background preloader

Littérature

Facebook Twitter

Année de...

Biographies. Dictionnaires. Genres & Cie. Livres audio. Livres numériques. Bibliothèque numérique de la littérature mondiale. Auteurs et oeuvres (databnf) Gustave Flaubert. L'oeuvre de Balzac en numérique. Montaigne à l'oeuvre. Audiovidéothèque en littérature francophone. Blog... : Avis de lectures d'ados. Cartographie littéraire de la France. Études littéraires. Étudier une oeuvre littéraire avec Facebook. Par Jean-Michel Le Baut Si Lorenzaccio avait ouvert un compte Facebook à quels groupes appartiendrait-il ?

Qui seraient ses amis ? Des lycéens bretons redonnent vie ainsi aux personnages de la pièce de Musset. "L’usurpation d’identité se confond ici, savoureusement, avec l’imposture littéraire", prévient Jean-Michel Le Baut. « Le monde entier est un théâtre », écrivait Shakespeare, Facebook aussi ! Les lycéens du projet i-voix (Lycée de l’Iroise à Brest et Liceo Cecioni à Livorno) se sont lancés dans une expérience elle aussi originale, pédagogiquement intéressante, sans doute aisément transférable. Le projet favorise l’appropriation de la pièce par une démarche qui relève du jeu, en l’occurrence d’un jeu de rôles L’usurpation d’identité se confond ici, savoureusement, avec l’imposture littéraire.

Le projet favorise aussi l’appropriation de l’œuvre par une démarche qui relève de l’immersion. Jean-Michel Le Baut Le compte Lorenzo de Médicis sur Facebook : Le projet i-voix : Fabula : recherche en littérature. Frise chronologique (XIXe et début du XXe) La "Bande-annonce" pour promouvoir les livres... La France vue par les écrivains. Le tiers livre : littérature et Internet. Magister : travaux dirigés de français. Parcours littéraires européens. Parcours littéraires francophones. Portail de la Renaissance.

Portail Wikipédia de la Littérature. Jules Barbey d'Aurevilly – Attirance Il avait donc quitté sa balustrade et suivi... très résolu à pousser à fin la très vulgaire aventure qu'il entrevoyait. Pour lui, en effet, cette femme qui s'en allait devant lui, déferlant onduleusement comme une vague, n'était qu'une fille du plus bas étage; mais elle était d'une telle beauté qu'on pouvait s'étonner que cette beauté ne l'eût pas classée plus haut, et qu'elle n'eût pas trouvé un amateur qui l'eût sauvée de l'abjection de la rue, car, à Paris, lorsque Dieu y plante une jolie femme, le Diable, en réplique, y plante immédiatement un sot pour l'entretenir.

Et puis, encore, il avait, ce Robert de Tressignies, une autre raison pour la suivre que la souveraine beauté que ne voyaient peut-être pas ces Parisiens, si peu connaisseurs en beauté vraie et dont l'esthétique, démocratisée comme le reste, manque particulièrement de hauteur. Cette femme était pour lui une ressemblance. Renom : parcours dans les oeuvres de Rabelais et Ronsard. Weblettres : le français au collège et au lycée.