background preloader

Vocabulaire notions informatique

Facebook Twitter

‎rio.orgerus.org/IMG/pdf/Notions-de-base-informatique.pdf. Serveur HTTP. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un serveur HTTP ou daemon HTTP ou HTTPd ( HTTP daemon ) ou (moins précisément) serveur Web , est un logiciel servant des requêtes respectant le protocole de communication client-serveur Hypertext Transfer Protocol (HTTP), qui a été développé pour le World Wide Web . Serveur HTTP et serveur Web [ modifier ] Un ordinateur sur lequel fonctionne un serveur HTTP est appelé serveur Web . Le terme « serveur Web » peut aussi désigner le serveur HTTP (le logiciel ) lui-même.

Les deux termes sont utilisés pour le logiciel car le protocole HTTP a été développé pour le Web et les pages Web sont en pratique toujours servies avec ce protocole. Logiciels de serveur HTTP [ modifier ] Quelques serveurs HTTP : Le serveur HTTP le plus utilisé est Apache HTTP Server qui sert environ 55 % des sites web en janvier 2013 selon Netcraft [ 1 ] . Notes et références [ modifier ] Voir aussi [ modifier ] Articles connexes [ modifier ] Lien externe [ modifier ] Les programmes d'ordinateur. Un ordinateur ne peut pas comprendre autre chose que le code binaire formé de "0" et de "1".Un humain peut difficilement lire ou rédiger un programme d'ordinateur écrit sous forme de "0" et de "1".

Comment un humain peut-il, malgré tout, se faire comprendre des ordinateurs? La solution au problème est expliquée dans l'animation ci-dessous. Étudie-la attentivement, étape par étape. Les trois idées à retenir sont: la notion de "Code Source" la notion de "Code Binaire" la notion de compilation Détaillons cela ci-dessous. Les ordinateurs traduisent le Code Source Le binaire: l'objectif Un programme d'ordinateur se présente comme sur l'illustration ci-dessous : Il est beaucoup trop difficile de programmer en "0" et en "1". Ce sont les langages d'ordinateurs.Il existe une multitude de langages d'ordinateurs, à mi-chemin entre le langage humain et le langage binaire: Fortran, C, Basic, Pascal, LOGO, PHP,... Le texte écrit dans un de ces langages est appelé "Code Source". Questions de révision. Les langages informatiques.

Février 2017 Langage informatique On appelle « langage informatique » un langage destiné à décrire l'ensemble des actions consécutives qu'un ordinateur doit exécuter. Un langage informatique est ainsi une façon pratique pour nous (humains) de donner des instructions à un ordinateur. A contrario, le terme « langage naturel » représente les possibilités d'expression partagé par un groupe d'individus (par exemple l'anglais ou le français). Les langages servant aux ordinateurs à communiquer entre eux n'ont rien à voir avec des langages informatiques, on parle dans ce cas de protocoles de communication, ce sont deux notions totalement différentes. Un langage informatique est rigoureux : À CHAQUE instruction correspond UNE action du processeur.

Le langage utilisé par le processeur est appelé langage machine. Le langage machine n'est ainsi pas compréhensible par l'être humain, c'est pourquoi des langages intermédiaires, compréhensibles par l'homme, ont été mis au point. Langage impératif. PHP. PHP: Hypertext Preprocessor [3], plus connu sous son sigle PHP a permis de créer un grand nombre de sites web célèbres, comme Facebook, Wikipédia, etc.[5] Il est considéré comme une des bases de la création de sites web dits dynamiques mais également des applications web. Histoire[modifier | modifier le code] Utilisation[modifier | modifier le code] Répartition des langages côté serveur des sites web, le 28 avril 2016.

En 2002, PHP est utilisé par plus de 8 millions de sites Web à travers le monde[9], en 2007 par plus de 20 millions[10] et en 2013 par plus de 244 millions[11]. De plus, PHP est devenu le langage de programmation web côté serveur le plus utilisé depuis plusieurs années : Enfin en 2010, PHP est le langage dont les logiciels open source sont les plus utilisés dans les entreprises, avec 57 % de taux de pénétration[14]. Versions[modifier | modifier le code] La version actuelle est la version 7.2.9, sortie le 16 août 2018[15]. Depuis la sortie de PHP 5.6, la configuration est : <? <? <? <? Java (langage) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Java. Le langage Java est un langage de programmation informatique orienté objet créé par James Gosling et Patrick Naughton, employés de Sun Microsystems, avec le soutien de Bill Joy (cofondateur de Sun Microsystems en 1982), présenté officiellement le au SunWorld.

Java permet de développer des applications client-serveur. Côté client, les applets sont à l’origine de la notoriété du langage. C’est surtout côté serveur que Java s’est imposé dans le milieu de l’entreprise grâce aux servlets, le pendant serveur des applets, et plus récemment les JSP (JavaServer Pages) qui peuvent se substituer à PHP, ASP et ASP.NET.

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Java programming language » (voir la liste des auteurs) N’hésitez pas à vérifier la qualité de la traduction pour être certain qu’il n’y ait pas de contresens. Duke, la mascotte de Java. Applets JavaFX. Système d'exploitation. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir SE et OS. Il existe sur le marché des dizaines de systèmes d'exploitation différents[2]. Ils sont souvent livrés avec l'appareil informatique[3] — c'est le cas de Windows, Mac OS, Irix, Symbian OS, Ubuntu[4],[5] et Android. Les fonctionnalités offertes diffèrent d'un modèle à l'autre, et sont typiquement en rapport avec l'exécution des programmes, l'utilisation de la mémoire centrale, des périphériques, la manipulation des systèmes de fichiers, la communication, ou la détection d'erreurs[2].

La définition des systèmes d'exploitation est rendue floue par le fait que les vendeurs de tels produits considèrent comme étant le système d'exploitation la totalité du contenu de leur produit, y compris les vidéos, les images et les logiciels applicatifs qui l'accompagnent[1]. Le système d'exploitation est un intermédiaire entre les logiciels d'application et le matériel. Relations dans un système d'exploitation moderne.

Logiciel. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Démarche de construction d'un logiciel. En informatique, un logiciel est un ensemble composé d'un ou plusieurs programmes, ainsi que les fichiers nécessaires pour les rendre opérationnels. Le logiciel détermine les tâches qu'un appareil informatique peut effectuer et donne à l'ordinateur sa valeur ajoutée. Un logiciel peut être classé comme système, applicatif, standard, spécifique, ou libre, selon la manière dont il interagit avec le matériel, selon la stratégie commerciale et les droits sur le code source des programmes. Le terme logiciel propriétaire est aussi employé. Les logiciels sont créés et livrés à la demande d'un client, ou alors ils sont créés sur l'initiative du producteur, et mis sur le marché, parfois gratuitement.

Créer un logiciel est un travail intellectuel qui prend du temps. Étymologie[modifier | modifier le code] Dérivé du mot logique. Introduction[modifier | modifier le code] Typologie[modifier | modifier le code] Version d'un logiciel. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une version d'un logiciel correspond à un état donné de l'évolution d'un produit logiciel utilisant le versionnage. Selon le Grand dictionnaire terminologique, le versionnage (équivalent francophone de l'anglais versioning) est le mécanisme qui consiste à conserver la version d'une entité logicielle quelconque, de façon à pouvoir la retrouver facilement, même après l'apparition et la mise en place de versions plus récentes[1].

Une version de logiciel est le plus souvent associée à une numérotation qui permet de l'identifier, voire dans certains cas à un nom symbolique. Pour les logiciels de nature commerciale (progiciels), on peut être amené à trouver deux numérotations : une numérotation interne à l'entreprise, et une numérotation présentant un caractère commercial. Cela permet de séparer l'aspect marketing et/ou contractuel de l'aspect technique (nombreuses versions).

Gestion de l'évolution d'un logiciel[modifier | modifier le code] Copyleft. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le symbole du copyleft, avec un C « inversé » (tourné à gauche), est l'« opposé » du copyright (C tourné à droite). En 2009, il n'est pas reconnu comme symbole légal. Le copyleft[Note 1] est l'autorisation donnée par l'auteur d'un travail soumis au droit d'auteur (œuvre d'art, texte, programme informatique ou autre) d'utiliser, d'étudier, de modifier et de diffuser son œuvre, dans la mesure où cette même autorisation reste préservée. L'auteur refuse donc que l'évolution possible de son travail soit accompagnée d'une restriction du droit à la copie, à l'étude, ou à de nouvelles évolutions. De ce fait, le contributeur apportant une modification (correction, ajout, réutilisation, etc.) est contraint de redistribuer ses propres contributions avec les mêmes libertés que l'original.

Jeu de mots et traductions[modifier | modifier le code] Le terme copyleft est un jeu de mot construit par opposition au terme copyright. . — Richard Stallman. Logiciel propriétaire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le terme logiciel propriétaire[1], qui est une déformation militante de son appellation correcte logiciel privateur[2], ou encore logiciel non libre[3], désigne un logiciel qui ne permet pas légalement ou techniquement, ou par quelque autre moyen que ce soit, d'exercer les quatre libertés logicielles que sont l'exécution du logiciel pour tout type d'utilisation, l'étude de son code source (et donc l'accès à ce code source), la distribution de copies, ainsi que la modification et donc l'amélioration du code source.

Les limitations légales, permises par le droit d'auteur, qui s'applique aux logiciels, sont choisies par les ayants droit et sont souvent encadrées par un contrat de licence utilisateur final (CLUF), nommé alors licence propriétaire. Elles ont souvent, mais pas toujours, pour objectif de permettre le contrôle de la diffusion du logiciel afin de permettre la vente de licences de logiciels. Schéma de classification des CLUF. Liste de logiciels libres. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les logiciels libres présents sur cette page le sont selon la définition de l'article « logiciel libre ».

La plupart des programmes cités ici sont disponibles sous licence GNU GPL ou BSD. Système d'exploitation[modifier | modifier le code] Famille des GNU/Linux[modifier | modifier le code] Systèmes d'exploitation dérivés de Debian[modifier | modifier le code] Systèmes d'exploitation dérivés de Red Hat Linux[modifier | modifier le code] Systèmes d'exploitation dérivés de Slackware[modifier | modifier le code] OpenSUSE Systèmes d'exploitation au format live CD[modifier | modifier le code] Famille des BSD[modifier | modifier le code] Autres systèmes d'exploitation libres[modifier | modifier le code] Bureautique[modifier | modifier le code] NAT : Un transcripteur universel de document en braille Éditeurs de texte[modifier | modifier le code] Éditeurs HTML[modifier | modifier le code] Éditeurs LaTeX[modifier | modifier le code] Web[modifier | modifier le code]

Adobe Flash. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Flash. Adobe Flash, ou Flash (anciennement Macromedia Flash), est une suite de logiciels permettant la manipulation de graphiques vectoriels, de bitmaps et de scripts ActionScript, qui sont utilisés pour les applications web, les jeux et les vidéos. Flash Player, développé et distribué par Macromedia (racheté en 2005 par Adobe Systems), est une application client fonctionnant sur la plupart des navigateurs web. Ce logiciel permet la diffusion de flux (stream) bi-directionnels audio et vidéo.

En résumé, Adobe Flash est un environnement de développement intégré (IDE), une machine virtuelle utilisée par un player Flash ou serveur Flash pour lire les fichiers Flash. Mais le terme « Flash » peut se référer à un lecteur, un environnement ou à un fichier d’application. Histoire[modifier | modifier le code] Débuts[modifier | modifier le code] Années 2000[modifier | modifier le code] [modifier | modifier le code] MySQL. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. MySQL est un système de gestion de base de données relationnelle (SGBDR).

Il est distribué sous une double licence GPL et propriétaire. Il fait partie des logiciels de gestion de base de données les plus utilisés au monde[1], autant par le grand public (applications web principalement) que par des professionnels, en concurrence avec Oracle, Informix et Microsoft SQL Server. Son nom vient du prénom de la fille du cocréateur Michael Widenius, My. SQL fait allusion au Structured Query Language, le langage de requête utilisé. MySQL AB a été acheté le par Sun Microsystems pour un milliard de dollars américains[2]. En 2009, Sun Microsystems a été acquis par Oracle Corporation, mettant entre les mains d'une même société les deux produits concurrents que sont Oracle Database et MySQL. Depuis mai 2009, son créateur Michael Widenius a créé MariaDB pour continuer son développement en tant que projet Open Source. Utilisation[modifier | modifier le code] Adobe Flex. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Flex.

Flex est une solution de développement créée par Macromedia en 2004 puis reprise par Adobe en 2006, permettant de créer et de déployer des applications Internet riches (RIA) multiplate-formes grâce à la technologie Flash et particulièrement son lecteur. Son modèle de programmation fait appel à MXML (basé sur XML) et ActionScript 3.0, reposant sur ECMAScript. La technologie Flex produit un fichier .swf intégré dans une page html. La richesse de l'interface graphique ainsi créée présente l'inconvénient, comme toute applet, de créer ici un fichier .swf sur le serveur un peu long à télécharger sur le poste client lors du chargement de la page. Le 17 novembre 2011, Adobe place Flex sous l'égide de la Fondation Apache[2]. Vue d'ensemble[modifier | modifier le code] Il était difficile pour les développeurs d'applications traditionnelles de travailler avec la plate-forme Flash en elle-même. Hypertext Markup Language.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’Hypertext Markup Language, généralement abrégé HTML, est le format de données conçu pour représenter les pages web. C’est un langage de balisage permettant d’écrire de l’hypertexte, d’où son nom. HTML permet également de structurer sémantiquement et de mettre en forme le contenu des pages, d’inclure des ressources multimédias dont des images, des formulaires de saisie, et des programmes informatiques. Il permet de créer des documents interopérables avec des équipements très variés de manière conforme aux exigences de l’accessibilité du web. Il est souvent utilisé conjointement avec des langages de programmation (JavaScript) et des formats de présentation (feuilles de style en cascade). HTML est initialement dérivé du Standard Generalized Markup Language (SGML). Dénomination[modifier | modifier le code] L’anglais Hypertext Markup Language se traduit littéralement en langage de balisage d’hypertexte[1]. [modifier | modifier le code]

HYPERTEXTE. Hypertexte.