background preloader

Archéologie

Facebook Twitter

Au Pakistan, une mystérieuse civilisation antique peine à sortir de l'ombre. Une ville plurimillénaire dotée d'égouts, de chasses d'eau et de bains publics: des archéologues s'efforcent de faire connaître Mohenjo Daro, l'une des plus anciennes cités au monde, afin de mieux protéger ce site exceptionnel dans le sud du Pakistan.

Au Pakistan, une mystérieuse civilisation antique peine à sortir de l'ombre

Anthropologues comme archéologues estiment que la cité pourrait détenir la clé des mystères de la civilisation de l'Indus, apparue environ 3.000 ans avant l'ère chrétienne dans ce qui est aujourd'hui l'Inde et le Pakistan, avant de disparaître inexplicablement. Mais ils avertissent que si rien n'est fait pour protéger les ruines déjà abîmées par le temps et la négligence humaine, cette ville risque de tomber dans l'oubli sans jamais prendre la place qu'elle mérite dans l'Histoire. M. Jansen mène un mouvement cherchant à promouvoir ce lieu à l'international tout en protégeant ce qu'il en reste, face aux différentes menaces. Il y a aussi les dégâts du temps et des éléments. . - Négligence humaine - Homo naledi : sa surprenante jeunesse est confirmée. Homo naledi est peut-être la plus ancienne espèce du genre Homo capable d'enterrer ses morts.

Homo naledi : sa surprenante jeunesse est confirmée

Aujourd'hui, c'est officiel : il était bien présent en Afrique du Sud il y a entre 236.000 et 335.000 ans. Ses représentants pourraient donc avoir côtoyé l'Homme moderne, qui serait apparu il y a 200.000 ans. Ce qu'il faut retenir L’âge des fossiles retrouvés vient d'être précisé : entre 236.000 et 335.000 ans, et pas quelques millions d’années comme on pouvait le penser.Homo naledi est une nouvelle espèce d’hominine présentant des caractéristiques primitives et modernes. Il y a presque deux semaines, Futura relayait la nouvelle : le paléontologue Lee Berger avait annoncé dans une interview accordée à National Geographic que les restes fossilisés de Homo naledi avaient finalement pu être datés.

Ses caractéristiques anatomiques sont en effet un étrange mélange : Un cerveau minuscule, de la taille d'une orange.Haut d'environ 1,5 mètre, il pesait environ 45 kilogrammes. Comment dater Homo naledi ? Le coût génétique de la domestication animale. Le cheval ne s’est pas domestiqué comme on le pensait - La Libre. PlanèteUne équipe de chercheurs a analysé le patrimoine génétique de chevaux morts il y a 2 300 ans.

Le cheval ne s’est pas domestiqué comme on le pensait - La Libre

Leurs découvertes lèvent des mystères sur la domestication et nous renseignent sur les hommes qui les élevaient. Atravers le cheval, on voit l’homme. Sans cet animal, l’histoire de l’humanité n’aurait pas été la même, estime Ludovic Orlando, directeur de recherche du CNRS et professeur au Muséum d’histoire naturelle du Danemark. Le cheval, c’est l’animal domestique qui a le plus influencé l’homme, il représente à la fois l’agriculture, le transport et l’aspect militaire qui était très important il y a encore peu de temps. Mille chevaux par jour mouraient sous les bombes pendant la Première Guerre mondiale. " Des chevaux inhumés aux côtés d’un homme Ludovic Orlando a analysé le génome de 13 chevaux vieux de 2 300 à 2 700 ans, provenant des tombes royales scythes d’Arzhan aux confins du Kazakhstan et une jument âgée de 4 100 ans.

Tiahuanaco. Machu picchu. Civilisation Inca. En Images. Dinosoria. Enigmes < Enigmes archéologiques < Machu Picchu.

Tiahuanaco. Machu picchu. Civilisation Inca. En Images. Dinosoria

Tiahuanaco À l’arrivée des conquistadors espagnols au 16e siècle, l’Empire Inca s’étendait le long de la côte pacifique et de la cordillère andine, de la frontière nord de l’actuel Équateur jusque dans le Chili central, englobant l’ensemble du Pérou et la quasi-totalité de la Bolivie. Les différentes parties de ce vaste empire étaient reliées entre elles par un réseau de routes.

Les forces espagnoles surent d’ailleurs tirer profit de ces routes pour avancer jusqu’au cœur de l’Empire inca. Extermination et destructions ont malheureusement fait perdre à jamais à l’humanité une grande partie des richesses de cette civilisation. Machu Picchu : la cité perdue des Incas Machu Picchu, en Bolivie, n’a jamais été découvert par les conquistadors et les missionnaires espagnols. Vue d'ensemble de Machu Picchu. Ce n’est qu’en 1911 que Hiram Bingham, jeune explorateur américain, découvrit cette cité. Les plus beaux sites du patrimoine mondial. Göbekli Tepe. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Göbekli Tepe

Göbekli Tepe (Պորտասար Bordasar/Portasar en arménien, Girî bi navkê mendixka en kurde) est un site archéologique occupé de la fin du Mésolithique (voir Khiamien) au début du Néolithique (plus précisément le Néolithique précéramique A). Il est situé au sud-est de l’Anatolie, région de l’actuelle Turquie située près de la frontière avec la Syrie. Au sud-ouest se trouve la ville de Şanlıurfa. Le toponyme turc Göbekli tepe signifie « Colline au nombril », en référence à sa forme.

Le site cumule plusieurs caractéristiques inédites à son époque et faisant l’objet de diverses interprétations : Le substrat est une butte artificielle haute de 15 mètres et ayant un diamètre de 300 mètres ; elle est située à une vingtaine de kilomètres au nord-est de la ville turque de Şanlıurfa (ou Urfa), l'ancienne Édesse (ou Orhay ou Erekh)[1]. Historique moderne du site[modifier | modifier le code] Fouilles[modifier | modifier le code]

De fabuleuses mosaïques romaines découvertes à Uzès.