background preloader

Backlash / Islamophobie / Xénophobie

Facebook Twitter

Croquis. A Grasse, le «terroriste» n’était pas ce qu’on croyait. Paris Attacks, Democracy Now!: Glenn Greenwald on Yasser Louati's Itw with Isha Sesay & John Vause. « Marine Le Pen, comment avez-vous pu avoir l’idée d’utiliser ces images horribles », par Hervé Ghesquière. Dans une lettre ouverte à la présidente du FN, le journaliste Hervé Ghesquière, ancien otage, fait part de son dégoût après la publication de photos de victimes de l’EI sur Twitter.

« Marine Le Pen, comment avez-vous pu avoir l’idée d’utiliser ces images horribles », par Hervé Ghesquière

Je pensais avoir tout vu, tout entendu de votre part Marine Le Pen. Le mensonge, le cynisme, la manipulation, le fiel, l’intolérance mais cette fois j’avoue que la publication sur votre compte Twitter de trois photos abjectes de victimes de Daech [acronyme arabe pour l’organisation Etat islamique] dépasse ce que je pouvais imaginer de pire de votre part. Je suis à la fois révolté et écœuré par cette ignominie. Comment avez-vous pu avoir l’idée d’utiliser ces images horribles diffusées par l’Etat islamique au bénéfice de votre propre propagande ? Ma réaction est d’abord celle d’un citoyen outré par tant de bassesse. Des adolescents parisiens dénoncent de graves abus lors de contrôles à répétition. Ils les appellent les « Tigres » à cause de l’écusson que ces policiers portent sur leur tenue.

Des adolescents parisiens dénoncent de graves abus lors de contrôles à répétition

Le rôle de ces Brigades de soutien des quartiers (BSQ) est, selon un document de la préfecture de police de Paris, de « contrôler les individus regroupés en nombre sur la voie publique, de mener des opérations de sécurisation sur la voie publique et dans les halls d’immeuble ». Dans le quartier Reuilly-Montgallet, une cité au cœur du XIIe arrondissement de Paris, dix-huit habitants, âgés de 14 à 23 ans, ont décidé de dénoncer les abus dont ils se disent victimes de la part d’une dizaine de policiers de cette brigade à l’occasion de contrôles d’identité à répétition.

Accompagnés dans leur démarche par plusieurs associations, ces jeunes ont déposé plainte contre X le 17 novembre 2015 devant le procureur de la République de Paris pour violences volontaires aggravées, agression sexuelle aggravée, arrestation arbitraire, séquestration, destruction de biens, discrimination et abus d’autorité. Zizek - The Paris Attacks and Refugees. France. La “patrie des droits de l’homme” envisage de se doter d’un Guantánamo.

Le gouvernement français a demandé au Conseil d’Etat de se prononcer sur la possibilité d’interner de manière préventive dans un centre dédié des personnes fichées “S” par la DGSI.

France. La “patrie des droits de l’homme” envisage de se doter d’un Guantánamo

L’information a vivement fait réagir les journaux italiens. “C’est un projet passé presque en sourdine, mais qui risque d’ouvrir une nouvelle polémique dans la France frappée par deux fois en moins d’un an par le terrorisme islamiste”, écrit La Repubblica. Le journal de Rome réagit à une information diffusée le 9 décembre par Le Monde : le ministère de l’Intérieur a demandé au Conseil d’Etat, début décembre, d’examiner la possibilité de recourir à l’internement préventif de personnes qui font l’objet d’une fiche “S”, dans un centre dédié.

Bref, “un Guantánamo à la française, résume Il Giornale. Islamophobie post-attentats : « C’est le musulman lambda qui est visé » « Après les attentats, on s’est demandé comment agir. » Nabil Ennasri préside le Collectif des musulmans de France (CMF).

Islamophobie post-attentats : « C’est le musulman lambda qui est visé »

Le 28 novembre, il signe avec Samy Debah du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), Idriss Sihamedi de BarakaCity (une « ONG islamique »), Fateh Kimouche d’Al-Kanz.org et Marwan Muhammad, ex-porte parole du CCIF et conseiller auprès de l’OSCE qui s’exprime « en tant que citoyen », un communiqué : « Après les attentats et les perquisitions, ensemble avec vous ».

Au-delà des dissensions Ces cinq leaders d’opinion français, « musulmans assumés » pour citer Ennasri, peuvent toucher à travers leurs comptes sur les réseaux sociaux des centaines de milliers de personnes. Ils mutualisent donc leurs forces, au-delà de leurs désaccords (plusieurs « tweetclashs » ayant, par exemple, opposé Al Kanz et Nabil Ennasri, autour de la détermination de la date du début du mois de ramadan). Paris in a state of emergency: what it's like to be young, Muslim and targeted – video. Deux élèves embarqués par la police après un débat anodin à l'école sur les attentats. Psychose à l'Athénée royal de Jette ?

Deux élèves embarqués par la police après un débat anodin à l'école sur les attentats

En tout cas, ce vendredi 4 décembre, deux élèves ont été embarqués et auditionnés par la police de la zone Ouest après un débat en classe autour des attentats de Paris. Un événement qui a profondément traumatisé l'une des mamans. Sophie habite Molenbeek et ses jumeaux, Yassine et Younes, 16 ans, fréquentent l'Athénée royal de Jette, en cinquième année. Train passengers stand up against racial abuse of Muslim woman.

A Muslim woman has thanked the public for standing up to a man who racially abused her and her sister on a packed Newcastle train.

Train passengers stand up against racial abuse of Muslim woman

Ruhi Rahman, 23, said she was threatened when the abuser told other passengers she could bomb the train, as she sat with her sister. A Saint-Denis, les oubliés de la République veulent se faire entendre. Saint-Denis: "Le flic m'a dit: 'tu vas prendre trente ans'..." Nordine Touil, marocain de 31 ans, vit en France depuis douze ans.

Saint-Denis: "Le flic m'a dit: 'tu vas prendre trente ans'..."

Il a une petite fille de sept ans, française comme sa mère, dont il est séparé. Jusqu'à mercredi dernier, il habitait avec deux amis, marocains eux aussi, dans l'immeuble de la rue du Corbillon, à Saint-Denis, où le Raid est intervenu pour déloger Abdelhamid Abaaoud et ses acolytes. Joint hier à l'intérieur du centre de rétention administrative de Vincennes, il raconte l'assaut des forces de police, le déluge de feu, cette balle qui l'atteint au bras gauche, l'arrestation musclée, la garde à vue à Levallois et, pour solde de tout compte administratif, l'obligation de quitter le territoire notifiée par la police. « Tu vas prendre 30 ans, pas parce que t'es terroriste, mais parce que t'es con », lui aurait même lancé un policier vendredi dernier, à quelques heures de la fin de la garde à vue. Insultes et actes islamophobes après les attentats.

C’était à craindre.

Insultes et actes islamophobes après les attentats

Depuis les attentats terroristes de vendredi à Paris, la liste des actes à caractère islamophobes s’allonge. Dans la nuit de vendredi à dimanche déjà, des croix rouges ont été peintes sur la façade de la mosquée de Créteil, en région parisienne, et l’inscription « France réveille-toi » écrite sur la porte d’un lieu de culte musulman et sur celle d’une boucherie halal à Obloron-Sainte-Marie en Pyrénées-Atlantique. Dans la ville d’Évreux, des messages racistes, « Morts aux musulmans », « La valise ou le cercueil », ont été inscrits sur la façade de la mairie et dans différents endroits de la ville.

Après les attentats de Paris, une modératrice de sites de presse en ligne raconte le déferlement de messages haineux. Les victimes des attentats du 13 novembre seraient « des bobos parisiens multiculturalistes qui l’ont bien cherché » ; des photos montages qui font croire à des scènes de liesse en banlieue parisienne ; des appels à interdire l’islam ou à donner le pouvoir à l’armée...

Après les attentats de Paris, une modératrice de sites de presse en ligne raconte le déferlement de messages haineux

Ce n’est qu’un échantillon des milliers de réactions et commentaires postés dans les forums des journaux en ligne ou les réseaux sociaux, après les attentats de Paris, nous raconte Valérie, une modératrice de ces forums. Elle témoigne d’un déferlement de propos haineux, de jugements à l’emporte-pièce, à l’heure des réactions instantanées, où chacun veut commenter à tout prix. Lorsque j’ai été avertie des attentats de ce vendredi 13 novembre, je suis arrivée en soutien et support des modérateurs déjà présents. Je suis modératrice pour des sites de presse en ligne depuis plus de dix ans. On serre les dents, on serre les rangs, on tient la ligne. Après le carnage, le numéro de cirque des idiots, des racistes et des paumés est lancé.

On serre les dents, on serre les rangs, on tient la ligne

En fonction du degré de saloperie ou de perdition des uns et des autres, chacun va apporter ses condoléances plus ou moins sincères pour les victimes, saluer le courage des forces de l’ordre, puis en fonction du degré de racisme et d’autoritarisme sommer les musulmans de s’excuser et réclamer un durcissement des lois. Ensuite viendra le temps de la réaction des puissants pour maintenir leur ordre social violent. « Dérive autoritaire : les premiers signes qui doivent alerter » En plus de son efficacité douteuse, le site gouvernemental Stop-djihadisme se prête à tous les détournements. On y trouve notamment une plaquette qui renseigne sur « les premiers signes » de l’embrigadement d’un proche dans le salafisme djihadiste.

Parmi ces « signes » évoqués sous forme de pictogrammes (à gauche ci-dessus) : « Ils se méfient des anciens amis, qu’ils considèrent maintenant comme des “impurs” » ; « Ils rejettent des membres de leur famille » ; « Ils abandonnent l’école ou la formation professionnelle car l’enseignement dispensé fait parti du complot », etc. Vient ensuite le numéro vert mis à disposition des « familles » qui « sont souvent démunies pour identifier les signes qui peuvent laisser présager un embrigadement, puis un départ ». Explosion des actes islamophobes. Et derrière, quelles condamnations ? Après les événements dramatiques des 7, 8 et 9 janvier, deux faits sont en nette augmentation : les condamnations pour apologie de terrorismeet les actes islamophobes. Chaque jour, la liste des peines exemplaires (voire d’exception) infligées aux personnes coupables d’avoir loué les actions terroristes des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly s’allonge.

Chaque jour aussi, la liste des délits ou crimes commis contre la communauté musulmane du pays explose. Mais on ne connaît que très rarement l’issue judiciaire de ces dernières procédures. La mosquée Assalam à Nantes, vendredi 23 janvier 2015 (AFP photo Georges Gobet) Apologie du terrorisme : leurs « amis » Facebook ont prévenu la police. M. M., 21 ans, habite Courtalain (Eure-et-Loir), 625 habitants, et vient d’être condamné à dix-huit mois de prison, dont douze ferme, pour apologie d’acte de terrorisme. « Ça m’a mis dans la merde », lâche-t-il au téléphone. Dans le petit village, tout le monde se connaît et la décision de justice s’est ébruitée aussi sec. « Le regard des gens, on le ressent sur nous », raconte-t-il.

Alors qu’il faisait une course avec sa copine, un homme l’a fixé jusqu’à ce qu’il quitte le parking. Les gens se retournent, regardent par sa fenêtre. . « Ça m’a catalogué terroriste. » Dieudonné : ce qu'il faut savoir sur le délit d'"apologie du terrorisme" Apologie du terrorisme : Résister à l'injonction de la répression immédiate ! Apologie d’acte de terrorisme : « J’ai levé la main et j’ai dit “Ils ont eu raison” » Patricia, éducatrice, travaille sur le dossier d’un collégien accusé d’avoir fait l’apologie du terrorisme pendant un débat sur l’attentat contre Charlie Hebdo. Même à géométrie variable, les valeurs de la république affolent l’Education nationale. Charlie, je ne veux voir dépasser aucune tête. Crise symbolique, frustration collective et fabrication d’un ennemi intérieur nourrissent le populisme qui vient.

Basta ! : Le Front national entretient une sorte de « grande confusion », en se réappropriant des thématiques qui n’étaient pas les siennes, comme la laïcité. Beaucoup de gens, un peu perdus politiquement, se laissent attirer par ces discours. Les acteurs de la lutte contre l'islamophobie redoutent les pires des régressions. Face à des actes islamophobes d'une ampleur « jamais vue », les lieux de culte musulmans sous protection. Des actes islamophobes sont à déplorer, mais l’extrême-droite reste, pour l’instant, marginalisée. Plus de trois millions de personnes ont manifesté en France pour les libertés et contre le terrorisme, ce 11 janvier, après les attaques sanglantes perpétrés par trois militants djihadistes contre l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo puis un supermarché casher.

Déferlante raciste et islamophobe dans toute la France. Les militants musulmans savent ce qu'ils ont à faire, merci pour eux. Divisions, pièges à cons. Charlie Hebdo : la journée de Mourad H, accusé à tort d’être un terroriste - Rue89 - L'Obs. Pendant près de 24 heures, Mourad H., 18 ans, a fait partie des trois « terroristes » accusés d’avoir attaqué Charlie Hebdo et d’avoir tué 12 personnes. Pendant près de 24 heures, certains médias et de nombreuses personnes sur les réseaux sociaux ont estimé qu’il était nécessaire de bafouer la déontologie journalistique en relayant son identité complète. Jusqu’à ce qu’il soit mis hors de cause ce jeudi après-midi.

Dérapage raciste chez Morandini : heureusement, Porte était là ! À la mosquée de Brest, un geste de fraternité avec les musulmans.