdisciplinaires santé société), février 2021.

Instruction relative à la mise en oeuvre d'une gouvernance stratégique de réduction des inégalités de santé à l'échelle régionale / Bulletin officiel Santé - Protection sociale - Solidarité n° 2021/1 du 29 janvier 2021. Sans-abrisme & Politiques Publiques : Millenaire 3, Politiques Publiques / Direction de la Prospective et du Dialogue Public, novembre 2020. Intervenir en nutrition dans les 1000 premiers jours de vie pour réduire les ISS / REFIP, février 2021. L'état du mal logement en France rapport 2021 / Fondation Abbé Pierre, janvier 2021. Les approches politiques de réduction des inégalités de santé / INSPQ, janvier 2021. Étude sur la situation économique et sociale des parents isolés. Niveau de vie, marché du travail et politiques publiques / OFCE, janvier 2021. Inégalités primaires, redistribution : comment la France se situe en Europe / France stratégie, décembre 2020. La France est l’un des pays d’Europe où la pauvreté dure le moins / Observatoire des inégalités, janvier 2021.

En France, 3,2 % de la population est pauvre et a vécu sous le seuil de pauvreté déjà au moins deux années sur les trois précédentes.

La France est l’un des pays d’Europe où la pauvreté dure le moins / Observatoire des inégalités, janvier 2021

Ces personnes représentent environ la moitié des pauvres. Ces proportions, moins élevées que dans la plupart des autres pays européens, indiquent qu’on sort plutôt plus vite de la pauvreté en France que chez nos voisins. Problèmes de santé et ISS / Réfips, janvier 2021. La thématique « Problèmes de santé en lien avec les inégalités sociales » s’intéresse aux principaux problèmes de santé qui touchent les groupes de population les plus vulnérables : santé maternelle, maladies infectieuses, maladies chroniques, accidents de la route et accès aux services de santé.

Problèmes de santé et ISS / Réfips, janvier 2021

Ces problèmes de santé sont facilement évitables en mettant en place des stratégies intersectorielles qui agissent sur les déterminants de la santé. Les ISS et la santé maternelle (2016) Les ISS et les maladies non transmissibles (2019) Les ISS et la santé mentale (2020) Étude sur la situation économique et sociale des parents isolés / OFCE, janvier 2021. Prendre en compte le sexe et le genre pour mieux soigner : un enjeu de santé publique / HCE, janvier 2021. Un enfant sur huit n’a aucun parent en emploi, plus d’un sur trois dans les familles monoparentales / INSEE, décembre 2020. En 2019, un enfant de moins de 18 ans sur huit vit dans une famille où aucun parent n’est en emploi ; dans les familles monoparentales, c’est un peu plus d’un sur trois.

Un enfant sur huit n’a aucun parent en emploi, plus d’un sur trois dans les familles monoparentales / INSEE, décembre 2020

Cette situation, plus encore que la taille de la fratrie ou le milieu social, est associée à un fort risque de pauvreté pour les enfants. Au sein des familles « traditionnelles » ou recomposées, de plus en plus d’enfants vivent avec deux parents en emploi (deux tiers en 2019), et de moins en moins avec un parent en emploi et l’autre inactif. De plus en plus d’enfants vivant en famille monoparentale, le cas de figure qui s’est le plus développé en quinze ans est celui d’un enfant vivant avec un parent isolé en emploi : il concerne 14 % de l’ensemble des enfants en 2019, contre 9 % en 2003. Le taux de pauvreté et les inégalités ont diminué en 2019, mais les associations s'inquiètent pour 2020 / Localtis.info, décembre 2020. Avec quelques semaines de retard dues à la crise sanitaire, l'Insee publie, comme chaque année, son estimation avancée du taux de pauvreté et des indicateurs d'inégalités (pour les années antérieures, voir nos articles ci-dessous des 11 octobre 2018 et 17 octobre 2019).

Le taux de pauvreté et les inégalités ont diminué en 2019, mais les associations s'inquiètent pour 2020 / Localtis.info, décembre 2020

Portant sur l'année 2019, cette livraison fait apparaître une légère baisse du taux de pauvreté monétaire à 60% du revenu médian et très légère baisse des inégalités, mesurées par l'indice de Gini. Basées sur des micro-simulations, ces estimations avancées se révèlent très fiables à l'usage. Un taux de pauvreté en baisse de 0,3 point, grâce à la revalorisation de la prime d'activité En 2019, le taux de pauvreté monétaire à 60% du revenu médian diminuerait de 0,3 point, pour s'établir à 14,5% de la population, soit 9,1 millions de personnes (210.000 de moins qu'en 2018).

Notre "État de la pauvreté en France 2020" / Secours catholique, décembre 2020. Par Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique et Vincent Destival, délégué général Avec la crise sanitaire, la France a ouvert les yeux sur une réalité qui passe d’ordinaire sous les radars : des familles, des personnes seules, des jeunes ont besoin de l’aide alimentaire pour ne pas avoir faim.

Notre "État de la pauvreté en France 2020" / Secours catholique, décembre 2020

À en croire le ministre de la Santé et des Solidarités, en cette fin 2020, 8 millions de personnes ont à subir cette humiliation. 12 % de la population. Huit fois plus que dans les années 1980. Tout le monde semble l’ignorer ou, pire, s’y être accoutumé. Cette situation est une honte dans notre pays riche ! Ce drame silencieux, les bénévoles du Secours Catholique le côtoient au quotidien.

Avec 2 à 9 € de reste pour vivre par jour et par personne, qui serait en capacité de boucler son budget ? Alors il faut jongler, en permanence, trouver des solutions. C’est cette réalité que vient documenter ce rapport. Déserts médicaux , La carte de France / Le guide santé, novembre 2020. Acte 2 de la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté / PromoSanté IdF, novembre 2020.

De nouvelles mesures contre la bascule dans la pauvreté / Gouvernement, octobre 2020. Accès territorial aux soins, les inégalités ne sont pas définitives / Observatoire mutualité francaise, Octobre 2020. La lutte contre la pauvreté au temps du coronavirus .../ France stratégie, octobre 2020. Télécharger la note d'étape – La lutte contre la pauvreté au temps du coronavirus : Recommandations du comité d’évaluation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté Télécharger la contribution des membres du 5ème collège du CNLE pour la note du comité d'évaluation Télécharger la contribution du panel citoyen pour la note du comité d'évaluation Une crise sanitaire qui a touché en particulier les plus démunis.

La lutte contre la pauvreté au temps du coronavirus .../ France stratégie, octobre 2020

Baromètre Ipsos / SPF 2020 : la précarité depuis la Covid-19 / Secours populaire, septembre 2020. Les premières conséquences sociales de la crise majeure en cours marquent la 14e édition du baromètre Ipsos / Secours populaire de la pauvreté (*), alors que 900 000 chômeurs supplémentaires sont attendus par l’Unedic en 2020.

Baromètre Ipsos / SPF 2020 : la précarité depuis la Covid-19 / Secours populaire, septembre 2020

Le baromètre enregistre ainsi un recul rare en temps de paix : un Français sur trois a subi une perte de revenus depuis le confinement, même si les dispositifs d’activité partielle et d’arrêts de travail pour garde d’enfants ont servi d’amortisseurs. Les actifs sont les plus exposés (y compris les étudiants contraints de travailler) : plusieurs mois après le déconfinement, 43 % disent avoir perdu une partie de leurs revenus. Et 16 % des répondants enregistrent même une perte qu’ils qualifient d’« importante ». C’est le cas d’un tiers des ouvriers et de près d’un quart des personnes au bas de l’échelle des revenus (moins de 1 200 euros nets par mois). Vous pouvez consulter tous les résultats de l'enquête, grâce au fichier joint plus bas. Approches politiques de réduction des inégalités de santé : exercice pratique s’appuyant sur l’exemple de l’insécurité alimentaire / CCNPPS, mai 2020.

Le pouvoir d’achat, la pauvreté et les inégalités de revenus préoccupent toujours aussi fortement les Français - Synthèse des résultats du Baromètre d’opinion de la DREES 2019 / DREES, juillet 2020. Inégalités sociales de santé à travers le monde: la plateforme de ressources du REFIPS / Chaire UNESCO EducationS et Santé, juin 2020. La promotion de la santé est une stratégie, un ensemble d’actions intersectorielles coordonnées, qui vise à orienter et accompagner le changement social en faveur de l’amélioration de la santé de tous et de la réduction des inégalités. Cette stratégie est fondée sur la connaissance d’une part des déterminants de la santé et d’autre part des pratiques sociales et culturelles des populations et des individus concernés. Le Réseau francophone international pour la promotion de la santé (RÉFIPS) met à disposition de tous une plateforme électronique à nulle autre pareille : la tribune sur les inégalités de santé.

Il s’agit d’une ressource informationnelle en matière d’inégalités sociales de santé à travers le monde. Divers événements, publications, initiatives et ressources y sont répertoriés dans le but de partager l’information existante. Il est particulièrement intéressant d’y trouver des présentations ppt riches en diapositives convaincantes et inspirantes. Le non-recours aux prestations sociales Mise en perspective et données disponibles / DREES, juin 2020. Intervenir avec des personnes en situation de précarité : un cadre méthodologique / Ireps Grand Est, mai 2020. Les inégalités sociales dans la pratique de l’activité physique au prisme de l’âge et du genre.

Autrement dit, l’activité physique est socialement distribuée : la probabilité que les personnes plus favorisées (niveau d’éducation, revenus et statut professionnel plus élevés) soient plus régulièrement physiquement actives est évidente. A cette distribution sociale, s’ajoutent des inégalités dans la participation à l’activité physique selon d’autres caractéristiques de stratification sociale comme le genre (avec des femmes généralement moins actives que des hommes), l’âge ou l’incapacité.

Cet article a pour objectif de préciser les contours de cette complexité. Activité physique ; inactivité physique et sédentarité. L’OMS définit l’activité physique comme tout mouvement corporel produit par la contraction des muscles squelettiques générant une dépense énergétique supérieure à la dépense au repos (lors d’activités professionnelles, de déplacement, domestiques ou de loisirs). Elle est caractérisée par sa durée, sa fréquence et son intensité.

Inégalités socio-économiques croissantes face au tabac chez les adolescents français / Addict Aide, février 2020. Bien que le processus ait démarré en retard par rapport à d’autres pays occidentaux, la France semble désormais sur le bon chemin vers un déclin historique de l’usage du tabac (voir par exemple le rapport de Santé Publique France en 2019). Dans ce contexte, la question des adolescents est particulièrement importante. C’est généralement à l’adolescence que l’expérimentation et les premiers usages de tabac se produisent. L’âge d’expérimentation et les trajectoires individuelles entre expérimentation et dépendance sont des paramètres souvent fondamentaux pour expliquer la sévérité de la dépendance et la difficulté à arrêter à l’âge adulte. Les années entre 13 et 18 ans sont donc cruciales pour la prévention et les interventions précoces. Le présent article a été publié en janvier 2020 dans le « Journal of Public Health ».

Léa GUYOT, interne en psychiatrie à Lyon Benjamin ROLLAND. Repenser l’action sur les normes sociales pour favoriser la santé et le bien-être / INSPQ, 2020. Inégalités sociales de santé, mobilisons nous ! (vidéo) / Pôle ressources en promotion de la santé, janvier 2020. Gradient social, justice sociale ou encore inégalités sociales de santé, ces termes renvoient tous à une préoccupation partagée en santé publique : améliorer la santé de toute la population. Ces notions restent parfois difficiles à cerner et on peut se sentir démunis quand il s’agit de passer à l’action. Notre capsule vous propose une introduction, pour vous aider à y voir plus clair et engager des actions efficaces.

La santé des personnes est conditionnée par leurs « contextes de vie » ; les écarts liés à la catégorie sociale sont systématiques, évitables, injustes et importants. On peut les observer lors d’un simple trajet en bus ! Les manières d’agir sur cette réalité sont complexes et doivent mobiliser de multiples acteurs. Cette vidéo se donne ainsi pour but de sensibiliser et de mettre en mouvement tous ceux qui, de par leur mandat, mission de terrain ou engagement citoyen, peuvent apporter leur contribution pour plus d’équité en santé.