background preloader

Alexis_groupec_psy

Facebook Twitter

Notre addiction aux nouvelles technologies illustrée en 20 posters humoristiques. "La technologie a rendu nos vies beaucoup plus intéressantes et confortables mais nous a déconnectés d'une autre manière".

Bonjour, Je trouve cette série d'illustrations très drôle et très réaliste , chacun peut se reconnaître. J'aime particulièrement l'image "nightmare" aujourd'hui le cauchemars c'est de ne plus avoir de batterie ou de ne pas avoir de réseau wifi, il est vrai qu'aujourd'hui c'est difficile de ne pas être connecté. Mais resté connecté et être dépendant,ce n'est pas la même mesure. Le titre de cette série résume bien les traves des nouvelles technologies : #thisgénération – domun_grouped_psy
Super les dessins! C'est toujours plus pertinent en image ! Cependant, il est amusant de voir qu'ils ont tous été conçus à l'ordinateur plutôt qu'à la main... – eliska_groupec_psy

C'est le constat fait par Ajit Johnson, doctorant à l'université d'Edimbourg, en Ecosse.

Notre addiction aux nouvelles technologies illustrée en 20 posters humoristiques

Chacun peut se reconnaître Avec sa série #ThisGeneration, le jeune homme a souhaité illustrer avec humour (et beaucoup de réalisme !) Comment les nouvelles technologies et le numérique avaient totalement envahi nos vies. Note 1 (Commentaire lien Archimag) Addicts aux nouvelles technologies, qui êtes-vous? SANTE Certains ne peuvent se passer de leurs téléphones, d'autres de leurs ordinateurs...

Addicts aux nouvelles technologies, qui êtes-vous?

Mais pourquoi? Oriane Raffin Publié le Mis à jour le Vous savez en permanence où est votre téléphone portable, ne passez pas un jour sans consulter vos e-mails ou jouer à votre jeu vidéo favori? Vous faites peut-être partie de ces nouveaux «cyber-dépendants». Note 1 (Commentaire 20 minutes) Nomophobie : comment soigner cette addiction aux nouvelles technologies ? Qu'est-ce que la nomophobie ?

Bonjour, Cet article n'est pas partiellement faux dans le sens où la définition de nomophobie qui dérive bien du ''no mobile-phone phobia'' est un mobile, soit un téléphone portable qui est une des nouvelles technologies. La nomophobie fait partie d'une forme d'addiction car il y en a plusieurs sortes dont celle-ci. Après Sébastien, je pense que tu joues avec les nuances de la terminaison du mot car cela veut bien dire ''avoir peur d'être séparé de son portable'' mais si tu as peur de te séparer de ton portable c'est que tu l'as quasi constamment à la main (ou à la poche si tu préfères) mais généralement pour t'en servir à tout moment... Un nomophobe est plutôt quelqu'un qui utilise souvent son portable, c'est pour ça qu'il le veut toujours près de lui; ça peut être quelqu'un qui joue sur son portable pendant son temps au WC ou qui joue toute la nuit à des Candy Crush (ou autres); quelqu'un qui utilise les réseaux sociaux sans arrêt et regarde et/ou réponds à chacune de ses notifications etc... Le terme nomophobie peut équivaloir à celui de cyberdépendance car la cyberdépendance est le besoin de internet et de nos jours, un portable qui ne te permet pas de te connecter n'est plus vraiment un portable (c'est triste à dire mais c'est ça). L'utilisation du portable s'est étendue et il n'est plus utilisé seulement pour appeler (il y a même eu une étude récemment qui disait que les gens préféraient envoyer des SMS que d'appeler...) mais pour des tas d'autres choses (mailings, appeler gratuitement à l'étranger, envoyer des photos sur la toile,faire des recherches etc..); Avec l'arrivée de la 4G, il est difficile de se séparer de son portable et je l'avoue durant la semaine je suis une grande nomophobe mais parfois quand je suis consciente de mon excès je fais 3 jours de suite sans portable (en prévenant les proches bien sûr) et ça fait du bien à mourir d'être ''off'' de tout; je ne suis peut être plus connecter sur mon portable mais mon cerveau est connecté à mon esprit... Bonne journée à tous ;) Cassandra – alexis_groupec_psy

Jean-Michel Rolland définit la nomophobie comme une forme d'addiction concernant « toutes les personnes qui donnent l'impression d'abuser de l'usage » des nouvelles technologies, c'est-à-dire qui utilisent les outils technologiques (ordinateur, tablette, smartphone, réseaux sociaux) dans l'excès.

Nomophobie : comment soigner cette addiction aux nouvelles technologies ?

Le terme de nomophobie reste peu connu mais peut équivaloir à celui de cyberdépendance. Cette attirance prononcée pour les technologies agit directement sur notre quotidien car elle développe sans cesse notre disponibilité et nos besoins d'interactivité. Comme le note Jean-Michel Rolland, « avec les technologies, on ne sait plus être absent ». Les symptomes de la nomophobie. Note 1 (Commentaire Terrafemina) Cyberdépendance(s) - Tous addicts ? Les opinions et vues exposées dans les articles lecteurs ne reflètent pas forcément celles de la rédaction de Gameblog.

Bonjour, cet article est intéressant , il est vrai que les gens sont de plus en plus connectés dans le virtuel, comme toutes les formes d’addictions il y a une forme de fuite de la réalité, ou une surcompensation d'un manque via le virtuel. – domun_grouped_psy

C'est en lisant une news en une de Gameblog intitulée "Accro à Internet ?

Cyberdépendance(s) - Tous addicts ?

Vous pouvez désormais vous faire soigner" (03/09/13) que je me suis souvenu avoir écrit un article traitant de la cyberdépendance. Hors du champ strict des JV, je me permets malgré tout de le publier ici. Bonne lecture ! Selon une évaluation datant du mois d'août 2012, plus de 2,5 milliards de personnes à travers le monde sont connectées à Internet. En Belgique (et oui, je suis belge et donc mon travail portait sur les chiffres de ce territoire), on recense à l'heure actuelle plus de 2.892.226 foyers (20.959.000 pour la France en 2013) possédant une liaison au web (contre 2.833.714 en 2011, pour la France, 18.909.000 en 2011).

Vanessa Lalo est psychologue clinicienne chercheuse, spécialisée dans les nouveaux médias numériques. Types de cyberdépendance Conclusion Etes-vous cyberdépendant ? 1. 2. 3. Note 1 (Commentaire Gameblog) Addictions sans produit. Note 1 (Commentaire FSJ) Comment devient-on accro au numérique ? Les nouvelles technologies sont partout au point qu'on ne peut pas y échapper, ou presque.

Comment devient-on accro au numérique ?

Ainsi, entre usage régulier et vraie addiction au numérique, la frontière est mince. Premier épisode de l'addiction numérique, demain : Comment s'en sortir. Nouvelles addictions Les nouvelles technologies sont de plus en plus performantes et intrusives Crédit Reuters Ajouter au classeurSuivre ce contributeurLecture zen Intéressé par cet auteur ? Pour retrouvez facilement ses articles dans votre compte et recevoir une alerte à chacune de ses contributions : Lire ou relire plus tard Pour classer cet article et le retrouver dans votre compte : Besoin de vous concentrer Pour lire cet article dans sa version zen : Je m'abonne Atlantico : Portables, tablettes, ordinateurs, les nouvelles technologies nous entourent. Michael Stora : Cela ne se traduit pas tant en terme d’heures passées sur les nouvelles technologies qu’en termes de rupture des liens sociaux réels.

Note 1 (Commentaire Atlantico) Conduites addictives chez les adolescents – Une expertise collective de l’Inserm. 06.02.2014 - Dossier Santé publique Télécharger la synthèse de l’expertise collective.

Conduites addictives chez les adolescents – Une expertise collective de l’Inserm

En France, les niveaux de consommation de certaines substances psychoactives, en particulier l’alcool, le tabac et le cannabis, demeurent élevés chez les adolescents, en dépit des évolutions de la réglementation visant à limiter l’accès des mineurs à ces produits et des campagnes de prévention répétées. ©Fotolia Pour répondre à cette demande, l’Inserm a réuni un groupe pluridisciplinaire d’experts en épidémiologie, santé publique, sciences humaines et sociales, addictologie, neurosciences et communication. Les experts ont notamment constaté une modification des usages et des modes de consommation de certaines substances psychoactives, comme par exemple l’alcoolisation ponctuelle importante qui tend à se développer chez les adolescents. L’adolescence, période de vulnérabilité Le cerveau de l’adolescent est plus vulnérable aux substances psychoactives que le cerveau de l’adulte.

Alcool Tabac Dommages associés. Note 1 (Commentaire Inserm) Peut-on parler d’addiction aux nouvelles technologies. L’initiative de la « La journée sans Facebook » est un indice, parmi d’autres, d’une préoccupation grandissante autour des effets de l’usage abondant de certains services ou outils numériques.

Bonsoir à tous, Pareille pour moi, la journée sans facebook se fait tous les jours, rajouter à cela twitter, snapchat et compagnies (à part Skype et Whatsapp) ... Après je ne dis pas que je suis mieux que les autres car j'ai mes propres addictions (je suis une sériephile qui a besoin de regarder au moins 4 épisodes chaque soir avant de se coucher !!!) Mais il faut éviter les excès : - perdre des ami(e)s car on ne les ''follow'' pas sur le net et qu'ils te disent qu'ils trouvent ça bizarre voir ''antisocial'' notre comportement -ou alors vouloir aider sa cousine à réviser pour son brevet et qu'elle ne veuille faire sa dictée que sur son portable -ta mère qui a plus de soixante balais qui rentre presque malade et que quand tu lui demandes ce qu'elle a et qu'elle te répond qu'elle s'est sentie mal toute la journée car elle avait oublié son portable -et je ne parles pas des petits bambins de 3-4 ans qui ont besoin de leur tablette dès qu'ils rentrent à la maison ou qui jouent sur nos portables mais pleurent dès que quelqu'un nous appelle ou si nous avons plus de batterie !!! Après je parle seulement en général et ceux ne sont que des exemples, certains de ma propre expérience et d'autres de mon entourage mais les faits sont là ; les nouvelles technologies nous affectent tous, petits ou grands et que nous devons tous faire attention et sans détacher de temps en temps et les utiliser avec modération. Cordialement Cassandra – alexis_groupec_psy

Le succès actuel de la notion de « binge watching » qui indexe la visualisation de séries télévisées sur la consommation excessive et répétée d’alcool en est un autre signe.

Peut-on parler d’addiction aux nouvelles technologies

La terminologie psychopathologique de l’addiction est aujourd'hui dans toutes les bouches : dans une enquête récente, nos interviewés se disent volontiers « addict » (à leur téléphone mobile, à facebook, à Twitter, aux séries télé…), de nombreux articles de presse fleurissent sur le sujet, des robinsonnades qui vantent les mérites de quelques mois « sans » ( internet, mobile, …) paraissent dans plusieurs pays (dont « J’ai débranché, Comment revivre sans Internet après une overdose », de Thierry Crouzet), et des études quantitatives mesurent désormais combien de français se déclarent « dépendants ». Agir contre soi. Les comportements addictifs liés à l'usage du numérique. "définitions autour de la cyberdépendance".

Dépendance à Internet. Les comportements addictifs liés à l'usage du numérique.