background preloader

Articles A LIRE

Facebook Twitter

Du graphite formé à basse température en zone de subduction. A partir d’études de terrain dans le Cap Corse (France), complétées par des analyses minéralogiques et géochimiques de détail, une équipe française composée notamment de chercheurs de l’IMPMC (CNRS, UPMC, IRD) et de l’IPGP (CNRS, Paris Diderot) a découvert un nouveau processus naturel de formation du graphite à basse-température (~430°C).

Du graphite formé à basse température en zone de subduction

Ce graphite a été formé sous l’effet du métamorphisme, lié à la subduction de la Corse Alpine, à partir du carbone présent initialement dans la calcite des roches sédimentaires étudiées. Cette découverte ouvre de nouvelles pistes de recherche sur le transfert de carbone entre la surface terrestre et la Terre profonde, mais aussi sur les bilans chimiques des zones de subduction. Dans la nature, le graphite peut être formé vers 650-700°C à partir de la transformation progressive (graphitisation) de matière organique piégée dans les roches, sous l’effet de l’augmentation de température et de pression durant le métamorphisme. Note(s): Source(s): Pourquoi le manteau terrestre est-il conducteur ? Les géologues ont longtemps soutenu que d'importantes quantités de carbone se seraient accumulées dans le manteau depuis des milliards d'années.

Pourquoi le manteau terrestre est-il conducteur ?

Mais, jusqu'à présent, très peu de preuves directes sont venues étayer cette hypothèse ; bien au contraire, les quelques échantillons de manteau recueillis à la surface contiennent de très faibles quantités de carbone. Autre constat, depuis une trentaine d'années, les scientifiques ne savent pas comment expliquer la conductivité du manteau. Ce dernier est en effet traversé par des courants électriques naturels à des profondeurs situées entre 70 et 350 km. Or, l'olivine, un minéral qui est le principal constituant du manteau supérieur, s'avère complètement isolant. Sur la base de mesures en laboratoire menées à l'unité CEMHTI (3) du CNRS, les chercheurs ont établi la forte conductivité des carbonates fondus. Ce travail a été financé grâce à un projet ANR "Jeune chercheur" piloté par Fabrice Gaillard.

Notes : Références : Priscilla Telmon "Tout est possible, je fais, c’est tout" Djénane Kareh Tager. Je n’ai jamais eu de problèmes d’impossibilité, parce que je pense que tout est possible. » Quand elle prononce cette phrase, Priscilla Telmon ne cherche pas à vous narguer.

Priscilla Telmon "Tout est possible, je fais, c’est tout" Djénane Kareh Tager

Elle ne se rengorge pas, n’en tire aucune fierté : à vrai dire, elle est persuadée que cette « évidence » est unanimement partagée. Au « comment faites-vous ? », elle répond systématiquement : « Je fais, c’est tout. » Comment fait-elle pour être aventurière ? Ben… elle part à l’aventure. Et pour être à la fois journaliste et photographe, peintre et cavalière, cinéaste et apprentie chamane, polyglotte et grande sportive ? Mais commençons par le commencement. Des jeannettes aux steppes d’Asie centrale Un père éditeur, une maison pleine de livres. Comment fait-elle ? Philippe Meirieu : « Pour le symbolique, nous n’avons pas grand chose en magasin… » Cette jeune collègue, professeur des écoles débutante, vient d’être nommée dans une école de banlieue pour y effectuer un remplacement de quelques jours.

Philippe Meirieu : « Pour le symbolique, nous n’avons pas grand chose en magasin… »

Elle apprend, en même temps que sa nomination, qu’elle va être inspectée dans les quarante-huit heures... Enthousiaste, cultivée, convaincue du caractère émancipateur des savoirs et de l’éducabilité de toutes et tous, elle sait que ce ne sera pas facile avec une classe qu’elle ne connaît pas et dans laquelle elle n’a pas pu mettre en place un minimum de rituels structurants. Les élèves vont la « tester », la pousser dans ses retranchements et n’hésiteront pas à la mettre en difficulté le jour de l’inspection : fini le temps, en effet, où les élèves se solidarisaient spontanément avec leur professeur à l’arrivée de « la hiérarchie » !

Mais, les choses vont mal se passer : à peine a-t-elle annoncé le thème de la leçon de biologie que les cris fusent : « On s’en fout M’dame de la reproduction des végétaux ! La raison destituée (3) Cf. « Le simple fait d’éteindre son portable donne déjà un sentiment de liberté » Comment le monde actuel a privatisé le silence - Idées. Les technologies modernes nous sollicitent de plus en plus, et chacun semble s’en réjouir.

Comment le monde actuel a privatisé le silence - Idées

Or, cela épuise notre faculté de penser et d’agir, estime le philosophe-mécano Matthew B. Crawford. « Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne pas savoir demeurer en repos dans une chambre », écrivait déjà Pascal en son temps. Mais que dirait l'auteur des Pensées aujourd'hui, face à nos pauvres esprits sursaturés de stimulus technologiques, confrontés à une explosion de choix et pour lesquels préserver un minimum de concentration s'avère un harassant défi quotidien ?