background preloader

Affaire Charlie

Facebook Twitter

Rex Murphy: We are not Charlie Hebdo. Unmournable Bodies. A northern-Italian miller in the sixteenth century, known as Menocchio, literate but not a member of the literary élite, held a number of unconventional theological beliefs.

Unmournable Bodies

Teju Cole : Unmournable Bodies. Comme j’en ai parlé sur Twitter, voici la traduction partielle du texte de Teju Cole paru dans The New Yorker.

Teju Cole : Unmournable Bodies.

Partielle parce que d’une part je suis toujours pas sûr que ce soit légal de traduire sans permission un texte dans son intégralité sans permissions et d’autre part il est extrêmement long. Teju Cole est un écrivain nigérian américain. Ce texte parle de liberté d’expression, de liberté tout court et des massacres à Paris. Je n’ai donc rien ajouté au texte. Par contre je trouve le point de vue intéressant et inexistant dans les médias Français surtout en ces temps de liberté d’ou la traduction. ( Et oui j’ai cherché et j’ai rien trouvé s’y rapprochant.)

Charlie Hebdo. Why I am not Charlie. There is no “but” about what happened at Charlie Hebdo yesterday.

Why I am not Charlie

Nous Sommes Ensemble. Image Facebook Je parle beaucoup du racisme ici et de ma vie de maman.

Nous Sommes Ensemble

Je suis aussi une maman musulmane. Sur le blog je ne parle pas de ma religion surtout par pudeur et par respect. Refusons cette manifestation hypocrite. Trois jours après le début de l’attaque terroriste, nous sommes abreuvés d’un discours tiède et consensuel à la sauce Tartuffe.

Refusons cette manifestation hypocrite

Les pires censeurs pleurent sur la liberté d’expression. Les semeurs de haine crient au rassemblement. Les véritables questions sont interdites et le seul discours toléré est celui de la guerre dans laquelle nous occuperions "le camp du bien". Point de vue extérieur sur l’attentat contre Charlie Hebdo. Source.

Point de vue extérieur sur l’attentat contre Charlie Hebdo

En attendant que les idées, les sentiments, les doutes, les questions, cessent de tourner dans ma tête, emportés par le tourbillon des faits, en attendant donc que je trouve des mots pour dire ce que m’inspirent l’attentat contre le siège de Charlie Hebdo, la mort de ces dessinateurs, la médiatisation et la récupération écœurante autour d’une unité nationale qui me fait gerber, je vous propose ce texte qui permet de faire un pas de côté et voir autrement ce qui est arrivé ces derniers jours. Traduction d’un article paru le 7 janvier sur le site hispanophone d’information anticapitaliste kaos en la red. Pourquoi je ne suis pas Charlie Hebdo - jusquaquelpoint. Deux jours de passages à l'acte islamophobes. Charlie Hebdo : la journée de Mourad H, accusé à tort d’être un terroriste - Rue89 - L'Obs. Pendant près de 24 heures, Mourad H., 18 ans, a fait partie des trois « terroristes » accusés d’avoir attaqué Charlie Hebdo et d’avoir tué 12 personnes.

Charlie Hebdo : la journée de Mourad H, accusé à tort d’être un terroriste - Rue89 - L'Obs

Pendant près de 24 heures, certains médias et de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux ont estimé qu’il était nécessaire de bafouer la déontologie journalistique en relayant son identité complète. Jusqu’à ce qu’il soit mis hors de cause ce jeudi après-midi. « Il condamnait les actes de l’Etat islamique » StreetPress retrace la journée de ce lycéen en terminale S et rapporte les témoignages de certains de ses camarades. L’un de ses meilleurs amis, Anyce D raconte : Le Chéribiblog. Attentat à "Charlie Hebdo" : Rokhaya Diallo en larmes face aux accusations d'Ivan Rioufol. Le journaliste a demandé à Rokhaya Diallo de se désolidariser de l'attentat, en tant que musulmane.

Attentat à "Charlie Hebdo" : Rokhaya Diallo en larmes face aux accusations d'Ivan Rioufol

Les Français s'unissent après l'attentat survenu mercredi matin au siège de "Charlie Hebdo", et qui a fait douze morts - dont les dessinateurs Charb, Cabu, Wolinski, Tignous et Honoré ainsi que le journaliste Bernard Maris - et plusieurs blessés. En fin d'après-midi, au moins une centaine de milliers de personnes se sont ainsi réunies sur diverses places dans toutes les grandes villes de France. Les radios généralistes ont, à l'image des chaînes d'information en continu, déprogrammé toute leur grille pour n'évoquer que le drame. "Je ne suis pas Charlie. Et croyez-moi, je suis aussi triste que vous." "Je ne suis pas descendu parmi la foule.

"Je ne suis pas Charlie. Et croyez-moi, je suis aussi triste que vous."

" Un @sinaute exprime, dans le forum de discussion de la dernière chronique de Daniel Schneidermann, son malaise vis-à-vis de "l'union nationale" suite aux attaques meurtrières qui ont visé Charlie Hebdo. En cause, la "dérive islamophobe" du journal et de cette gauche "Onfray/Charlie/Fourest laïcarde". Vous n’êtes pas Charlie. Liberté d’expression, dira-t-on, voici donc ma part, qui ne vous plaira surement pas.

Vous n’êtes pas Charlie

Mais si vous y tenez tant à ce qu’on n’y touche pas, à la liberté d’expression, à ce qu’on la défende mordicus, alors j’ai tout autant le droit de m’exprimer. Vous, gang de Charlie, faites exactement ce qu’on attend de vous, pleurer la « liberté d’expression » d’un journal « satirique » au contenu des plus opprimants, des plus discriminatoires et des plus abjects, alors qu’en temps normal vous n’auriez jamais défendu de tels propos.

Vous pouvez être tristes et horrifiés de ce qui s’est passé – qui ne l’est pas? Ces morts que nous n’allons pas pleurer. Une sensation circule depuis l’attentat perpétré contre la rédaction de Charlie Hebdo : nous sommes en train de vivre un « 11 septembre français ». Si on laisse de côté la question du volume (environ trois mille morts d’un côté, une douzaine de l’autre), le parallélisme entre les deux événements saute en effet aux yeux. Dans les deux cas, les attentats ont été perpétrés par des personnes se réclamant de l’Islam. Pourquoi l’attentat nous rend (déjà) cons. L’attentat contre Charlie Hebdo tourne en boucle sur BFM TV. Normalement plus une actu est partout dans les médias, moins on en a grand chose à foutre.

On change de gouvernement, la Bourse se casse la gueule : on continuera à aller boire des coups le soir et déconner de la même manière. Pourtant sur ce coup là, avec l’attentat, on est en plein dedans. Ça faisait longtemps que Charlie Hebdo ne faisait plus rire, aujourd’hui il fait pleurer. Il est minuit moins le quart dans le siècle. Nous sommes à un point de bascule historique sur l’islamophobie et le déchaînement du racisme en France et plus largement en Europe. La lecture simplifiée à l’extrême par les médias de cette journée du 7 janviers 2015 va se résumer et s’imprimer dans de nombreux cerveaux « par l’attaque meurtrière contre un journal « de Gauche » par des Musulmans. Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites… - Olivier Cyran.

Post-scriptum 11 janvier 2015 : à tous ceux qui estiment que cet article serait une validation a priori de l’attaque terroriste ignoble contre Charlie hebdo (ils l’auraient bien cherché), la rédaction d’Article11 adresse un vigoureux bras d’honneur. Charognards ! Pour que les choses soient bien claires, il y a ce texte. Pourquoi je ne suis pas Charlie Hebdo - jusquaquelpoint. Je ne suis pas Charlie! What I have to say today is, well, very likely to be unpopular. But I'm worried by what I'm seeing online - Facebook, Twitter, blogs, news websites, youtube. Annouchka & Furious — textes et infos pour éclaircir une situation... The Paris Attack: Je Ne Suis Pas Charlie. All around the world people are standing up in solidarity with the victims of the Charlie Hebdo massacre. While some people are crying for free speech, others – particularly anti racists, victims of sexual abuse, feminists, and religious groups – are more hesitant to lend solidarity to people who have made a business out of mocking their struggles.

Charlie Hebdo supporters are in many cases people who would have condemned and looked down their noses at these offensive comics had there been no massacre. Être ou ne pas être Charlie – là n'est pas la question. Ce massacre ignoble est revendiqué par des individus qui se disent membres de Al Qaida. La nécessité absolue de combattre les mouvances obscurantistes de l’islamisme radical ne doit pas nous rendre amnésique. Ces courants qui s’imposent par la terreur affirment commettre leurs crimes au nom de l’Islam.