background preloader

L'Amérique

Facebook Twitter

Trump sonne la révolte contre les traités de libre-échange - LCI. MOI D'ABORD - Fidèle à ses engagements de campagne, Donald Trump remet en question deux traités de libre-échange auxquels les États-Unis sont liés.

Trump sonne la révolte contre les traités de libre-échange - LCI

Le président américain adopte ainsi une politique isolationniste, qui tranche radicalement avec le libéralisme de son prédécesseur. Les négociations sur le TAFTA, elles, ne sont plus à l'ordre du jour. Simon Henry Donald Trump a donné le ton de sa présidence en quelques coups de crayon. Après un décret sur l'Obamacare dès sa prise de fonction, il a signé ce lundi le retrait de la participation des États-Unis au traité de libre-échange transpacifique (TPP). Acté en 2015, mais pas encore entré en vigueur, le TPP réunit 12 pays d'Asie-Pacifique, représentant ensemble 40% de l'économie mondiale : l'Australie, Brunei, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour, les Etats-Unis et le Vietnam. Mais un autre accord est dans l'oeil du cyclone : l'Aléna. Le Mexique vent debout contre le mur de Trump. Le mur de la discorde entre les Etats-Unis et le Mexique.

Le Mexique vent debout contre le mur de Trump

Donald Trump a signé mercredi un décret lançant le projet de construction de ce mur pour endiguer l’immigration illégale vers les Etats-Unis. Réaction immédiate du président mexicain Enrique Peña Nieto. Il condamne le projet du nouveau président américain et s’engage à défendre les migrants mexicains aux Etats-Unis. “Je regrette et condamne la décision des Etats-Unis de continuer la construction du mur qui depuis des années, au lieu de nous unir, nous divise. Le Mexique ne croit pas aux murs. La colère gronde au Mexique, les membres de l’opposition demandent à Pena Nieto d’annuler sa rencontre du 31 janvier avec Donald Trump à Washington et dans la rue des manifestations anti-mur s’organisent. “Ce mur ne fera rien. Plus modéré cet universitaire pense qu’il faut trouver une alternative au mur en ne rompant pas le dialogue avec le nouveau président américain. Etats-Unis-Cuba : il était une fois une réconciliation.

88 ans séparent les deux seules visites de présidents américains à Cuba.

Etats-Unis-Cuba : il était une fois une réconciliation

Calvin Coolidge, en 1928 y débarquait d’un navire de guerre. Autre temps, c’est par avion que Barack Obama est arrivé hier. Trois petites heures pour laisser une empreinte dans l’histoire. Ce voyage, il voulait le faire vite, avant la fin de son deuxième mandat. 15 mois seulement après cette annonce historique: “Aujourd’hui, les Etats-Unis changent leur relation avec la population de Cuba, et c’est l’un des plus importants bouleversements de notre politique au cours de ces cinquante dernières années, nous allons mettre fin à une approche qui a échoué à faire avancer nos intérêts durant des décennies. Quelques mois plus tard, Washington et la Havane rouvrent leurs ambassades fermées depuis la rupture des relations diplomatiques et commerciales en 1961.

Il est aujourd’hui encore le principal obstacle à une normalisation totale des liens entre les deux pays. Symbolique, mais ce n’est pas tout.

Croquis: les dynamiques territoriales du Brésil

Croquis: Les dynamiques territoriales des Etats-Unis. "Todos somos americanos" : le message d'Obama aux Cubains. Voir la vidéo Par Francetv info avec AFP Mis à jour le , publié le Un "nouveau chapitre" est ouvert avec "le peuple cubain".

"Todos somos americanos" : le message d'Obama aux Cubains

Dans un discours d'une quinzaine de minutes prononcé à la Maison Blanche mercredi 17 décembre, le président américain Barack Obama s'est engagé à examiner, avec le Congrès américain, la levée de l'embargo imposé depuis un demi-siècle par les Etats-Unis contre Cuba. "L'isolement de Cuba n'a pas fonctionné", a expliqué Barack Obama. Décès d'un jeune migrant mexicain. Une journée historique pour Cuba et les Etats-Unis. Voir la vidéo Francetv info Mis à jour le , publié le A Washington, le drapeau cubain flotte à nouveau ce lundi 20 juillet après 54 ans de rupture.

Une journée historique pour Cuba et les Etats-Unis

Au pas cadencé, les représentants cubains élèvent dans le ciel américain l'emblème de leur pays. La nouvelle ambassade cubaine résonne alors de l'hymne national, un geste autrement symbolique après 54 ans de rupture entre le géant états-unien et l'île qui incarna longtemps l'anti-impérialisme américain. "Le défi est énorme car il n'y a jamais eu de relations normales entre les USA et Cuba, en dépit des efforts faits pour maintenir les liens entre les deux peuples", a déclaré Bruno Rodriguez Parrilla, ministre des Affaires étrangères de Cuba.

Venezuela-Colombie, une frontière sous haute tension politique.