background preloader

Sigmund Freud

Facebook Twitter

Sigmund Freud. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sigmund Freud

Sigmund Freud par Max Halberstadt en 1922. Signature Sigmund Freud (prononciation allemande : [ˈziːkmʊnt ˈfʁɔʏt] ; prononciation française [fʁøːd] ou [fʁœjd]), né Sigismund Schlomo Freud le à Freiberg (Autriche) et mort le à Londres, est un neurologue autrichien, fondateur de la psychanalyse. Freud regroupe une génération de psychothérapeutes qui, peu à peu, élaborent la psychanalyse, d'abord en Autriche, en Suisse, à Berlin, puis à Paris, Londres et aux États-Unis.

En dépit des scissions internes et des critiques, la psychanalyse s'installe comme une nouvelle discipline des sciences humaines dès 1920. Biographie[modifier | modifier le code] Les biographes de Freud[modifier | modifier le code] L'histoire de la vie de Freud (prononciation allemande : [ˈsiːkmʊnt ˈfʁɔʏt] ; prononciation française [fʁøːd] ou [fʁœjd][4]) est celle de la psychanalyse[Freud 1]. Enfance et études (1856–1882)[modifier | modifier le code] Appareil psychique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Appareil psychique

Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes. (décembre 2014). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références. L’appareil psychique désigne l'esprit. Les conceptions psychanalytiques de l'esprit sont travaillées dans l'article métapsychologie, tandis que cet article décrit la conception de l'appareil psychique par Sigmund Freud et à son évolution. Matérialisme : l'esprit cerveau[modifier | modifier le code] Freud est d'abord un neurologue.

Le projet de psychologie scientifique, œuvre inachevée, s'attachait à décrire le fonctionnement du neurone, tendant à se décharger (selon le principe d'inertie neuronique), comme un modèle du fonctionnement psychique : l'activité neuronale peut entraîner une décharge motrice (par le biais d'un neurone moteur) ou entraîner l'activité d'un neurone voisin. Qu'est-ce qu'un appareil psychique ? Principe de réalité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Principe de réalité

Dans la psychanalyse freudienne, le principe de réalité désigne la capacité d'ajourner la satisfaction pulsionnelle. Respecter le principe de réalité consiste à prendre en compte les exigences du monde réel, et les conséquences de ses actes. Le principe de réalité désigne avant tout la possibilité de s'extraire de l'hallucination, du rêve, dans lesquels triomphe le principe de plaisir et d'admettre l'existence d'une réalité, insatisfaisante ou non conforme à son idéalisation. Origine[modifier | modifier le code] L'origine du principe de réalité se lit dans la déception.

On peut faire à ce sujet la remarque suivante : les troubles de l'attention sont présents dans la totalité des psychopathologies. Principes psychiques[modifier | modifier le code] Le principe de réalité ne remplace pourtant pas le principe de plaisir, mais en est la continuité. Principe de réalité et pulsions[modifier | modifier le code] La différence entre le Surmoi, le Moi et le Ça.

Sublimation

Pare-excitation. Trouble de la personnalité narcissique. Cognitive Psychology. Inconscient. Lʼangoisse, ses objets et la réponse du psychanalyste. Ce texte est la transcription de la conférence, établie par Mario Lortie et corrigée par Anne Béraud, à partir des bandes sonores.

Lʼangoisse, ses objets et la réponse du psychanalyste

Il ne s'agit pas d'un texte sur lequel M. Bassols s'appuyait, mais d'une conférence où l'on reconnaîtra le style "parlé". Anne Béraud: Nous avons le plaisir ce soir d'accueillir Miquel Bassols, psychanalyste, espagnol. Nous vous remercions vivement, Miquel Bassols, d'être là, venu de-ci loin, de Barcelone. Miquel Bassols est membre de l'A.M.P. Miquel Bassols est donc l'invité du Pont Freudien.Le Pont Freudien est un petit comité composé de quatre psychanalystes montréalais: Michèle Lafrance, Annick Passelande, Pierre Lafrenière et moi-même, Anne Béraud, qui s'est donné pour mandat de faire venir à Montréal, des psychanalystes travaillant dans d'autres pays; donc d'organiser ces échanges afin de faire "pont", comme son nom l'indique, avec des collègues étrangers.

Nous avons choisi d'organiser trois rencontres par an, avec la même formule à chaque fois: