background preloader

Guerre mondiale

Facebook Twitter

Voyages en résistances. Mémoire de la Shoah. Les 2 albums d'Auschwitz. Apocalypse. LES COMBATTANTS DE L'OMBRE - PAROLES DE RÉSISTANTS - CARTE DES RÉCITS. Visite virtuelle d'Auschwitz. Au front. Home — Français. Encyclopédie multimédia de la Shoah. Webdocumentaire "Matricules" : deux survivants témoignent de l'horreur des camps - France 3 Lorraine.

Stalingrad : les héroïnes cachées de l’Armée rouge - 13/03/2013 - News et vidéos en replay - L'Ombre d'un doute. Les femmes combattantes de l’armée russe pendant la seconde guerre mondiale : un phénomène militaire quasiment inconnu des occidentaux, voire tabou… Fiction, propagande ou réalité ? La rumeur persistante parle d’un million de jeunes femmes soviétiques qui auraient combattu.

La réalité serait plutôt de 520.000 femmes engagées sur le front. L’Ombre d’un doute est parti sur les traces des héroïnes cachées de l’Armée Rouge. Nous sommes allés à l’école de snipeuses de Podolsk, à la maison des officiers d’Engels là où ont été formés les régiments féminins, nous sommes retournés également sur les lieux de mémoire de la bataille de Stalingrad. Nous avons rencontré les dernières survivantes, ces héroïnes cachées, qui nous ont livré leurs souvenirs de combattantes… C’est dans l’aviation que les femmes vont se distinguer de la manière la plus spectaculaire. Le modèle de la femme combattante a été abondamment utilisé par la propagande soviétique pendant la guerre. Le débarquement de Normandie : du D-Day à la libération de Paris - ... Femmes résistantes.

Les maquisards. Images du « maquis » Le terme de « maquis » renvoie à la fois au lieu où opèrent ceux qui le composent, au groupe constitué par ces derniers ainsi qu’à la structure et au fonctionnement spécifiques propres à ce type d’organisation. Il constitue un type bien particulier de résistance intérieure en France durant la Seconde Guerre mondiale. Le premier maquis est créé en décembre 1942 dans le Vercors. Installés dans des régions peu peuplées et difficilement accessibles, comme les massifs montagneux et les forêts, de plus en plus de résistants luttent contre les nazis et les milices. Gaullistes, communistes, ou simples réfractaires au service du Travail obligatoire (STO), ces maquisards mènent des actions diverses : guérilla, accueil ou exfiltration de troupes, transmission d’informations.

Par définition clandestins, les maquisards se laissent uniquement photographier par leurs camarades de lutte ou ceux en qui ils ont une entière confiance. Une scène de détente Guerre et vie au maquis. L’entrevue de Montoire. Contexte historique La rencontre du 24 octobre 1940 Le 24 octobre 1940, le maréchal Pétain rencontre pour la première fois Hitler et son Ministre des Affaires étrangères dans la gare de Montoire-sur-le-Loir (Loir et Cher). Après une poignée de main échangée entre les deux hommes sur le quai, la discussion se déroule dans le wagon personnel du Führer. Précédée et préparée par la rencontre du 22 octobre entre Pierre Laval (alors Ministre des Affaires étrangères) Hitler et Ribbentrop, cette entrevue visant à préciser les principes de la collaboration du gouvernement français avec l’Allemagne nazie n’a pas de caractère officiel, et ne débouche sur aucune mesure précise.

Elle comporte toutefois une forte valeur symbolique, qui lui confère une importance historique et politique. Analyse des images La défaite incarnée Le Ministre de l'Intérieur Ribbentrop et le chef de l'OKW Keitel saluent le maréchal Pétain immortalise la rencontre entre les deux délégations. Interprétation. PRIMO LEVI Si c'est un homme. Préparer le CNRD 2015 : des vidéos en ligne - Association des Professeurs d'Histoire et de Géographie. Un après-midi de formation sur ce thème s’est déroulé le 19 novembre 2014 au Mémorial de l’internement et de la déportation Camp Royallieu (Compiègne), à l’initiative de l’AOCNRD (Association Oise pour le Concours National de la Résistance et de la Déportation). Les interventions ayant été filmées, vous pouvez les retrouver aux adresses indiquées ci-dessous : [1] La conférence de Thomas Fontaine, historien et auteur de Déportations et génocide : l’impossible oubli, est organisée en trois parties : 1. la libération des camps nazis 2. le retour des déportés 3. la découverte de l’univers concentrationnaire nazi Le témoignage de Maurice Zylberstein, arrêté en février 1944 puis déporté à Bergen-Belsen depuis Drancy et rentré en France en juin 1945, figure sur la page.

Le prisonnier de guerre René Tardi raconté par son fils, Jacques. Carte animée : génocide SGM. Cette carte fait partie d’un ensemble de 15 cartes animées portant sur La Seconde Guerre mondiale 1939-1945 L’antisémitisme d’Hitler et de son régime se radicalise au cours de la Seconde Guerre mondiale et, dans la terminologie nazie, le mot Entfernung (éloignement) qui désigne le projet d’expulser les populations juives est remplacé par le mot Endlösung (solution finale). L’occupation qui suit l’invasion de la Pologne au mois de septembre 1939 est d’une extrême brutalité : les élites polonaises sont massacrées de façon planifiée et les communautés juives sont progressivement confinées dans des ghettos.

Le premier est créé à Piotrkow dès le moi d’octobre 1939, puis leur nombre se multiplie rapidement. Les plus grands sont créés à Lodz et Varsovie dans le courant de l’année 1940, puis à Cracovie et Lublin au début de l’année 1941. A l’intérieur de ces ghettos polonais sont également confinés des dizaines de milliers de Juifs déportés depuis la partie ouest du Grand Reich.

25 août 1944 : comment Paris a été libéré. Femmes résistantes. STRUTHOF, l'ancien camp de concentration de Natzweiler en Alsace | déportés, déportation et résistance. Les deux Albums d'Auschwitz. Chefs de projet Cyril Roy et Dominique Trimbur Chef de projet web Olivier Martzloff Un webdocumentaire écrit par Olivier Martzloff, Cyril Roy, David Tessier Conception Olivier Martzloff, Cyril Roy, Vianney Sicard, David Tessier Développement Olivier Martzloff, Vianney Sicard Création graphique David Tessier Sound Design David Tessier Infographie Aurélie Jaumouille Montage vidéo et encodage Bernard Taillat Analyses des photos Album d’Auschwitz : Marcello Pezzetti, Sabine Zeitoun (sauf photos 26 : Alexandre Bande) Sur les photographies présentées ici, des personnes ont pu être identifiées grâce aux chercheurs de l’Institut Yad Vashem de Jérusalem.

Album de Höcker : USHMM, traduction Peggy Frankston, Cyril Roy. Notices historiques et fiches pédagogiques Alexandre Bande, Gilles Gaudin, Emmanuelle Hamon, Danielle Simon Voix Hélène Archereau Interview Lili Jacob Les interviews de Lili (Jacob) Meier (1996) sont issues des archives de l’USC Shoah Foundation. Ce site respecte le droit d'auteur. Le conservatoire Historique du Camp de Drancy.

Apocalypse vu par lesite.tv - ©2010. Apocalypse, Hitler vu par lesite.tv - ©2011. Seconde Guerre mondiale.