background preloader

PHYSIQUE

Facebook Twitter

Demain, l'astéroïde 2013 TX68 passe près de la Terre. On a déjà vu, dans plusieurs films, des scientifiques faire exploser un géocroiseur pour éviter une collision avec notre planète. C'est sans doute le premier scénario qui nous viendrait aussi à l'esprit dans cette situation. Mais est-ce vraiment une solution viable ? Pas certain, selon Discovery Science. Voici en vidéo un aperçu de ce qui pourrait alors se passer. Parmi les nombreux petits astéroïdes qui croisent régulièrement la route de notre planète, 2013 TX68, découvert le 6 octobre 2013, fut annoncé par la Nasa début février 2016, comme susceptible de passer à quelque 17.000 km de la surface de la Terre, le samedi 5 mars 2016.

Sa trajectoire étant mal connue, les prévisions sont allées, pour le point de son orbite le plus proche de nous, jusqu’à 14 millions de kilomètres. Finalement, 2013 TX68 devrait faire son petit tour à proximité de la Planète bleue ce mardi 8 mars. Retrouvez la liste des astéroïdes qui vont passer dans les parages de la Terre au cours des prochains mois. Espace et physique. LA DISTORSION DE L'ESPACE - TEMPS. Comètes, astéroïdes et météorites. Physique quantique. Les échelles de l'univers. Thermodynamique des machines. SVT. Liberté d'expression.

Collection II

Collection II. Gravitation quantique à boucles. Architecture. Etienne Klein. Etienne Klein. Etienne Klein. Sciences. La relativité restreinte expliquée aux enfants de 7 à 107 ans. Le chat de Schrödinger. La physique quantique 4 ou Le chat mort-vivant de Schrödinger L'autrichien Erwin Schrödinger (1887-1961) est l'un des pères de la physique quantique. C'est lui qui est l'inventeur de la "fonction d'onde" qui permet de connaître la concentration de l'onde électronique dans l'atome à tel ou tel endroit. Avec lui, l'électron n'est plus un corpuscule localisé précisément, mais une portion de paquet d'onde (l'orbitale électronique) où l'énergie est très concentrée. Mais Schrödinger deviendra surtout célèbre pour avoir imaginé en 1935 le paradoxe du chat afin d'illustrer l'absurdité de la physique quantique lorsqu'on l'applique à des objets complexes dits macroscopiques (à notre échelle).

Le paradoxe du chat Imaginons le dispositif suivant: Un pauvre chat est enfermé dans une boîte pourvue d'un hublot.Dans un coin de la boîte, un atome d'uranium radioactif et un détecteur conçu pour ne fonctionner qu'une minute (par exemple). CAT'ION le chat quantique superposé ! Affinons l'expérience. Asolue (Phi) Etienne Klein (Directeur de recherche au CEA) Où est passé le temps? Espace-temps. Physique. L'Univers Quantique Pour Les Nuls.

La vie extraterrestre sera bientôt découverte, selon la NASA. Par: rédaction 8/04/15 - 11h55 vidéo L'agence spatiale américaine a évoqué mardi sa quête d'eau et de planètes habitables dans le système solaire et au-delà. La réponse à la question de l'existence de la vie ailleurs dans l'univers pourrait être étayée encore de notre vivant. "Nous aurons de fortes indications (de l'existence) de la vie extraterrestre dans la prochaine décennie et la preuve irréfutable dans les dix à vingt prochaines années", a affirmé mardi Ellen Stofan, chef scientifique de la NASA, lors d'un événement public organisé par l'agence spatiale américaine à son siège de Washington.

"Nous savons où chercher, nous savons comment chercher, et dans la plupart des cas, nous avons la technologie (pour le faire)", a-t-elle déclaré. "Ce n'est certainement pas un 'si', c'est un 'quand'", a dit de son côté Jeffery Newmark, directeur intérimaire de l'héliophysique à la NASA. "On ne parle pas des petits hommes verts", a cependant nuancé Ellen Stofan.

Neurosciences

Etienne Klein. Physique et chimie au lycée. Etienne Klein - Discours sur l'origine de l'univers. Peut-on voyager dans le temps ? De quoi l'énergie est-elle le nom ? Le négatif est-il le ferment du meilleur ?, par Etienne Klein (1/2) Le temps et sa flèche. Texte de la 188e conférence de l’Université de tous les savoirs donnée le 6 juillet 2000. Le temps, son cours et sa flèche par Etienne KLEIN Un peu de poésie pour commencer C'est à un physicien britannique, Arthur Eddington, que le temps doit d'être équipé (depuis 1929) d'un emblème, la flèche, que la mythologie attribuait jusque-là à Éros, le dieu de l'amour, représenté comme un enfant fessu et ailé qui blesse les cœurs de ses flèches aiguisées. La flèche du temps ne symbolise plus le désir amoureux, hélas, mais le sentiment tragique que nous éprouvons tous d'une fuite inexorable du temps.

Avant d'entrer dans le vif du sujet, je voudrais vous proposer quelques phrases d'écrivains ou de poètes, qui chacune à sa façon, évoquent soit le cours du temps, soit sa flèche, soit un mélange des deux. Commençons par Sacha Guitry : « Madame est en retard. Qu'est-ce que temps ? On oublie trop souvent que la puissance de la physique vient de ce qu'elle a su limiter ses ambitions.

La physique et le temps. Etienne Klein.

L'Univers

Médical. Littérature - Presse. Hubert REEVES. Neuro Cosmologie. NeuroCosmology. Mattieu Ricard. Nassim Haramein. Unexplained Files version Française. Spin (propriété quantique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le spin est, en physique quantique, une des propriétés des particules, au même titre que la masse ou la charge électrique. Comme d'autres observables quantiques, sa mesure donne des valeurs discrètes et est soumise au principe d'incertitude. C'est la seule observable quantique qui ne présente pas d'équivalent classique, contrairement, par exemple, à la position, l'impulsion ou l'énergie d'une particule. Historique[modifier | modifier le code] La genèse du concept de spin fut l'une des plus difficiles de l'histoire de la physique quantique au début du XXe siècle[1].

L'effet Zeeman anomal, la structure hyperfine des raies spectrales ou encore l'expérience de Stern et Gerlach (1922) posaient à cette époque de grosses difficultés d'interprétation. La découverte du spin par Samuel Goudsmit et George Uhlenbeck en septembre 1925[2] a été révolutionnaire. Le spin du photon a été mis en évidence expérimentalement par Râman et Bhagavantam en 1931[6]. et. Muon. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Tout comme pour le cas des électrons, il existe un neutrino muonique qui est associé au muon. Les neutrinos muoniques sont notés par νμ. Les muons positifs peuvent former une particule appelée le muonium, ou μ+e–. À cause de la différence de masse entre le muon et l'électron, le muonium ressemble plus à un atome d'hydrogène que le positronium.

Histoire[modifier | modifier le code] Les muons furent découverts par Carl David Anderson et son assistant Seth Neddermeyer, au Caltech, en 1936, alors qu'ils travaillaient sur les rayons cosmiques. C'est pour cela qu'Anderson nomma d'abord cette particule mesotron, dont le préfixe meso- venant du grec signifie "intermédiaire". Notes et références[modifier | modifier le code] (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Muon » (voir la liste des auteurs) Article connexe[modifier | modifier le code] Fusion catalysée par muons Portail de la physique. Gluon. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le gluon est le boson responsable de l'interaction forte. Les gluons confinent les quarks ensemble en les liant très fortement. Ils permettent ainsi l'existence des protons et des neutrons, ainsi que des autres hadrons et donc de l'univers que nous connaissons.

Caractéristiques de charge et masse des gluons[modifier | modifier le code] Leur masse est probablement nulle (quoiqu'il n'est pas exclu qu'ils puissent avoir une masse de quelques MeV)Leur charge électrique est nulleIls ne possèdent qu'un spin 1.Chaque gluon porte une charge de couleur (rouge, vert ou bleu, comme les quarks) et une anti-charge de couleur (comme les anti-quarks). Dans la théorie de la chromodynamique quantique (quantum chromodynamics, ou QCD), qui est utilisée aujourd'hui pour décrire l'interaction forte, les gluons sont échangés lorsque des particules possédant une charge de couleur interagissent. Pourquoi n'y a-t-il que 8 gluons au lieu de 9 ? . Portail de la physique. Boson. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Photons émis dans le faisceau cohérent d'un laser. Le fait qu'une particule soit un boson ou un fermion a d'importantes conséquences sur les propriétés statistiques observables en présence d'un grand nombre de particules : les fermions sont des particules qui obéissent à la statistique de Fermi-Dirac alors que les bosons obéissent à la statistique de Bose-Einstein. Dans le cas des bosons, cette statistique implique une transition de phase à basse température, responsable notamment de la superfluidité de l'hélium ou de la supraconductivité de certains matériaux. Plus généralement, les bosons montrent une tendance à s'agréger lors des processus d'interaction entre les particules, comme lors de l'émission stimulée de lumière qui donne lieu au laser.

Historique[modifier | modifier le code] Le terme de boson provient du nom du physicien indien Satyendranath Bose et aurait été utilisé pour la première fois par Paul Dirac[1]. (de) S.N. Hadron. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les particules constituant un hadron sont appelées de manière générique partons. Les quarks (ou antiquarks) présents dans le hadron tout le long de son existence sont appelés quarks de valence, à l'opposé des particules (paires quark-antiquark et gluons) qui apparaissent et disparaissent en permanence dans le hadron, du fait de la mécanique quantique, et qui sont appelées particules virtuelles. Les gluons sont les vecteurs de l'interaction forte qui maintient les quarks ensemble.

Hadrons communs[modifier | modifier le code] Les hadrons communs sont classés selon leurs constituants en différentes sous-familles : Mésons : hadrons bosoniques (voir boson), formés par des configurations de paires quark/antiquark.Baryons : hadrons fermioniques (voir fermion), formés de trois quarks. Hadrons exotiques[modifier | modifier le code] Les baryons exotiques sont théoriquement formés d'un nombre impair de quarks et d'antiquarks.

Portail de la physique. Quark. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Description[modifier | modifier le code] La théorie des quarks a été formulée par le physicien Murray Gell-Mann, qui s'est vu attribuer le prix Nobel de physique en 1969. Le terme "quark" provient d'une phrase du roman Finnegans Wake de James Joyce : « Three Quarks for Muster Mark ! » Propriétés[modifier | modifier le code] Parenthèse historique[modifier | modifier le code] Originellement, les noms des quarks b (bottom, « tout en bas ») et t (top, « tout en haut »), ont été choisis par analogie avec ceux des quarks u (up, « vers le haut ») et d (down, « vers le bas »). Couleur[modifier | modifier le code] Les quarks possèdent également un autre nombre quantique que l'on a nommé charge de couleur.

La couleur ici est une analogie qui rend compte du fait que l'on n'observe jamais de quark seul. Cette interaction « de couleur » est de type tripolaire, alors que l'interaction électromagnétique est dipolaire (+ et -). Notes[modifier | modifier le code] Photon. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le photon est la particule associée aux ondes électromagnétiques, des ondes radio aux rayons gamma en passant par la lumière visible. L'idée d'une quantification de l'énergie transportée par la lumière a été développée par Albert Einstein en 1905, à partir de l'étude du rayonnement du corps noir par Max Planck, pour expliquer des observations expérimentales qui ne pouvaient être comprises dans le cadre d’un modèle ondulatoire classique de la lumière, mais aussi par souci de cohérence théorique entre la physique statistique et la physique ondulatoire[4].

L'émergence de la mécanique quantique fera de ce quanta d'énergie une particule à part entière. Les photons sont des « paquets » d’énergie élémentaires, ou quanta de rayonnement électromagnétique, qui sont échangés lors de l’absorption ou de l’émission de lumière par la matière. Enfin, en physique des particules, le photon est la particule médiatrice de l’interaction électromagnétique. Spin. Spin is the amount of rotation an object has, taking into account its mass and shape. This is also known as an object’s angular momentum. All objects have some amount of angular momentum. A spinning coin has a little angular momentum; the moon orbiting the earth has a lot. Like energy, angular momentum is a conserved quantity: The total amount is constant, though it can flow from one object to another. When a spinning figure skater contracts her arms and rotates faster, her angular momentum is unchanged because a narrow object rotating quickly has the same angular momentum as a wide object rotating slowly.

Particles, as far as we know, are infinitesimal points of zero size. The angular momentum, or spin, of a single particle is restricted in strange ways. Though particle spins are tiny, they have an impact on our everyday world. It is a fortunate accident of biology that humans have as many eyes as photons have spin states. Intrication quantique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Historique[modifier | modifier le code] Le caractère surprenant des états intriqués a pour la première fois été souligné par Einstein, Podolsky et Rosen dans un article de 1935 qui tentait de montrer que la mécanique quantique était incomplète.

Dans cet article, les auteurs décrivent une expérience de pensée qui restera connue comme le paradoxe EPR. Définition[modifier | modifier le code] Il est plus aisé de définir ce qu'est un état non intriqué, ou séparable, que de définir directement ce qu'est un état intriqué. État pur[modifier | modifier le code] Dans le cas où le système global {S1+S2} peut être décrit par un vecteur d'état, son état est un vecteur de l'espace de Hilbert . Ces états sont appelés états séparables ou factorisables.

. , qui n'est pas altéré par les mesures effectuées sur S2. Un état intriqué est par définition un état non séparable, qui s'écrit en général sous la forme C'est donc une superposition d'états d'un système biparti. . Vitesse supraluminique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une vitesse supraluminique (superluminal en anglais) désigne une vitesse supérieure à la vitesse de la lumière. Ce terme peut désigner plusieurs phénomènes (le dépassement de la vitesse de la lumière dans le vide ne crée de problèmes théoriques qu'à partir de la découverte de la relativité restreinte) : Historique[modifier | modifier le code] En l'an 50 avant notre ère, Lucrèce semble être le premier auteur à évoquer des vitesses supraluminiques pour des particules, suivant sa conception de la matière et de la lumière[3].

Galilée aurait essayé de mesurer la vitesse de la lumière, sans succès étant donné les moyens dont il disposait[4]. Diagramme de composition des vitesses relativistes. Dès 1907, Arnold Sommerfeld relevait la possibilité de vitesses de groupes supérieures à c dans la théorie maxwellienne de l'électromagnétisme. En physique des particules[modifier | modifier le code] Tachyons[modifier | modifier le code] .

Galaxie NGC 4261. La lévitation des supraconducteurs : l’effet Meissner. On fête cette année les 100 ans de la découverte de la supraconductivité. Cet anniversaire est l’occasion de voir un peu partout cette merveilleuse expérience où un aimant lévite au dessus d’un supraconducteur. Je me suis souvent demandé en quoi le fait de conduire le courant sans résistance était responsable de ce phénomène de lévitation. Je ne l’ai appris que bien plus tard, et la réponse est : en rien ! Dans ce billet, je vais tenter de faire un peu la lumière sur ces phénomènes, et montrer en quoi une résistance électrique nulle n’est ni nécessaire ni suffisante pour léviter dans un champ magnétique.

Qu’est-ce qu’un conducteur électrique parfait ? Commençons par les classiques : on sait que dans un conducteur électrique, l’intensité et la tension sont reliées par la loi d’Ohm I = U/R. Un conducteur parfait, c’est un matériau dont la résistance électrique est nulle. La chute libre Si on écrit la loi du mouvement ("masse x accélération = somme des forces"), on obtient . L’effet Meissner. Quantum. Index.