background preloader

Entreprise - monde du travail

Facebook Twitter

Définition des Tiers Lieux. Cette page doit permettre de faire évoluer la définition encyclopédique des Tiers Lieux sur Wikipédia Né d'une approche sociologique de nos territoires, le concept de "tiers-lieu" se développe en France et dans le monde à grande vitesse.

Définition des Tiers Lieux

Ils sont destinés à être des espaces physiques ou virtuels de rencontres entre personnes et compétences variées qui n'ont pas forcément vocation à se croiser. C'est lors des rencontres d'Autrans en 2012 que le rapprochement de MoviLab et des Tiers Lieux donne naissance à la communauté francophone des développeurs de Tiers Lieux Libres et Open Sources / TiLiOS. Devenue une marque collective, Tiers Lieux s'écrit depuis toujours avec un T et un L majuscule ainsi qu'un X à la fin de Lieux au singulier comme au pluriel.

Définition pour les pressés : * Proverbe de Concierge : "Un Tiers Lieux ne se définit pas par ce qu'il est mais par ce que l'on en fait ! " Introduction La définition des tiers lieux retenue dans le cadre de Movilab. Comment créer un tiers-lieu ou un lieu partagé ? Infographie décisionnelle. Comment créer un tiers-lieu ou un lieu partagé ?

Comment créer un tiers-lieu ou un lieu partagé ? Infographie décisionnelle

Maxime Arnaud est l’auteur de cette infographie mode d’emploi – en pdf (voir ci-dessous) organisée autour d’étapes clés et 6 phases essentielles pour se lancer dans un projet de lieu partagé parmi 8 types : colocation de bureaux, centre d’affaires, télécentre, espace de coworking, atelier partagé, hackerspace ou fablab. Panorama des possibles pour un tiers-lieu ou lieu partagé L’infographie Comment créer un tiers-lieu tient compte de retours d’expériences en France réunis par la Coopérative des Tiers-Lieux.

Sur cette affiche sous la forme d’un schéma de processus – organigramme (« flowchart »), il est signalé des points à prendre impérativement en compte, des pratiques efficientes, des principes pour un projet collectif de tiers-lieu réussi sans oublier les écueils et dérives. Une vision que l’équipe qui a conçu et pensé cette infographie tiers-lieu appelle un « panorama des possibles ». Matricule 113. Réformer le droit du travail ( .) : La démocratie participative s'arrête-t-elle au seuil de l'entreprise ?

La ministre du travail Myriam El Khomri veut faciliter le recours aux référendums dans les entreprises.

Réformer le droit du travail ( .) : La démocratie participative s'arrête-t-elle au seuil de l'entreprise ?

A priori, une avancée démocratique. Mais a priori seulement ? C’est devenu un lieu commun : la démocratie représentative est en crise. Qu’ils soient nationaux ou locaux, les élus souffrent la plupart du temps d’un déficit de légitimité, puisque choisis par une minorité de citoyens. Il faut donc faire vivre la démocratie autrement, nous dit-on, en inventant de nouvelles formes de délibération et de nouveaux espaces de décision. Discours banal…sauf si vous cherchez à l’appliquer au monde de l’entreprise. Le projet de loi que présentera la ministre du Travail en mars prochain pourrait changer la donne. La démocratie participative s'arrête-t-elle au seuil de l'entreprise ? La ministre du travail Myriam El Khomri veut faciliter le recours aux référendums dans les entreprises.

La démocratie participative s'arrête-t-elle au seuil de l'entreprise ?

A priori, une avancée démocratique. Mais a priori seulement ? C’est devenu un lieu commun : la démocratie représentative est en crise. Qu’ils soient nationaux ou locaux, les élus souffrent la plupart du temps d’un déficit de légitimité, puisque choisis par une minorité de citoyens. Il faut donc faire vivre la démocratie autrement, nous dit-on, en inventant de nouvelles formes de délibération et de nouveaux espaces de décision. Discours banal…sauf si vous cherchez à l’appliquer au monde de l’entreprise. Le projet de loi que présentera la ministre du Travail en mars prochain pourrait changer la donne.

L'entreprise peut-elle être démocratique ? L’entreprise appartient-elle à ceux qui apportent le capital, c’est-à-dire aux actionnaires ?

L'entreprise peut-elle être démocratique ?

N’est-ce pas eux qui ont le pouvoir, notamment celui de retirer leur confiance ? S’agit-il pour autant d’une propriété, d’une domination classique par statuts de droit commercial interposés ? Cela serait oublier une autre dimension, tout aussi indispensable à l’existence d’une entreprise : l’investissement en travail. L’entreprise se trouve entre les mains de parties prenantes – stakeholders – dont le pouvoir doit être reflété dans la gouvernance. C’est déjà le cas répondra-t-on mais un ouvrage vient de proposer d’aller plus loin et d’instaurer un véritable bicaméralisme au sein de l’entreprise à l’image de ce qu’a connu l’histoire de la démocratie.

C’est cette proposition que l’on va examiner aujourd’hui avec son auteur Isabelle Ferreras. Intervenants : Isabelle Ferreras : sociologue et politologue, professeur à l'Université de Louvain.