background preloader

Évaluation et climat de classe

Facebook Twitter

Conférence de Dominique Bucheton, professeur des universités, IUFM de Montpellier. Q-Sort - EVALUER. 1- Il ne faut pas évaluer trop souvent, sinon, c'est dévaloriser la notion d'évaluation. 2- Il est indispensable que l'élève soit d'accord avec le professeur sur la note qu'il a obtenue à son devoir. 3- Chercher à savoir pourquoi un élève ne réussit pas est l'une des tâches essentielles de l'enseignant. 4- Dès les premiers devoirs, je peux prédire globalement les résultats vers lesquels s'acheminent mes élèves. 5-Quoi qu'on fasse, il y aura toujours à peu près 1/3 de bons, 1/3 de moyens et 1/3 de faibles. 6- On ne peut faire progresser un élève que si on sait où se situent ses difficultés. 7- En général, les élèves savent très bien ce qu'il faut faire pour réussir, c'est le courage qui leur manque le plus. 8- Ce qui m'intéresse, c'est de savoir ce qui se passe dans la tête des élèves quand ils font un travail donné. 11- Les élèves ne sont pas capables d'évaluer leur propre travail, c'est le rôle du professeur.

Q-Sort - EVALUER

25depert. EVALUER. Les points clés de l'approche par compétences. Espace Pédagogique - évaluer autrement en évoluant. En fin d'année, l'équipe pédagogique de la sixième A du collège Claude-Debussy a dressé le bilan de l'innovation pédagogique qu'ils avaient menée.

Espace Pédagogique - évaluer autrement en évoluant

Ils ont constaté que professeurs et élèves s'étaient investis et engagés dans le projet "Temps forts". L'évaluation par compétences a donc constitué un espace propice au développement d'une relation de confiance entre les élèves et leurs sept enseignants. Mais de quoi s'agit-il ? Il s'agit de mettre en œuvre un projet transdisciplinaire qui rompe le rythme habituel. Pour ce faire, l'année est balisée d'espaces pédagogiques banalisés, à raison de deux jours toutes les six semaines, appelés "Temps forts".

À la découverte du premier Temps fort Dès la deuxième semaine de cours, une classe toute nouvelle au collège a connu deux jours marquants lors de son premier Temps fort. Un projet de classe Ces deux jours constituent donc le début de ce projet spécifique fondé sur l'évaluation par compétences du socle commun. En vert, orange et rouge. Peut-on changer l'évaluation ? Les pratiques d'évaluation sont-elles contestables ?

Peut-on changer l'évaluation ?

Sans aucun doute. D'ailleurs elles sont de plus en plus souvent mises en doute par les enseignants eux-mêmes. Une véritable révolution silencieuse a eu lieu déjà au primaire et des pratiques nouvelles apparaissent au collège. La machine politique lancée par B. Hamon et reprise par N Vallaud-Belkacem est-elle capable de guider des évolutions dans l'évaluation ? En proposant une "conférence de consensus" sur l'évaluation des élèves, Benoît Hamon savait-il qu'elle a déjà eu lieu ? Une activité identitaire Parce que la correction de copies est l'activité qui identifie le mieux le métier d'enseignant. Quelles sont les pratiques d'évaluation des enseignants ? Mais quelles méthodes d'évaluation sont utilisées aujourd'hui par les enseignants ? Des tentatives antérieures Une réforme aboutie de l'évaluation a eu lieu au début des années 1970. Le projet ministériel. Blackbox 1. L’évaluation positive et bienveillante est consubstantielle de la pédagogie.

Florence ROBINE, rectrice de l’académie de Créteil, a été nommée directrice générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) au ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, lors du Conseil des ministres le mercredi 7 mai.

L’évaluation positive et bienveillante est consubstantielle de la pédagogie

C’est la première fois qu’une femme est nommée à ce poste. Normalienne et agrégée de sciences physiques, âgée de 55 ans, Florence Robine est devenue inspectrice générale en 2004. Jusqu’à cette nomination comme DGESCO, elle était rectrice de l’académie de Créteil, après avoir exercé cette responsabilité en Guyane, puis à Rouen. C’est par ce communiqué de presse que le Ministère de l’Education Nationale a annoncé la nomination de Florence ROBINE à la DGESCO, en remplacement de Jean-Paul DELAHAYE, démissionnaire qui avait été nommé par le précédent ministre, Vincent PEILLON.

Il s’agit bien là de « directives opérationnelles » qui touchent directement l’acte pédagogique et l’accompagnement éducatif avec quatre grands axes : Evaluer "pour" les apprentissages, ça marche !