background preloader

ONLINE GAMES Litterature, New media and Narrative

Facebook Twitter

CAVAFY - ITHAQUE Poème. Jeux d’émergence et jeux de progression. Dans son ouvrage Half-Real, Jesper Juul (2005: 87) fait une polarité entre deux types de jeux, soit les jeux de progression et les jeux d’émergence.

Jeux d’émergence et jeux de progression

Il reprend une distinction qu’il avait d’abord fait dans son texte « The Open and the Closed: Game of emergence and games of progression » (2002). Jeux de progression Les jeux de progression sont ceux dont le principe est d’actualiser le jeu dans un certain ordre, vers une certaine finalité, et où toute action dérogeant à cette progression est soit impossible suivant le code, soit est sanctionnée d’une défaite pour le joueur. JUUL Jesper, Half Real, introduction. Le délicat mariage de la narration et du gameplay. Les changements n’ont pas été quantitatifs mais qualitatifs, et ont tellement étendu la signification de l'expression « jeu vidéo » que son sens originel semble avoir dans certains cas complètement disparu.

Le délicat mariage de la narration et du gameplay

Les jeux des années 70 ne pouvaient pas exprimer l'étendue du paysage qui se déploie devant vous dans un DiRT 2, le mystère des premiers pas dans l’utopie en ruine de Bioshock, ou ce pur concentré de tradition tolkienesque raconté à travers les livres d’Oblivion. Ils ne pouvaient pas exprimer les subtilités auditives de Batman : Arkham Asylum, le mélange de douceur et d'agressivité de votre hôte dans Portal ou la tension brûlante entre Snake et Ocelot dans la série des Metal Gear Solid.

Silencieusement et sans l'assumer, pour le meilleur ou le pire, le jeu vidéo d’aujourd’hui a évolué au-delà de la simple abstraction du gameplay, vers un médium de divertissement général pouvant contenir des images, des sons et des textes de tous types. ROBERT BROWNING Childe Roland to the Dark Tower Came. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

ROBERT BROWNING Childe Roland to the Dark Tower Came

Childe Roland to the Dark Tower Came (L'écuyer Roland à la Tour noire s'en est venu, ou encore, Le Chevalier Roland s'en vint à la Tour noire) est un poème écrit par Robert Browning en 1855. Il fait partie de l'ensemble intitulé Hommes et Femmes (Men and Women). Son titre, repris à la fin du poème, est tiré d'un vers du Roi Lear de Shakespeare, qui s'était lui-même inspiré du conte de fée Childe Rowland, popularisé plus tard par Joseph Jacobs, et fondé sur une vieille ballade écossaise. Le poème est considéré comme le monologue de Browning à la fois le plus ambigu et le plus suggestif[1].

Il comporte un narrateur à la première personne qui entraîne le lecteur dans sa quête en évoquant une réponse de caractère gothique à une question préalablement posée. Ce poème a inspiré à l'écrivain américain Stephen King l'une de ses œuvres majeures, La Tour sombre. Extrait du poème[modifier | modifier le code] Notes[modifier | modifier le code] Ulysse (poème) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ulysse (poème)

Pour les articles homonymes, voir Ulysse. Ulysse (Ulysses) est un poème d'Alfred Tennyson (1809-1892), écrit en 1833 et publié en 1842 dans le second volume des poèmes de Tennyson. Souvent cité, ce poème est généralement utilisé pour illustrer la forme poétique du monologue dramatique. Ulysses (Tennyson) It little profits that an idle king, By this still hearth, among these barren crags, Match'd with an aged wife, I mete and dole Unequal laws unto a savage race, That hoard, and sleep, and feed, and know not me.

Ulysses (Tennyson)

I cannot rest from travel: I will drink Life to the lees; all times I have enjoy'd Greatly, have suffer'd greatly, both with those That loved me, and alone; on shore, and when Thro' scudding drifts the rainy Hyades Vext the dim sea: I am become a name; For always roaming with a hungry heart Much have I seen and known; cities of men And manners, climates, councils, governments, Myself not least, but honour'd of them all; And drunk delight of battle with my peers, Far on the ringing plains of windy Troy, I am a part of all that I have met; Yet all experience is an arch wherethro' Gleams that untravell'd world, whose margin fades For ever and for ever when I move.

How dull it is to pause, to make an end, To rust unburnish'd, not to shine in use! WoW Literature, New Media, and Narrative.