background preloader

Migrants à Calais et sur la Côte d'Opale

Facebook Twitter

Neuf activistes iraniens à Calais : je n'ai pas peur, je les considère comme mes frères. Une activiste proteste en faveur des migrants à Londres le 5 mars 2016.

Neuf activistes iraniens à Calais : je n'ai pas peur, je les considère comme mes frères

(PEAA/ZDS/WENN.COM/SIPA) Il y a quelques jours à Calais, neuf activistes iraniens se sont cousu la bouche, entamant une grève de la faim en signe de protestation. Je ne les connais pas, mais je n'ai toujours pas digéré leur geste, spectaculaire et politique, à la fois pacifique et tellement violent. Aujourd'hui, plus personne n'en parle, pourtant j'imagine que leurs plaies sont en train de cicatriser lentement autour des fils qu'ils ont cousu. Puisqu'ils ne sont ni célèbres, ni élus de la République, et encore moins citoyens français, personne ne leur donne vraiment la parole.

Ils méritent plutôt d'être applaudis que d'être jetés dans la boue Il me semble que la seule réponse politique apportée à ces gens a été celle du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, à la fois insensible et condescendant, estimant qu'ils avaient été manipulés, et les qualifiant d'extrémistes. Le préfet met en demeure Grande-Synthe de revoir la sécurité du camp de la Linière - Fait divers - Le Phare Dunkerquois. « Il n’y a pas d’exemple de camps qui aient bien tourné », nous confiait le préfet Jean-François Cordet dans un entretien récent (notre édition du 17 février).

Le préfet met en demeure Grande-Synthe de revoir la sécurité du camp de la Linière - Fait divers - Le Phare Dunkerquois

La position de l’État ne varie pas : l’accent doit être mis sur la lutte contre les réseaux de passeurs, la promotion du droit d’asile et la dispersion des migrants au sein des centres d’accueil et d’orientation (CAO). Et les camps doivent disparaître. Alors le déménagement des migrants du camp du Basroch sur le nouveau site de la Linière s’est fait contre l’avis du préfet, qui ne cesse de tirer la sonnette d’alarme. Lundi soir, après un premier déménagement d’environ 800 migrants, il a mis en demeure le maire de Grande-Synthe Damien carême de « rapporter sans délai l’arrêté municipal en date du 7 mars par lequel ce dernier autorise (…) l’ouverture d’un établissement recevant du public (ERP) au profit des migrants, sur un terrain situé route de Spycker, entre l’autoroute A16 et les voies de la SNCF. »

Ouverture à Grande-Synthe du premier camp humanitaire de France. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maryline Baumard La ville de Grande-Synthe (Nord), déménage d’ici au mercredi 9 mars les 1 050 migrants kurdes qui campent dans la boue depuis des mois.

Ouverture à Grande-Synthe du premier camp humanitaire de France

Ils seront relogés, avec les 300 mis à l’abri par la préfecture, dans un camp humanitaire pensé et financé par Médecins sans frontières (MSF). Damien Carême, le maire Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de la ville et Angélique Muller, la responsable de Médecins sans frontières (MSF) exposent les spécificités de cette première en France.

« Même si je fais tout ce que je peux pour aider les réfugiés, j'ai honte de ce que fait la France.» Vous êtes très affectée par le démantèlement de la « jungle » pourtant le bidonville n'est pas la solution ?

« Même si je fais tout ce que je peux pour aider les réfugiés, j'ai honte de ce que fait la France.»

Maya Konforti. La situation est de toute façon terrible. Vous voyez la plupart des gens ne bougent pas. Ils s'angoissent. Se demandent où aller. Migrants à Grande-Synthe: le maire répond à ses détracteurs. Le camp humanitaire créera un appel d’air Des cabanons quatre places plutôt que des tentes.

Migrants à Grande-Synthe: le maire répond à ses détracteurs

Calais. « Et maintenant, allez-vous nous entendre ? Les nouvelles de la Jungle. Damien Carême, seul avec tous. Des tentes fichées dans la boue noire, fragiles remparts contre la bruine et le vent.

Damien Carême, seul avec tous

Et, dessous, des hommes pliés sur leur mémoire en exil. Au sol, des palettes jetées entre les mares. Et, dessus, des funambules coincés en plein purgatoire. C’est en s’enfonçant dans l’automne que Grande-Synthe (Nord) a attrapé cette image-là. A Calais, «s'il n'y a pas de solution rapide, ça pourrait très mal finir» Calais, un lieu de souffrance : nos enfants ne nous pardonneront pas notre silence. La "jungle" de Calais, le 12 février 2016 (P.

Calais, un lieu de souffrance : nos enfants ne nous pardonneront pas notre silence

HUGUEN/AFP). Nous n’avons pas connu la guerre, nous sommes nés juste après, mais nous avons été élevés dans le silence sur les camps, de transits pour les réfugiés espagnols ou les juifs, camps de déportation, de concentration pour les résistants, d’extermination pour les juifs et les tziganes. Un silence assourdissant à tel point que nous nous sommes révoltés contre nos parents, nos maîtres en 1968 et dans les années qui suivirent cette rupture et que nous avons cru en un monde meilleur. Nous avons cru du moins que, sous nos cieux républicains et démocratiques, l’être humain ne serait plus "superflu" comme disait Hannah Arendt. Migrants: après les incidents de cette nuit à Marck, Pierre-Henri Dumont réclame des mesures d’urgence. Après les « incidents extrêmement graves » qui se sont déroulés cette nuit à proximité de l'allée des Bernaches à Marck, Pierre-Henri Dumont tire la sonnette d’alarme.

Migrants: après les incidents de cette nuit à Marck, Pierre-Henri Dumont réclame des mesures d’urgence

Il a publié un communiqué sur son compte Facebook : « Comme les élus Marckois le redoutaient, les flux de migrants passant au cœur de la ville s'accentuent gravement, au point d'être devenus, cette nuit, incontrôlables malgré l'intervention des forces de l'ordre. Cette nuit, le point d'exaspération a été franchi par les riverains. Je demande aux riverains qui ont été victimes de ces violences d'aller déposer plainte, et de me transmettre la copie de ces dépôts de plainte afin que la mairie constitue un dossier.

Les pouvoirs publics doivent entendre la colère des riverains et des habitants du Calaisis, et des mesures fortes doivent être prises. Calais : course-poursuite entre CRS et une camionnette transportant des migrants. Une course-poursuite entre des CRS et une camionnette transportant des migrants, après un refus de cette dernière de s'arrêter lors d'un contrôle routier, s'est conclue par l'arrestation d'une personne à Guemps, a-t-on appris auprès du parquet de Saint-Omer. avec AFP Publié le 27/01/2016 | 17:07, mis à jour le 27/01/2016 | 17:07 © MAXPPP (Image d'illustration) Aux environs de 06H00, à Calais, les forces de l'ordre ont voulu contrôler une camionnette qui avait à son bord une dizaine de migrants, mais son conducteur n'a pas voulu obtempérer, a indiqué Sébastien Piève, procureur de Saint-Omer.

Calais : course-poursuite entre CRS et une camionnette transportant des migrants

Une course-poursuite a alors démarré entre ce camion et les CRS, qui ont tiré à plusieurs reprises pour immobiliser le véhicule, qui s'est finalement arrêté à une dizaine de kilomètres plus loin, dans la petite commune de Guemps. Grande-Synthe: le Raid vient d’entrer dans le camp (actualisé) - Fait divers - Le Phare Dunkerquois. Pompiers, Samu 59, forces de l’ordre, sous-préfet, mais aussi le Raid et le GIPN de Lille, deux escadrons de gendarmerie mobile… Tous sont actuellement dans le quartier du Basroch.

Grande-Synthe: le Raid vient d’entrer dans le camp (actualisé) - Fait divers - Le Phare Dunkerquois

Les secours ont été déclenchés vers 16 h pour prendre en charge plusieurs victimes, a priori trois, au camp de migrants. Certains témoins évoquent des coups de feu. Calais : une Britannique condamnée à 3 mois de prison ferme pour avoir tenté de faire passer un jeune migrant syrien. Une Britannique de 41 ans a été condamnée mercredi à un an de prison dont neuf mois avec sursis par la cour d'appel de Rouen pour avoir voulu faire passer en Angleterre un adolescent syrien qui vivait dans la "Jungle" de Calais. avec AFP Publié le 20/01/2016 | 19:59 © MaxPPP Deux jeunes migrants en bordure de la "Jungle" de Calais.

Roisin B. avait dissimulé le garçon de 15 ans dans le coffre de sa voiture et s'apprêtait en novembre dernier à prendre un ferry de Dieppe à Newhaven, quand elle a été appréhendée par la police de l'air et des frontières. Cette mère d'un enfant, serveuse de profession dans la banlieue de Londres et escort-girl occasionnelle, était venue chercher l'adolescent dans la "Jungle" de Calais, le camp de migrants qu'elle connaissait bien pour l'avoir fréquenté en tant que bénévole. Elle avait accepté 500 livres (650 euros) d'un Irakien, qui avait séjourné dans le camp de Calais mais qui avait réussi à passer en Angleterre. Calais: heurts entre plusieurs centaines de migrants et policiers.

Des heurts ont brièvement éclaté mercredi soir au niveau de la rocade portuaire de Calais entre plusieurs centaines de migrants et des forces de l’ordre qui ont tiré de nombreux lacrymogènes pour rétablir la situation, a constaté un correspondant de l’AFP. Ces incidents surviennent après que la préfecture du Pas-de-Calais a fixé un ultimatum qui expirait en début d’après-midi aux derniers migrants pour quitter une bande de 100m déboisée de la «Jungle» le long de la rocade par mesure de sécurité. Pendant près d’une heure, un important dispositif policier avait été mis en place pour contenir entre 200 à 300 migrants, selon l’AFP, qui avaient mis le feu sur la chaussée avec des détritus et de la végétation dans le but de freiner le trafic. Des journalistes agressés à la jungle (vidéo) Quarante et une secondes. 41 secondes de vidéo qui font le tour de la toile depuis samedi. La reporter d’images néerlandaise, Maaike Engels, a mis en ligne sur YouTube les images de l’agression dont elle a été victime vendredi avec le reporter Teun Voeten, spécialisé des conflits de guerre, pendant le tournage de leur documentaire « Calais : Welcome to the jungle ».

Ce dernier a notamment travaillé pour le New York Times Magazine et Amnesty International (ci-dessous). Pendant l’agression, elle continue de filmer 41 secondes durant lesquelles Maaike Engels ne lâche pas sa caméra. Morlaix. Leur collecte pour les migrants démarre fort. C'est l'histoire de citoyens aux parcours différents, qui ont décidé de faire quelque chose pour les migrants. C'est juste un groupe, pas une association. Mais un groupe plein de bonne volonté et sensible à l'errance de ces hommes et femmes à travers l'Europe, depuis leurs pays en guerre, du Moyen-Orient ou d'Afrique. Rob Lawrie : «Je ne voulais pas qu’une petite Afghane passe l’hiver dans la jungle de Calais» Il s’appelle Rob Lawrie, il est britannique, et ce grand costaud de 49 ans, originaire de la banlieue de Leeds, dans le nord de l’Angleterre, père de quatre enfants, est jugé ce jeudi à Boulogne-sur-Mer pour avoir tenté de faire passer en Angleterre une petite Afghane de 4 ans, après des mois d’allers-retours dans la «jungle» de Calais, où il construisait des abris de bois et de bâche avec les exilés.

Il reconnaît les faits, et risque 30 000 euros d’amende et 5 ans de prison. «Je suis un gars ordinaire, plaidait-il il y a un mois sur RFI, je ne suis pas une célébrité, je ne suis pas un homme politique, je n’ai pas une vie exceptionnelle. Je suis juste quelqu’un qui, dans la folie d’un moment, a fait quelque chose d’illégal, parce que je ne voulais pas qu’une petite fille de 4 ans passe l’hiver dans la jungle.» Mille euros d’amende avec sursis pour Rob Lawrie, qui avait aidé une fillette de la « jungle » de Calais. Les poursuites dont il faisait l’objet avaient été rebaptisées « délit de solidarité ». Marck : la colère du maire après l’intrusion de migrants dans une cour d’école. Trente à cent migrants, selon la municipalité, auraient été délogés par la police aux frontières (PAF) sur la zone Transmarck au niveau des parkings sécurisés de poids lourds. (3) La nuit à Calais, les CRS arrosent la «jungle» de lacrymogènes.

Un véhicule blindé à Calais pour renforcer les dispositifs - Faits divers - Nord Littoral. Les rares passants ou automobilistes qui sont tombés nez à nez avec un véhicule blindé n’en croyaient pas leurs yeux. Polémique: le migrant a traversé la Manche à pied dans le tunnel, il obtient l’asile. Migrants : la France va ouvrir un camp humanitaire à Grande-Synthe. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Maryline Baumard (Grande-Synthe (Nord) - envoyée spéciale) Des migrants ont tenté de s’introduire dans le tunnel sous la Manche.

Plusieurs centaines de migrants ont tenté de s’introduire sur le site d’Eurotunnel, près de Calais, vendredi 25 décembre dans l’après-midi. Les autorités ont brièvement fermé l’autoroute A16 dans les deux sens par mesure de sécurité. A Grande-Synthe, une autre “Jungle”, en pire. Ils n'étaient encore qu'une cinquantaine avant l'été. Mais, la crise migratoire s'est amplifiée depuis et le camp voisin de Téteghem a été fermé à la mi-novembre, si bien que cette commune littorale de 22.000 habitants qui jouxte Dunkerque s'est vite trouvée débordée. Le maire Damien Carême, un écologiste, n'a cessé ces dernières semaines d'appeler l'Etat "à prendre ses responsabilités".

Il devait être reçu mercredi par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Il risque la prison pour avoir sauvé une fillette. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Eric Albert (Londres, correspondance) Parce qu’il a tenté de faire passer en Angleterre une jeune Afghane, Rob Lawrie risque la prison. Son procès se tiendra le 14 janvier. À Calais, Banksy rappelle que Steve Jobs est le fils d'un migrant syrien. Calais, ce n'est pas que ce que vous voyez dans les journaux  Calais : le contrôleur des libertés dénonce les méthodes du ministère. "J'étais à Calais quand mon téléphone a sonné" A Dunkerque, bienvenue au « café des migrants » M.lavoixdunord. Violences entre migrants et policiers à Calais : les riverains sont excédés. “Jungle” de Calais : pourquoi les policiers ont demandé à être équipés de masques ? Violence policière. Scènes de guerre dans la "jungle" de Calais.

Migrants percutés à Calais : une automobiliste mise en examen. Migrants: le cri de colère d’un Calaisien désabusé. A Istres, des migrants contents d'avoir quitté les “difficultés” de Calais. Téteghem : échauffourées ce jeudi matin entre migrants et forces de l’ordre. 300 migrants vont quitter Calais demain mardi. Charlie Winston : un clip en soutien aux migrants de Calais et d'ailleurs.

La vie dans la jungle de Calais. 1998-2015 : l'évolution du nombre de migrants à Calais en un graphique. A Calais, un camp des années 30. Migrants de Calais : l’appel de la maire à une aide de l’armée fait réagir. Calais : une photographe témoin de la mort d'une migrante syrienne. Le Dismaland de Banksy est bien arrivé dans la "jungle" de Calais. Tunnel : un migrant meurt percuté par un train de marchandises.

Calais : une migrante meurt renversée par une voiture sur l'A16. Des “billets gratuits“ pour les migrants : la SNCF revendique ”une politique d'humanité” Calais : l'accès au port fret bloqué par une grève des salariés dénonçant la surcharge liée aux migrants. Le défenseur des droits dénonce la situation des migrants à Calais. Calais: nouveaux incidents sur la rocade et à la jungle, situation maitrisée. M.lavoixdunord. La New Jungle et ses voisins: «Tout est une question de respect» - Faits divers. Quotidien surréaliste d’un conducteur d’Eurotunnel - Calais. Calais: forte mobilisation des associations pour souhaiter la "bienvenue" aux migrants.

Dans la «jungle» de Téteghem, les conteneurs sont criblés de balles. Centre Jules-Ferry: deux fois plus de places pour les femmes et les enfants - Calais. Avec plus de mille migrants, le Dunkerquois craint un Calais «bis» Réfugiés: les questions d’une région déjà en première ligne. Calais : ces commerçants qui voient dans les migrants un atout économique. Grande-Synthe: des conteneurs aménagés pour accueillir décemment 300 migrants. Assaut de migrants au tunnel: 700 passagers d’un Eurostar bloqués pendant plus de 7 heures (photos et vidéo) - Accueil.

Migrants: Dunkerque un deuxième Calais? Urgence Calais - Après bien des détours et des... People smugglers are running a crime operation from London. Migrants : Franck Dhersin, maire de Téteghem, lance un ultimatum à l’État et menace de bloquer l’A16. Migrants - Calais : nos reportages au coeur du bidonville. Migrants à Calais. Un nouveau campement pour 2016 - France. Migrants/Calais: la maire espère une 'réaction' Migrants/Calais: la maire espère une 'réaction' Migrants à Calais : la petite claque sur Facebook d’un Lillois à Nadine Morano. Eurotunnel: trafic perturbé après l'intrusion de migrants. Migrants au Courgain maritime: le maire souhaite que la préfète agisse - Accueil. Migrants : des clôtures de haute sécurité sur le site SNCF de Calais-Frethun. Calais : de plus en plus de migrants demandent l'asile en France. A Calais, le très lucratif trafic de migrants. 8 idées reçues sur les migrants de Calais. Droit d'asile: le parcours du combattant d'un réfugié rwandais.

Guy Bedos en tête du cortège pour soutenir les migrants de Calais contre "le mur de la honte" Calais: des migrants violemment frappés par des chauffeurs routiers. Migrants de Calais: il est l'heure de rappeler quelques faits  Migrants de Calais : une touche de poésie grâce à la bibliothèque Jungle Books (Les livres de la jungle) MIGRANTS - Welcome to London - Un grand reportage web de La Voix du Nord. MIGRANTS - A l'assaut du tunnel - Un grand reportage web de La Voix du Nord.

MIGRANTS - Dans la jungle de Calais - Un grand reportage web de La Voix du Nord. Un migrant traverse, à pied, le tunnel sous la Manche. Migrants à Calais : "La jungle n'est pas une maison" Un maire interdit la reconstruction d'un abri pour migrants près de Calais. Migrants à Calais : "On le paie de notre vie", dit un Érythréen blessé. Pour les migrants de Calais, les blessures, les morts. Et l'espoir. Migrants : chère Calaisienne en colère, allez les voir. Ils vous apprendraient l'humanité.

Migrants à Calais: une cohabitation difficile avec les riverains. Migrants à Calais: la grogne gagne du terrain côté économie locale. Migrants (1/3): enquête au coeur de la jungle de Calais. Migrants : les demandes d'asile en forte hausse à Calais. Calais: Un festival anglais offre des paires de bottes aux migrants.