background preloader

L'échec

Facebook Twitter

Dans son livre « Heureux à l’école », Nathalie de Boigrollier présente un excellent outil qui aidera les enfants à comprendre que les échecs et les réussites sont liés, que l’un ne va pas sans l’autre et qu’on est acteur du changement grâce à la persévérance et l’optimisme : la double roue de la vie.

La voici : J’aime cette roue car elle permet de visualiser comment faire tourner la roue de la réussite après un échec : accepter l’échecexprimer son émotion et prendre conscience de la baisse de motivation temporairese recentrer, prendre soin de soi (par des affirmations, en s’encourageant, en s’amusant)réessayer en visualisant l’objectif que l’on veut atteindre (et peut-être en testant un autre chemin/une autre méthode)réussir Les parents peuvent faciliter le passage d’une roue à l’autre de différentes façons : Le tout, sans juger ni reprocher, ni étiqueter afin d’éviter tout stress superflu. « Heureux à l’école », Nathalie de Boigrollier est disponible sur amazon.fr 8 février 2017.

Images Site Web pour cette image C'est une folie de haïr toutes les roses parce qu'une épine vous fr.pinterest.com Recherche par imageImages similaires Les images peuvent être soumises à des droits d'auteur.

La différence entre échec et erreur - Réussir Son Entreprise. L’autre jour, mon pote Nico me dit : “Ça pourrait intéresser tes lecteurs de connaître la différence qu’il y a entre une erreur et un échec”.

La différence entre échec et erreur - Réussir Son Entreprise

Quelle bonne idée ! On entend souvent dire qu’il faut faire des erreurs et échouer souvent avant de connaître la réussite. Mais qu’est-ce que ça veut dire en fait ? A la fin de cet article, vous aurez ma vision de la chose ! Tes erreurs devraient être ta motivation et non tes excuses. Gérer l’échec. Sylvaine Pascual – Publié dans Vie professionnelle / Stress, la coexistence pacifique Le thème de l’échec est récurrent dans la presse et comme nous peinons à savoir comment le gérer, il s’auréole parfois de tout un tas d’idées reçues, comme celle que les Américains le verraient d’un bien meilleur oeil que nous.

Gérer l’échec

Quelques pistes pour l’affronter plus sereinement. L’échec est un thème d’autant plus important que considéré comme tel, le non aboutissement d’une stratégie, la non atteinte d’un objectif génèrent en nous des craintes qui nous poussent plus à la passivité qu’à la prise de risque. Et au final, ils ont plus de chances de nous ancrer dans la dévalorisation que de favoriser leur gestion.

Potentiellement, echecs, impassses et écueils peuvent jalonner nos vies professionnelles comme nos désirs de transition: reconversion, création d’entreprise, changement de job. A lire, donc! Comment nous construisons et entretenons nos convictions. Comment gérer l'échec? Nombreux sont les sondages qui le prouvent, les Français sont au moins champions dans une catégorie, celle du pessimisme.

Comment gérer l'échec?

Une tendance qui se détecte d'ailleurs très tôt, les jeunes écoliers de l'hexagone étant parmi les plus stressés au monde, comme le révèlent régulièrement les enquêtes internationales PISA (programme international d'évaluation des élèves piloté par l'OCDE). Et si la raison de ce blues français tenait en quelques mots: la peur de l'échec? Comment faire pour que cette angoisse à l'idée de se "planter" ne nous paralyse plus, au point de nous dissuader de la moindre prise de risque, personnelle ou professionnelle?

Quelles sont les réflexes à adopter en cas d'erreur de parcours? Voici quelques réponses à ces questions. Savoir prendre de la distance par rapport à l'échec Réfléchir à l'échec quand tout va bien Cet état d'esprit, Sylvaine Pascual recommande de le conserver également dans les moments "où tout marche comme on le souhaite". En parler. La Force de L'échec. Comment avez-vous appris à marcher? Le risque d’échouer. Volet 3 : Le risque Petit Préambule : Troisième et dernier volet de notre web-série sur le stress et la bonne façon d’atteindre nos plus grandes ambitions !

Le risque d’échouer

Nous avons vu dans le volet 1 d’où provenait le stress. Nous avons expliqué de quelle façon il fallait fonctionner suivant des situations différentes. Nous savons maintenant qu’une des conditions préalables est de savoir reconnaitre nos états mentaux afin de d’aborder sereinement une action. Le risque Apportons une petite définition du risque avant de commencer. Il faut donc accepter qu’il y ait un risque d’échouer.

Il peut arriver malgré un bon équilibre mental général qu’on n’arrive pas à faire baisser la pression néfaste à notre préparation et à notre mise en action. On observe sur ce schéma que la non prise en compte du risque fait pencher le bloc et déstabilise évidemment toute la pyramide. Il faut agir, mais comment ? Les outils issus des neurosciences comme ceux que nous présentons dans nos trois volets sont très intéressants. La peur de l'échec. Frustration. Vulnérabilité. Résilience. Gestion des connaissances.

Livres

Podcasts.