background preloader

Actu santé des jeunes

Facebook Twitter

Risque accru de consommation de psychostimulants chez les étudiants. ©Fotolia A l’approche des examens et concours, certains étudiants soumis à une charge de travail intense, se laissent tenter par l’utilisation de psychostimulants pour booster leurs capacités intellectuelles.

Risque accru de consommation de psychostimulants chez les étudiants

Classé parmi les psychotropes, les psychostimulants sont des substances médicamenteuses dopantes qui stimulent le fonctionnement du cerveau en augmentant ses capacités de vigilance et de performance. Une étude de l’Inserm parue en avril 2016 a montré qu’un tiers des 1700 étudiants en médecine interrogés, prenaient des psychostimulants. Parmi les personnes ayant déclaré en avoir consommés, 29,7% consomment des produits en vente libre (boissons énergisantes, comprimés de caféine), 6,7% sur ordonnance et 5,2%, des drogues illicites.

Utilisés pour augmenter la mémoire et la concentration en vue des examens, cet usage est prédictif d’une utilisation ultérieure de psychostimulants médicalement prescrits. Pour les chercheurs Inserm, il s’agit d’un nouveau défi de santé publique à relever. La Croix-Rouge française lance son Pacte pour la santé globale des jeunes. La Croix-Rouge française, un observatoire des jeunes L’ambition de la Croix-Rouge française est d’agir aux côtés des personnes fragiles et vulnérables, tout au long de leur parcours de vie, sur tous les territoires.

La Croix-Rouge française lance son Pacte pour la santé globale des jeunes

L’accompagnement vers la santé globale (physique, mentale, émotionnelle) constitue ainsi le fil rouge de l’ensemble de nos actions. « Pour mémoriser, le plus efficace, c’est de s’amuser » Comment organiser une journée de révision ?

« Pour mémoriser, le plus efficace, c’est de s’amuser »

Y a-t-il des « trucs » pour apprendre efficacement et éviter le « trou noir » au bac ou à un autre examen ? Les conseils de Sébastien Martinez, champion de France de mémoire. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Adrien de Tricornot A l’approche du bac 2017 et autres examens, nombreux sont les candidats soucieux de réviser efficacement et inquiets à l’idée de devoir mémoriser les cours d’une année entière. Ingénieur des mines d’Alès et champion de France de mémoire 2015, Sébastien Martinez est devenu formateur en mémoire pour les élèves, les étudiants ou les professionnels. Quels conseils donneriez-vous à tous ceux qui préparent le bac ou un autre examen ?

Deux textes visant à prévenir les troubles du comportement alimentaire et en particulier l’anorexie, notamment chez les jeunes, sont publiés au Journal Officiel - Communiqués de presse - Ministère des Affaires sociales et de la Santé. Souffrance psychique des jeunes : comment améliorer la prise en charge ? EN BREF – Un décret paru au Journal officiel ce 7 mai autorise la mise en place d'expérimentations visant à améliorer la prise en charge de la souffrance psychique des jeunes de 11 à 21 ans.

Souffrance psychique des jeunes : comment améliorer la prise en charge ?

Par la rédaction d'Allodocteurs.fr, avec AFP Rédigé le Selon le décret publié ce 7 mai, les médecins traitants, les pédiatres, les médecins scolaires pourront prescrire à ces jeunes des consultations de psychologues libéraux qui seront remboursées par la Sécurité sociale, dans la limite d'un forfait de 12 séances. Prévue par la loi du 23 décembre 2016 de financement de la sécurité sociale pour 2017, cette expérimentation nécessitera le consentement exprès et éclairé du jeune ou des titulaires de l'autorité parentale. L'adolescent pourra demander à changer de psychologue en cours d'expérimentation. Organisation de rassemblements festifs : mise en ligne d'un guide de la médiation. M'T Dents : le dispositif s'étend aux âges de 21 et 24 ans. L'Assurance-maladie proposera un examen dentaire gratuit à l'âge de 21 et 24 ans.

M'T Dents : le dispositif s'étend aux âges de 21 et 24 ans

Le dispositif entrera en vigueur au 1er janvier 2018. Par Laurence Moisdon Rédigé le M'T Dents est un rendez-vous de prévention chez le dentiste intégralement pris en charge par l'Assurance-maladie, les soins - nécessaires - sont remboursés à 100%. Publié au Journal officiel le 25 avril, un arrêté a fixé les modalités de l'examen bucco-dentaire de prévention à l'âge de 21 et 24 ans. "A l'origine, le dispositif M'T Dents est fait pour sensibiliser les enfants à venir au cabinet avant de développer des pathologies", indique Christine Lecointe représentante de l'Union française pour la santé bucco-dentaire (UFSBD).

Cibler les jeunes adultes qui désertent les cabinets L'examen peut être complété, si nécessaire, par des radiographies intrabuccales et l'établissement d'un programme de soins. Besoin d'un conseil médical ? Service proposé par Sponsorisé par Ligatus. Etre salarié: un idéal, sauf pour les jeunes qui aspirent à plus de liberté. Etre salarié: un idéal, sauf pour les jeunes qui aspirent à plus de liberté E.

Etre salarié: un idéal, sauf pour les jeunes qui aspirent à plus de liberté

Alberola - I. Aldeghi - S. Hoibian N° 289 - Avril 2017 Thème(s) :Conditions de vie / Société > Valeurs / Croyances / Modes de viePolitiques sociales / Emploi > Travail / Métiers / Formation professionnelle Résumé : Après avoir été longtemps en diminution, le nombre d’indépendants semble repartir à la hausse depuis le début des années 2000.Parallèlement se multiplient des situations en « zone grise » entre le statut de salarié et celui d’indépendant. 4 pages - Gratuit 0 € Cité et resto U : bien, mais peut mieux faire, selon les étudiants. Le Centre national des œuvres universitaires et scolaires a lancé une vaste enquête sur la satisfaction des étudiants vis-à-vis des restaurants et logements qui leurs sont destinés.

Cité et resto U : bien, mais peut mieux faire, selon les étudiants

Les étudiants bénéficiant des services des vingt-huit centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) français sont globalement satisfaits des logements universitaires, avec une note moyenne de 7,7/10 , un petit peu moins des restaurants universitaires, qui obtiennent 6,5/10. C’est ce qui ressort de l’enquête annuelle du Centre national des œuvres universitaires et scolaires (Cnous) publiée le 28 mars. La moitié des lycéens et étudiants français ne se fait jamais dépister lors d’un changement de partenaire.