background preloader

Grainothèque

Facebook Twitter

L'initiative de proposer une grainothèque en bibliothèque se répand en France, sur le modèle des États-Unis où le phénomène est très populaire.



Les usagers de la bibliothèque sont invités à déposer et prendre les graines de leur choix pour les cultiver à leur guise. Ainsi, la production de nouvelles semences alimente la grainothèque ! Le patrimoine millénaire que sont les graines s'est transmis et développé par le biais de l'échange entre paysans.

A nous, jardiniers amateurs, de prendre part au grand partage ! Tout comme les livres ne sont pas seulement faits pour les étagères des librairies, les graines doivent sortir des jardins et regagner une place essentielle dans l'esprit de tous.

Et si la boîte est vide ce n'est pas grave ! C'est une nouvelle invitation au dépôt ! Une idée pour votre potentielle inauguration "grainothécaire" : proposer aux jardiniers du coin d'amener les premières graines !

Certains de nos clients proposent déjà une grainothèque.

Exemple de Grasse

Graines de Troc, une autre façon de s'échanger graines et savoir-faire. Une grainothèque à la médiathèque de la Canopée la fontaine. La médiathèque de la Canopée la fontaine (ouverte depuis le 6 avril dernier au sein du Forum des Halles de Paris) vient d’inaugurer sa grainothèque.

Une grainothèque à la médiathèque de la Canopée la fontaine

Permettant « l’échange continu de graines de fleurs, de fruits et de légumes hors du système marchand (…) une grainothèque peut s’installer dans des endroits variés ». Basées sur le système du « troc », les grainothèques se remplissent et se vident en fonction des graines que déposent ou prennent les utilisateurs. Au sein des bibliothèques, elles sont d’abord « apparues aux États-Unis, et fleurissent désormais dans les bibliothèques françaises ». A l’occasion de cette inauguration, la médiathèque de la Canopée la fontaine organise deux événements : « l’Heure du conte », dédié aux 4-7 ans et organisé autour de la thématique de la nature et des jardins : samedi 21 mai à 10 h 30 ;« Cassons la graine », soirée proposant de débattre autour des questions du jardinage, de biodiversité et d’écologie : vendredi 27 mai de 19 h à 21 h 30.

Qui sème la grainothèque, récolte la bibliothèque ? Apparues aux États-Unis, les grainothèques fleurissent désormais dans les bibliothèques françaises !

Qui sème la grainothèque, récolte la bibliothèque ?

Après la bibliothèque municipale de Lille et la médiathèque José-Cabanis de Toulouse, c’est au tour de la médiathèque parisienne Marguerite-Yourcenar (15e arrondissement) d’inaugurer aujourd’hui, vendredi 10 avril, ce nouveau service. Le fonctionnement de ces installations est très simple : les usagers y déposent des semences de plantes potagères ou de fleurs et peuvent en retour prendre celles qu’ils désirent. Alors que le développement de ce type de services atypiques doit être un moyen de rafraîchir l’image des bibliothèques, d’y d’attirer un nouveau public et de tisser un lien entre bibliothécaire et usager, ces grainothèques remplissent-elles pleinement ce rôle ? Si leur développement est un vrai plus, elles doivent s’inscrire pleinement dans une démarche d’accueil, collaborative et de projet d’établissement pour ne pas être considérées comme de simples « gadgets ».

Des grainothèques dans les BU de Nice à partir du 21 mars 2016 : prenez-en de la graine ! — Bibliothèques Universitaires. C'est l'histoire d'un étudiant en Médecine engagé qui interpelle sa BU : "Et si on faisait une grainothèque ?

Des grainothèques dans les BU de Nice à partir du 21 mars 2016 : prenez-en de la graine ! — Bibliothèques Universitaires

" Enthousiasme ! Une grainothèque pour se réapproprier un patrimoine naturel menacé, pour se réapproprier aussi notre rôle conservatoire, et pour promouvoir la liberté, l'échange, le troc, le respect de l'environnement, la gourmandise... C'est l'histoire aussi d'une petite parcelle de terrain, dans le parc de Valrose, une petite parcelle inutilisée qui va se transformer sous nos coups de grelinette en jardin partagé. C'est enfin l'histoire d'équipes de BU qui ont eu envie de travailler ensemble et de lancer une opération inédite.

Pour la première fois en France, une bibliothèque universitaire propose des grainothèques ! Pourquoi ? Pour motiver et aider les étudiants à semer des graines chez eux, pour le simple plaisir de cultiver ses propres fruits, légumes, aromates, etc. Proposer des « grainothèques » en bibliothèque pour favoriser le partage des semences libres – – S.I.Lex

Mon intérêt pour les biens communs m’a peu à peu fait découvrir la problématique des semences, dont les enjeux sont aujourd’hui considérables et rejoignent par certains côtés ceux de la Culture libre.

Proposer des « grainothèques » en bibliothèque pour favoriser le partage des semences libres – – S.I.Lex –

J’ai eu déjà eu par exemple l’occasion sur S.I.Lex de consacrer des billets à des projets de licences libres appliquées aux semences ou à la question du domaine public végétal. Alors que les semences constituent un patrimoine millénaire qui s’est développé par le biais du partage de graines entre paysans, cette pratique est aujourd’hui fragilisée par des restrictions légales, faisant courir un risque à la biodiversité. Grainotheque - Bibliothèque de Saint Savournin. La graine, jetée dans le ventre de la terre, pourrie dessus-dessous le fumier, battue d'hiver, sur les premières douceurs du printemps, rallie ses petites pièces, ressuscite de petites racines, investissant la motte tendre pour en sucer la moelle, perçant la terre jette un petit filet blanc, une pointe verte, se nourrit à vue d'oeil, par laps de temps s'engraisse, gagne le haut, roidit une tige verte, à la faveur du Soleil boutonne, à couvert digère ses couleurs, le bodduton enfle, éclate doucement, montrant en sa fente l'essai de son apprentissage et un rayon de ses beautés, mûries de temps.

grainotheque - Bibliothèque de Saint Savournin

Pourquoi les grainothèques prennent racines dans les bibliothèques. Dans la grande salle de lecture lumineuse de la médiathèque de la Canopée dans le 1er arrondissement de Paris, une petite caisse en plexiglas attire le regard.

Pourquoi les grainothèques prennent racines dans les bibliothèques

Sur le dessus, dans une panière : des pochettes à graines ! On en trouve de trois couleurs : une pour les fleurs, une pour les légumes, la dernière pour les plantes sauvages… et ce petit mot qui explique l’esprit du projet : « Zone de troc : je prends = je donne ! ».