background preloader

Gta4

Facebook Twitter

Oral TPE antho 2. Intro tpe oral. Diapo oral tpe Greg. Diapo oral tpe gran II. Oral tpe. Diapo oral tpe. Dede4. Donald Trump s’attaque au bilan environnement de Barack Obama. La nouvelle administration a déjà supprimé des réglementations adoptées par les démocrates, mais le sort de l’accord de Paris n’est pas encore tranché.

Donald Trump s’attaque au bilan environnement de Barack Obama

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gilles Paris (Washington, correspondant) La fin du « soft power »américain et le retour du « hard power »? – Forum Diplomatique Stratégique. Alors que la campagne américaine pour l’élection des primaires bat son plein, deux candidats semblent tirer leur épingle du jeu: côté démocrate, Hillary Clinton est annoncée favorite pour l’investiture, côté républicain, Donald Trump prend le large dans les sondages et semble être en pôle position pour remporter l’investiture républicaine.

La fin du « soft power »américain et le retour du « hard power »? – Forum Diplomatique Stratégique

Néanmoins, ce dernier concentre de nombreuses critiques au sein même de sa famille politique de par ses déclarations incendiaires et le danger qu’il représente en cas d’accession à la présidence des Etats-Unis.

Site pour guillaume

Donald Trump présente son premier budget « America first » Dans son projet de budget présenté jeudi, le président américain prévoit d’augmenter de 19 milliards de dollars les dépenses de défense, au détriment du département d’Etat et de l’Agence de protection de l’environnement.

Donald Trump présente son premier budget « America first »

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Gilles Paris (Washington, correspondant) Un projet de budget est avant tout une question d’affichage. Celui de l’Etat fédéral américain n’échappe pas à la règle puisque la majorité des dépenses (73 %) est consacrée à des secteurs incompressibles (la santé et la dette), auxquelles s’ajoutaient encore, en 2016, environ 15 % pour la défense. Plan oral tpe. Donald Trump, président des États-Unis : à quoi faut-il nous attendre ? FIGAROVOX/TRIBUNE - Alors que Donald Trump vient dêtre élu 45ème président des Etats-Unis, le journaliste américain Jonathan Mann nous livre son analyse.

Donald Trump, président des États-Unis : à quoi faut-il nous attendre ?

Jonathan Mann est journaliste et présentateur de Political Mann sur CNN International. Political Mann est diffusé sur CNN International, tous les samedis à 20h. Retrouvez une couverture complète des élections américaines sur CNN International et CNN.com. L'élection de Donald Trump : le « hard » au détriment du « soft » En 1990, Joseph S.

L'élection de Donald Trump : le « hard » au détriment du « soft »

Nye a théorisé à raison que la puissance d’une nation ne dépend pas uniquement de sa force armée ou de l’état de son économie – qui n’en demeurent pas moins deux éléments cruciaux du « hard power » – mais également de sa capacité à influencer le monde au travers de la culture et de ses valeurs politiques, au sein de ses frontières comme à l’international – et il s’agit là du « soft power ». A partir du moment où l’on sait que pour atteindre ses objectifs, un gouvernement peut soit utiliser la coercition (le bâton), soit ses investissements (la carotte), soit justement son attractivité (le « soft power »), il est aisé de comprendre l’intérêt de ce dernier. En effet, si une nation est capable de se montrer suffisamment attractive, elle peut faire l’économie de l’emploi du bâton et de la carotte. Un « hard power » en plein forme … Certes, le « hard power » se porte très bien, et avant même d’avoir prêté serment, M.

« L’industrie américaine a perdu son hégémonie » - La Croix. Depuis la victoire de Donald Trump, plusieurs entreprises, dont l’opérateur de téléphonie Sprint, ont annoncé vouloir relocaliser leurs activités aux États-Unis.

« L’industrie américaine a perdu son hégémonie » - La Croix

Entretien avec Thibaut Bidet-Mayer, économiste, coordinateur de l’ouvrage « L’industrie américaine : simple rebond ou renaissance ? » (1) La Croix : Depuis la victoire de Donald Trump, plusieurs entreprises ont annoncé vouloir relocaliser leurs activités aux États-Unis. Que faut-il en penser ? Thibaut Bidet-Mayer : Sur le sujet des relocalisations américaines, il faut se méfier des effets d’annonces basées sur des promesses, surtout lorsque la politique s’en mêle.

L’élection de Donald Trump va être un séisme pour le monde. Le candidat républicain a fondé sa campagne sur la promesse de « rendre sa grandeur à l’Amérique ».

L’élection de Donald Trump va être un séisme pour le monde

Quelles conséquences pour le reste du monde ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Sylvie Kauffmann Si le vote pour le Brexit, le 23 juin, a été un séisme pour l’Union européenne, l’élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis, première puissance militaire, est un séisme pour le monde. Lire notre direct sur la victoire de Donald Trump Le candidat républicain a fondé sa campagne sur la promesse de « rendre sa grandeur à l’Amérique ».

On sait, en réalité, assez peu de chose sur le programme concret de Donald Trump en politique étrangère car ses conseillers dans ce domaine sont peu connus ; l’establishment washingtonien et le petit monde des think tanks spécialisés dans les relations internationales, qui conseillent habituellement les candidats en politique étrangère, se sont tenus à distance de lui et de ses vues peu orthodoxes. Placer « les intérêts américains en premier » Berlin répond à Trump et affirme ne pas avoir de « dette » à l’égard de l’OTAN. La passe d’armes se poursuit entre les dirigeants américain et allemand après leur première rencontre, vendredi.

Berlin répond à Trump et affirme ne pas avoir de « dette » à l’égard de l’OTAN

La ministre allemande de la défense, Ursula von der Leyen, a rejeté, dimanche 19 mars, l’accusation de Donald Trump selon laquelle l’Allemagne devrait d’importantes sommes d’argent à l’OTAN et aux Etats-Unis du fait de dépenses militaires insuffisantes. Le président américain, Donald Trump, s’était livré à une diatribe contre l’Allemagne samedi, affirmant que Berlin devait payer plus pour profiter du parapluie protecteur de l’OTAN et de Washington. L’Allemagne « doit d’énormes sommes d’argent » à l’OTAN et aux Etats-Unis qui lui « fournissent une défense très puissante et très coûteuse », avait tweeté le chef de l’Etat moins de vingt-quatre heures après sa première rencontre avec la chancelière allemande, Angela Merkel, à la Maison Blanche. Lire aussi : Entre Berlin et Washington, deux visions du monde qui s’affrontent.

Tpe magazine 1.