background preloader

Vieillesse

Facebook Twitter

Le « congé de proche  aidant » entre en vigueur. L’ex-« congé de soutien familial » a été modifié pour mieux répondre aux besoins des salariés.

Le « congé de proche  aidant » entre en vigueur

Un actif sur six est concerné. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne Rodier En 2017, l’entrée en vigueur, au 1er janvier, du « congé de proche aidant » permettra plus facilement aux salariés du secteur privé d’aider un proche rendu dépendant par l’âge, la maladie ou le handicap. Car le phénomène prend de l’ampleur. Les salariés aidants représentent un actif sur six – un sur cinq, même, pour les plus de 50 ans –, et leur nombre progresse régulièrement. Les conséquences pour l’entreprise peuvent être considérables. Lire aussi : Quand nos parents deviennent dépendants Plus de 90 % évoquent « stress, anxiété, fatigue et troubles psychologiques ». « Les salariés aidants consomment deux fois plus d’anxiolytiques que les autres », note Anne-Sophie Godon, directrice études et veille chez Malakoff Médéric.

Besoin croissant. Les aidants familiaux au bout du rouleau. Une famille entre en Alzheimer comme on entre dans un ordre, la béatification en moins. » Ainsi s’exprime le mari d’Aline, résumant à lui seul le tsunami que vivent les aidants familiaux des malades d’Alzheimer quand frappe la maladie.

Les aidants familiaux au bout du rouleau

Joëlle, épouse d’un malade et lauréate d’un concours d’écriture co-organisé par France Alzheimer en 2012, a rebaptisé Alzheimer, dans un texte qu’elle a intitulé « ménage à trois ». Elle l’appelle « ce tiers infâme, vorace, infatigable ayant pris possession des lieux en même temps que de ta cervelle ». Marie témoigne, quant à elle, de la détresse des familles dès le diagnostic de la maladie de son père, pendant les nombreuses années de déchéance et même après : « Quelles solutions sont proposées aux aidants familiaux ?

Mettez-le à l’hôpital ! Faites-vous aider ! Aide-toi, personne ne t’aidera ? Le niveau de vie des retraités pourrait se dégrader à l’avenir. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Bertrand Bissuel Le niveau de vie moyen des retraités est meilleur que celui de l’ensemble de la population mais la situation pourrait bien s’inverser dans les prochaines décennies.

Le niveau de vie des retraités pourrait se dégrader à l’avenir

C’est l’un des enseignements du treizième « rapport thématique » du Conseil d’orientation des retraites (COR), rendu public jeudi 17 décembre. Si ce phénomène de dégradation relative se confirmait, il constituerait une rupture de taille par rapport aux quarante-cinq dernières années. En 2013, le niveau de vie moyen des retraités (qui tient compte de leurs pensions mais aussi d’autres types de revenus, comme ceux tirés du patrimoine, et des impôts) s’élève à 2 049 euros par mois. Retraités cherchent colocataires pour partager les frais. Le Monde | • Mis à jour le | Par Laurence Boccara « Je ne supportais plus la solitude.

Retraités cherchent colocataires pour partager les frais

Et comme ma retraite d’enseignante devenait trop juste pour ­vivre, j’ai décidé de louer une chambre de mon quatre-pièces à une étudiante. Cela fait maintenant six mois qu’elle est là, et je suis ravie. Je ne suis plus seule, et cela me rapporte 400 euros par mois », raconte Michelle, 65 ans, retraitée parisienne. Lire aussi : Quand la retraite s’éloigne et se rétrécit Cette propriétaire qui ne voulait pas « s’occuper de la sélection de la future locataire », a fait appel à l’association Le pari solidaire. ­ Souvent moins cher « La personne qui accueille doit être âgée d’au moins 50 ans et celui qui cherche un toit avoir entre 18 et 30 ans.

La silver économie, les bons usages de l’âge. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Serge Guérin (Sociologue, professeur à l'Inseec Paris) Alors que le projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement revient enfin devant l’Assemblée, il est bon de rappeler que la révolution de la longévité a et aura de plus en plus d’effets sur l’économie.

La silver économie, les bons usages de l’âge

Mais cela nécessite d’abord de rajeunir le regard sur le vieillissement. Pour trop de décideurs, un pays qui prend des rides perd sa capacité à innover et sera incapable d’affronter les grands vents de la mondialisation. Pire les pays vieillissants sont par nature enclins à sacrifier les générations futures… Lire aussi : Dotée de peu de moyens, la loi sur le vieillissement revient devant l’Assemblée.

Presentation_plan-3.pdf. Actions collectives "Bien vieillir", INPES. Perte d’autonomie : grands enjeux, petites avancées. LE MONDE ARGENT | • Mis à jour le | Par Frédéric Cazenave Un goût d’inachevé.

Perte d’autonomie : grands enjeux, petites avancées

La loi sur la perte d’autonomie qui sera débattue la semaine prochaine au Sénat ne va pas changer le quotidien des 1,3 million de personnes dépendantes et de leurs familles. Certes, le texte comporte des avancées, mais elles restent bien timides et ne seront appliquées qu’à partir du 1er janvier 2016. « Le gouvernement a dû reporter leur mise en œuvre et, à force de réchauffer des mesures déjà annoncées, elles perdent leur saveur », regrette, un brin amère, Michèle Delaunay, l’ancienne ministre déléguée aux personnes âgées qui avait élaboré la loi. Surtout, cette réforme de la dépendance promise par le candidat Hollande était censée se faire en plusieurs étapes. Un coût difficilement supportable pour les familles Et, pour les familles, le coût reste difficilement supportable. Les Français qui espèrent encore que le gouvernement prendra ce problème à bras-le-corps en seront pour leurs frais.

Timide début de reconnaissance pour les aidants.