background preloader

AI

Facebook Twitter

Artificial Intelligence

L’intelligence artificielle s’invite dans nos assiettes. Décomposition du goût, associations de saveurs, recommandations personnalisées… chercheurs et entreprises utilisent les technologies d’IA pour réinventer notre alimentation.

L’intelligence artificielle s’invite dans nos assiettes

LE MONDE | | Par Morgane Tual (envoyée spéciale à Austin, Texas (Etats-Unis) « Avez-vous déjà pensé à combiner de la bière et du lait ? J’ai essayé hier soir ! La moitié du trafic sur Internet n’est pas humain - Le Temps. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la majorité des visiteurs sur Internet ne sont pas des êtres humains, mais des bots, c’est-à-dire des logiciels conçus pour effectuer certaines tâches automatisées.

La moitié du trafic sur Internet n’est pas humain - Le Temps

Ils sont responsables de 52% du trafic sur la Toile, selon le rapport annuel de la société de sécurité Imperva. Parmi ces bots, il existe les bons et les mauvais. Les «bons» étant les véritables chevilles ouvrières du Web. Ils indexent les sites pour les moteurs de recherche, sont utilisés pour rafraîchir une page Facebook dans une application mobile. Ils récoltent légalement des données à des fins commerciales ou encore, ils surveillent le bon fonctionnement des sites web. Intelligent agent. Simple reflex agent Intelligent agents are often described schematically as an abstract functional system similar to a computer program.

Intelligent agent

For this reason, intelligent agents are sometimes called abstract intelligent agents (AIA)[citation needed] to distinguish them from their real world implementations as computer systems, biological systems, or organizations. Employés remplacés par le superordinateur Watson. La quatrième révolution industrielle a déjà commencé au Japon et elle ne concerne pas seulement la production.

Employés remplacés par le superordinateur Watson

La compagnie d’assurances ­Fukoku Mutual Insurance a en effet annoncé vouloir se séparer d’un quart des effectifs de son département des évaluations des paiements, au cours de l’année. Au total, 34 salariés seront ainsi progressivement remplacés par l’intelligence artificielle Watson Explorer conçue par la firme américaine IBM, rapporte «The Guardian». Le matin du soir. «Rien ne servira à l'homme de tenter de contrôler les machines superintelligentes!» - Le Temps. Jürgen Schmidhuber est l'un des papes de l'intelligence artificielle. Professeur au Swiss AI Lab IDSIA, l’Institut Dalle Molle d’intelligence artificielle à l’Université de la Suisse italienne (USI et SUPSI), il a notamment eu dans son équipe deux des quatre co-fondateurs de la société DeepMind, créée à Londres en 2010, puis rachetée par le géant Google, et qui vient de mettre au point un logiciel du jeu de Go extrêmement performant, capable de battre les champions de la discipline.

Ce système est composé de «réseaux profonds de neurones artificiels». Explications. - Réseau de neurones artificiels, «deep learning»: de quoi s’agit-il? - Dans notre cerveau, quelque 10 milliards de neurones traitent les informations entrantes et lancent des actions (output) . - Ce concept de «deep learning» a été inventé en 1965 par un mathématicien ukrainien, Alexey Ivakhnenko. «Il faut humaniser l’intelligence artificielle» - Le Temps.

La société qu’il vient de fonder, Geometric Intelligence, intrigue toute la communauté des chercheurs en intelligence artificielle, et suscite l’intérêt des géants de l’Internet.

«Il faut humaniser l’intelligence artificielle» - Le Temps

Gary Marcus assure qu’il y développe une méthode inédite pour faire apprendre les robots, une technologie inspirée d’un modèle qu’il côtoie tous les jours: son fils de trois ans, en plein développement de son langage, de son goût pour la musique. Invité à participer samedi à l’événement TEDxCERN, cet éminent professeur au Département de psychologie de l’Université de New York, où il dirige l’Infant Language Center, n’hésite ainsi pas à pourfendre la «fièvre du deep learning».

Cette technique d’apprentissage informatique automatisé est basée sur des «réseaux de neurones», soit des myriades d’algorithmes entrelacés sur plusieurs couches qui permettent à un système d’apprendre à partir d’une masse d’exemples. Lire aussi: Le dernier bastion de l’intelligence humaine branle de toutes parts. Des logiciels qui veulent remplacer les médecins. Et si les médecins étaient remplacés par des superordinateurs?

Des logiciels qui veulent remplacer les médecins

Certains investisseurs y croient fermement. Vinod Khosla, cofondateur de Sun Microsystems et investisseur influent de la Silicon Valley, prédit que les logiciels devraient remplacer 80% des médecins dans le futur. En Suisse, Damien Tappy, partenaire du fonds de capital-risque Endeavour spécialisé dans les technologies médicales estime: «D’ici quinze ans environ, grâce à la puissance de calcul, au progrès de la génomique et aux systèmes d’intelligence artificielle, la télémédecine remplacera le médecin généraliste.» Google et Facebook ouvrent les vannes de l’intelligence artificielle. Machine learning.

Google et Facebook ouvrent les vannes de l’intelligence artificielle

C’est la dernière révolution qui agite les sociétés de la Silicon Valley. « Un programme informatique qui apprend tout seul », résume John Giannandrea, qui dirige les efforts de Google dans le domaine (que l’on peut traduire par l’apprentissage automatique). Le groupe de Mountain View investit massivement dans cette forme d’intelligence artificielle – environ 1.200 projets sont en cours. Et il n’est pas le seul. Facebook, Apple, Microsoft, Amazon ou encore IBM sont également très actifs. Elon Musk lance un centre sur l’intelligence artificielle pour « bénéficier à l’humanité » « Notre but est de faire progresser l’intelligence numérique dans une direction plus à même de bénéficier à l’humanité. » Ainsi se définit l’organisation OpenAI dans un message publié sur son site internet.

Elon Musk lance un centre sur l’intelligence artificielle pour « bénéficier à l’humanité »

Ce centre de recherche à but non lucratif a été lancé vendredi 11 décembre par deux figures de la Silicon Valley : Elon Musk, le patron du constructeur Tesla, et Sam Altman, président du Y Combinator, un incubateur de start-up qui a soutenu certaines des entreprises les plus puissantes du secteur. Lire le portrait Elon Musk, le capitaine d’industrie qui veut mourir sur Mars Objectif affiché : développer des technologies d’intelligence artificielle et les mettre à disposition de tous. « En tant qu’organisation à but non lucratif, notre but et de créer de la valeur pour tout le monde, plutôt que pour des actionnaires », peut-on lire dans le texte de présentation.

Un milliard de dollars Et cette organisation dispose déjà de moyens considérables. Intelligence artificielle : une machine peut-elle ressentir de l’émotion ? Certains programmes savent déjà les imiter à la perfection et même influer sur nos propres émotions.

Intelligence artificielle : une machine peut-elle ressentir de l’émotion ?

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Cet article fait partie d’une série consacrée à l’état des lieux de l’intelligence artificielle. La science-fiction nous abreuve de robots autonomes, si perfectionnés qu’ils disposent d’une conscience, d’émotions et nous inspirent même de l’empathie, à l’instar des êtres humains. Mais loin de la littérature et d’Hollywood, qu’en est-il aujourd’hui dans les laboratoires du monde entier ? L’émotion, et la conscience, apparaissent comme des éléments essentiels pour fabriquer une machine à l’image de l’être humain. Facebook embauche un Français spécialiste de l'intelligence artificielle. Facebook veut en savoir davantage sur son milliard d'abonnés en boostant les capacités de son intelligence artificielle, grâce aux services d'un professeur français, Yann LeCun, qui prendra ses fonctions en janvier.

Facebook embauche un Français spécialiste de l'intelligence artificielle

Facebook vient d'embaucher le professeur français Yann LeCun, un spécialiste de l'intelligence artificielle de l'Université de New York. Celui-ci va diriger une équipe chargée d'améliorer celle du réseau social pour rendre Facebook plus intelligent et plus pertinent. Quand les ordinateurs voient des formes dans les nuages. (Google research blog) Nous ne sommes plus les seuls à voir des formes dans les nuages. Les ordinateurs semblent désormais en être capables… L’idée relève encore sans doute de la science-fiction.

Mais, dans un post de blog, les ingénieurs de Google ont publié des images résultant de "l’apprentissage" des machines à reconnaître des contours dans n'importe quel type d'image. A quoi va servir le nouveau centre de recherche sur l’intelligence artificielle de Facebook ? Sa direction a été confiée à Yann Le Cun, professeur à l’université de New York, un Français de 53 ans, chercheur en intelligence artificielle. Une intelligence artificielle de Google capable de discuter du sens de la vie. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Humain — Quel est le but de la vie ? Machine — Etre au service du plus grand bien. Humain — Quel est le but des êtres vivants ? Machine — Vivre éternellement. Deep Dream - Online Generator.

Technologie: Google translate à l’heure d’été. Le « deep learning », une révolution dans l'intelligence artificielle. Cette technologie d'apprentissage, basée sur des réseaux de neurones artificiels, a complètement bouleversé le domaine de l'intelligence artificielle en moins de cinq ans. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual « Je n'ai jamais vu une révolution aussi rapide. On est passé d'un système un peu obscur à un système utilisé par des millions de personnes en seulement deux ans. » Yann LeCun, un des pionniers du « deep learning », n'en revient toujours pas.

Après une longue traversée du désert, « l'apprentissage profond », qu'il a contribué à inventer, est désormais la méthode phare de l'intelligence artificielle (IA). Toutes les grandes entreprises tech s'y mettent : Google, IBM, Microsoft, Amazon, Adobe, Yandex ou encore Baidu y investissent des fortunes. Stephen Hawking et Elon Musk réclament l’interdiction des « robots tueurs »

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual C’est une nouvelle charge portée contre les dangers potentiels de l’intelligence artificielle (IA). Dans une lettre ouverte publiée lundi 27 juillet, plus d’un millier de personnalités, dont une majorité de chercheurs en IA et en robotique, ont réclamé l’interdiction des armes autonomes, capables « de sélectionner et de combattre des cibles sans intervention humaine ». Parmi les signataires, on retrouve Elon Musk, le célèbre PDG du constructeur de voitures électriques Tesla et de SpaceX, et l’astrophysicien britannique Stephen Hawking, qui avaient déjà fait part publiquement de leurs inquiétudes concernant l’IA. AP's 'robot journalists' are writing their own stories now.

Intelligence cognitive