background preloader

Zakkkk

Facebook Twitter

Chez Amazon, des conditions de travail dignes de Zola. Des employés sous-payés obligés de parcourir jusqu'à 22 kilomètres par jour pour transporter les produits à expédier d'un bout de l'entrepôt à l'autre, d'autres qui risquent leur place pour une journée d'arrêt maladie, des horaires de travail infernaux...

Chez Amazon, des conditions de travail dignes de Zola

L'enquête du Sunday Times au coeur du système Amazon est édifiante. [scald=238511:sdl_editor_representation] Si vous avez commandé une console de jeux pour Noël, sachez que chez Amazon UK, les employés en emballent 140 par heure. A l'approche de Noël, on travaille 7 jours sur 7 et même la nuit dans l'un des quatre entrepôts britanniques du géant du shopping online.

Amazon, l'entreprise où il ne fait pas bon travailler. Je suis cliente Amazon depuis de nombreuses années.

Amazon, l'entreprise où il ne fait pas bon travailler

C'est pour moi une facilité car je n'ai pas de librairie près de chez moi. Jusqu'à aujourd'hui, je ne me suis jamais posée la question des conditions de travail chez les salariés de l'entreprise. En tant que lectrice, consommatrice, commander chez Amazon me permet de recevoir mes livres en 24 heures cela me convient parfaitement. Ce matin, j'ai été interpellé par un article paru sur le site de Livres Hebdo. « Tu travailles à Amazon ? Oh, mon pauvre. Tu tiens le coup ? » « Chez Amazon, les conditions de travail sont dignes du XIXe siècle » Auteur d'« En Amazonie, infiltré dans le meilleur des mondes », Jean-Baptiste Malet décrit le fonctionnement du géant du commerce en ligne.

« Chez Amazon, les conditions de travail sont dignes du XIXe siècle »

En Allemagne, les salariés de trois sites sont en grève. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Elvire Camus La plateforme de vente en ligne Amazon réalise 70 % de son chiffre d'affaires pendant la période des fêtes de fin d'année, selon le syndicat allemand Verdi. Pour faire face à l'explosion de commandes passées en un clic à l'approche de Noël, la multinationale recrute des centaines d'intérimaires pour renforcer ses équipes. L'année dernière, Jean-Baptiste Malet a fait partie des 1 200 salariés embauchés pour travailler au sein de l'entrepôt de Montélimar. Des salariés d'Amazon en grève pour de meilleures conditions de travail. Les grévistes dénoncent des cadences de travail trop soutenues et «une surveillance de tous les instants».

Des salariés d'Amazon en grève pour de meilleures conditions de travail

Série noire pour Amazon. Lundi, une centaine de salariés du site de Saran (Loiret) se sont mis en grève, imitant leurs homologues allemands. Dans leur collimateur, des salaires qui ne progressent pas suffisamment et les cadences de travail, jugées trop soutenues. Les grévistes protestent contre «une surveillance de tous les instants». «Amazon Saran, avec un chiffre d'affaires en hausse de 38 %, doit revoir sa politique sociale», avertit Clément Jamin, du syndicat CGT. Depuis, le géant américain est tombé en disgrâce, accusé de pratiques de dumping menaçant le secteur du livre. Selon elle, Amazon «casse les prix pour ensuite pénétrer sur les marchés et ensuite faire remonter les prix une fois qu'ils sont en situation de quasi-monopole». En Allemagne, des salariés d'Amazon ont mené une grève dans deux centres logistiques il y a un mois, une première outre-Rhin.

Le calvaire des employés des entrepôts Amazon - 2 décembre 2013. "Qu'est-ce c'est que ce travail?

Le calvaire des employés des entrepôts Amazon - 2 décembre 2013

, soupire Adam Littler. Ce jeune homme de 23 ans s'est fait embaucher en tant que "picker" dans l'entrepôt Amazon de Swansea au Royaume-Uni. Et pour la BBC, il a filmé en caméra cachée son quotidien. Le résultat est édifiant. On le savait, les conditions de travail chez Amazon ont déjà fait l'objet de critiques, que ce soit Au Royaume-Uni ou en France. >> Lire: Le phénomène Anti-Amazon prend de l'ampleur en Europe. Mais là, le reportage permet aux téléspectateurs de se plonger dans le calvaire des petites mains du géant de la vente sur internet, qui subissent une pression accrue lors des fêtes de fin d'année. Une employée d'Amazon raconte «la peur organisée» Amélie (1), 30 ans, a travaillé quelques semaines au sein de la plateforme d’Amazon à Montélimar (Drôme).

Une employée d'Amazon raconte «la peur organisée»

Alors que des grèves pour des hausses de salaires se poursuivent en Allemagne, nous avons décidé de publier son témoignage, saisissant, sur les conditions de travail au sein du numéro 1 mondial de la vente en ligne. «Les agences d’intérim de Montélimar recrutent en fin d’année des hordes de salariés sur les quatre postes de travail de la plateforme Amazon, implantée il y a trois ans.

Vous pouvez y être admis comme "eacher", pour réceptionner les marchandises et les enregistrer informatiquement; "stower", pour les ranger dans les kilomètres d’étagères de l’entrepôt; "picker", pour arpenter les allées et rassembler les produits commandés; ou "packer", pour les emballer avant expédition.

«C’est en tant que pickeuse que j’ai découvert l’univers d’Amazon. L’univers du code-barres. «Il est temps de picker» «Ne vous couchez pas trop tard» (1) Le prénom a été modifié.