background preloader

Documentationcnfptterritoriale

Facebook Twitter

Documentation CNFPT

Centre de documentation territoriale, regroupe les fonds documentaires du CNFPT Rhône-Alpes Grenoble et du CDG de l'Isère

Animateur. Programme RencontresGUSP2015. Fabrication et usages des écoquartiers français - Thèse de Vincent Renauld. Du bon usage des écoquartiers. Votre thèse portait sur la « Fabrication et [l’]usage des écoquartiers français », elle est parue en 2012 et fait partie des premiers travaux réalisés sur ce thème… Vincent Renauld : Il faut préciser que mon étude a été menée jusqu’en 2011, c’est à mettre en perspective avec ce moment de l’histoire du développement des écoquartiers.

Du bon usage des écoquartiers

J’ai choisi l’écoquartier de Bonne (Grenoble), car il était l’un des premiers à avoir des bâtiments innovants et, à cette période, nous avions un minimum de recul pour enquêter sur la question des usages. M3 - L'impensé des usages - Juin 2014. La fabrique de l'usager. Le cas de la collecte sélective des déchets. Les quartiers durables sont-ils durables ? De la technique écologique aux modes de vie.

Les bâtiments performants sont-ils générateurs d’inconfort psychologique ? Ce billet aborde la notion d’inconfort psychologique, identifiable dans le discours de certains locataires du logement social venant d’emménager dans une habitation performante.

Les bâtiments performants sont-ils générateurs d’inconfort psychologique ?

L'implication des habitants dans un ecoquartier-Synthèse-Juin 2014. Synthese finale 2015 habiter le BBC. Septembre 2015 Participation habitante et écoquartiers. Pascal Tozzi, Abdourahmane Ndiaye et Aurélie Carimentrand 30 septembre 2015 Guillaume Faburel Expériences sensibles et paysagères, modes de vie et valeurs socio-environnementales Pascal Tozzi et Luc Greffier Ecodistricts, participation of the inhabitants and sociocultural action: the participative implication of community centers in french operations of ecodistricts Didier Laugaa et Grégoire Le Campion Pro-environnemental norm and participation: between agreement and normative clear-sightedness (a comparative study between eco-neighbourhood's inhabitants and traditional one) Guy Di Méo et Karen Foussette Hélène Chelzen et Anne Jégou Looking for the inhabitant in the participative devices of sustainable urban projects through the Parisian area: the contribution of the participative observation Matthieu Adam, Georges Henry Laffont et Laura Seguin Participation and inhabitant?

Septembre 2015 Participation habitante et écoquartiers

Mobilizations in sustainable urbanism: legacy of urban social movements or depoliticization? Fabriquer la ville à l’heure de l’injonction au « durable » ▼ Voir le sommaire du dossier ▼ La question de la « sustainability » a fait son entrée en fanfare il y a une quinzaine d’années dans les discours politiques, dans les échanges entre praticiens, comme dans les programmes publics de financement de la recherche [1].

Fabriquer la ville à l’heure de l’injonction au « durable »

Sa traduction française par le terme de « durabilité » est loin de faire consensus, mais elle est utilisée par commodité, laissant peu définie la préoccupation à laquelle elle renvoie. L'amélioration de la gestion urbaine : un enjeu majeur du développement urbain durable. La norme et le label. Production de la norme et logiques d’hybridation dans la fabrique de la ville durable:le cas des écoquartiers. La gestion urbaine de proximité pour des investissements durables dans les quartiers - FRARU 2008. L’atelier est animé par Chantal TALLAND, directrice de l’Ecole de la Rénovation Urbaine, et Michel BONETTI, laboratoire de sociologie urbaine générative, CSTB.

La gestion urbaine de proximité pour des investissements durables dans les quartiers - FRARU 2008

Chantal TALLAND Au cours de cet atelier, Michel BONETTI, qui est sociologue-chercheur au CSTB, tentera de problématiser le sujet avant que Jean-Paul MOUTARLIER pour Belfort, Dominique LEBESSON, directrice du GIP-GPV de Metz Borny et Eléonore HAUPTMANN pour le Grand Nancy nous apportent leur témoignage. « La ville durable creuse les inégalités »

Dès qu’on adopte les lunettes du genre pour étudier la ville, celle-ci apparaît inégalitaire entre femmes et hommes.

« La ville durable creuse les inégalités »

Et la ville durable ne ferait qu’empirer les choses, selon l’analyse du géographe Yves Raibaud. « À quoi ressemblera la ville de demain ? Comment la penser, la construire et la gérer ? », s’interroge le ministère français du Développement durable sur son site Internet. Gouvernance et jeux d’acteurs dans les écoquartiers - 1Cet article1 explore la notion d’Écoquartier par le biais 2• des évolutions en matière de prises en compte des enjeux environnementaux et énergétiques dans l’urbanisme d’abord, et dans les écoquartiers plus précisément ensuite ; 3• de la participation des acteurs, leur mobilisation, leurs relations aux politiques urbaines locales et leurs impacts sur les volets énergie et environnement des projets d’écoquartiers. 4La posture adoptée est celle des Sciences Humaines et Sociales, notamment la science politique et la sociologie des réseaux afin de mieux comprendre les tendances liées à la gouvernance des écoquartiers.

Gouvernance et jeux d’acteurs dans les écoquartiers -

Nous avons procédé par une recension distanciée de la littérature portant sur douze cas d’études, six étrangers et six français. 5Les six cas étrangers ont été analysés : Écoquartiers: quand les politiques d’avenir nous ramènent au passé. Une entrée d’immeuble à Bottière-Chénaie (Nantes), (Source : Anke MATTHYS, août 2012) Depuis une dizaine d’années, les villes et agglomérations françaises revisitent leurs politiques publiques traditionnelles (transport, urbanisme, habitat, etc.) afin d’aménager et de gérer leurs territoires de manière plus écologique au nom du développement durable.

Écoquartiers: quand les politiques d’avenir nous ramènent au passé

Ces collectivités deviennent plus sensibles à l’étalement urbain, à l’accroissement des distances parcourues en automobile, aux émissions de gaz à effet de serre, à la consommation d’énergie des bâtiments et des ménages, etc. Face à ces enjeux, elles promeuvent les transports en commun, les circulations douces, un retour de la nature en ville, la rénovation thermique des bâtiments, mais aussi… la création d’écoquartiers. Les éco-quartiers : laboratoires de la ville durable. Changement de paradigme ou éternel retour du même ?

“À la fois vitrine, symbole et manifestation concrète d’avancées de la politique écologique et durable globale de la ville, l’éco-quartier rend visible une intention, attire le regard des citadins sur les mutations urbaines amorcées pour négocier le virage de la durabilité. […] Un éco-quartier est ainsi autant un lieu pilote qu’un aboutissement : il tire la ville vers le durable autant que la politique de durabilité de la ville le pousse à éclore” (La Revue durable, 2008). 1À l’échelle de la ville, le développement durable constitue désormais la référence obligée des politiques urbaines.

Les éco-quartiers : laboratoires de la ville durable. Changement de paradigme ou éternel retour du même ?

En témoigne notamment la signature massive de la charte d’Aalborg (1994) par les villes européennes. La ville durable, nouveau modèle urbain ou changement de paradigme ? Dossier : Actualité des modèles urbanistiques Depuis l’ouvrage séminal de Françoise Choay, « Urbanisme, utopies et réalités », publié il y a tout juste 50 ans, les urbanistes contemporains – ou tout au moins les chercheurs dans ce domaine – ont l’habitude de se référer aux différents modèles qu’elle a repérés dans l’histoire des idées en urbanisme et notamment à sa fameuse distinction entre modèles progressiste et culturaliste.

La ville durable, nouveau modèle urbain ou changement de paradigme ?

Chaque nouveau mouvement urbanistique, ou même chaque innovation en aménagement, tend à être classé selon ces catégories : le New Urbanism relèverait, par exemple, d’une approche culturaliste (Ghorra-Gobin 2014), tout comme l’engouement pour les politiques d’encadrement du trafic automobile en centre-ville, alors que les projets de rocades autoroutières ou de méga-centres commerciaux s’inscriraient dans une approche progressiste. Un « Nouvel hygiénisme » ? Le bruit, l’odeur et l’émergence d’une new middle class. Voilà ce qu’on nous inculquait : les basses classes sentent. Voilà bien le type de la barrière infranchissable.

Car aucun sentiment, de goût ou de dégoût, n’est aussi solidement enraciné que le sentiment physique.George Orwell, 1937 (2000), Le quai de Wigan : 143. 1Au XIXe siècle, deux discours se rencontrent. Celui de l’hygiène, qui émane du monde médical. Résumé : Aujourd? Hui, 75% de la population européenne vit en ville. Cette hégémonie urbaine n? Est pas sans conséquences, elle pose de nombreux défi s aux États, aux collectivités et aux habitants. On peut citer par exemple l? Cet ouvrage a été rédigé par Antoine Charlot, responsable national du programme « Territoires durables » et délégué régional du Comité 21 en Pays-de-la-Loire. Encouragés par le Grenelle de l’Environnement, les écoquartiers représentent aujourd’hui une part croissante de la production de logements en France. Contrairement à leurs aînés nord-européens, militants ou expérimentaux, ces nouveaux quartiers visent à mettre en oeuvre de nouveaux types d’aménagements et de constructions dans la production urbaine de masse, préfigurant ainsi, dans l’esprit de leurs promoteurs, la généralisation de l’aménagement durable.

Or un écueil majeur est apparu dans cette dynamique: l’usage prescrit par les fabricants de ces nouveaux quartiers est fortement décalé des modes de vie des usagers. Eco-quartiers.fr : le 1er espace de débat en ligne sur les éco-quartiers et la ville durable. Ville durable.