background preloader

Universal Basic Income / Revenu universel

Facebook Twitter

L’idée d’un revenu universel fait son chemin dans les pays riches. Why don’t we have universal basic income? In the mid-nineteen-seventies, the Canadian province of Manitoba ran an unusual experiment: it started just handing out money to some of its citizens.

Why don’t we have universal basic income?

The town of Dauphin, for instance, sent checks to thousands of residents every month, in order to guarantee that all of them received a basic income. The goal of the project, called Mincome, was to see what happened. Did people stop working? Did poor people spend foolishly and stay in poverty? But, after a Conservative government ended the project, in 1979, Mincome was buried. Daily chart: Universal basic income in the OECD. Universal Basic Income Is Ahead of Its Time (to Say the Least) - Bloomberg View. The universal basic income is an idea whose time has not yet come.

Universal Basic Income Is Ahead of Its Time (to Say the Least) - Bloomberg View

Or so say the Swiss in a referendum this weekend, in which the idea of a basic income grant was overwhelmingly rejected, with more than three-quarters of the population voting against. My colleague Leonid Bershidsky (correctly) says that this is not surprising because Switzerland was in many ways a bad test site for a UBI, with its highly affluent population and low levels of unemployment. On the other hand, in some ways a country like Switzerland is the best possible test for a UBI: It’s got a lot of high-income residents from the finance industry, and its low unemployment rate means that a UBI will probably not discourage work as it will in places where jobs are less pleasant, or easy to come by.

The Guardian view on a universal income: the high price of free money. You campaign in poetry, you govern in prose – it has become a political cliche.

The Guardian view on a universal income: the high price of free money

"Non" au revenu universel. Chaque matin, l’actualité vue au travers de la presse étrangère.

"Non" au revenu universel

Aujourd’hui : les Suisses ont massivement rejeté la création d'un revenu de base pour tous. L'initiative populaire soumise par un groupe sans affiliation politique, avait pourtant de quoi séduire. La Suisse ne sera pas le premier pays au monde à instaurer un revenu universel pour ses habitants. Le verdict est sans appel. Hier, les Suisses ont rejeté massivement (près de 77% des suffrages) la création d'un revenu de base inconditionnel (RBI) pour tous, salariés ou sans emploi. En réalité, ce “non” n’est pas franchement une surprise estime le quotidien de Lausanne LE TEMPS, qui rappelle que, à l’exception de Verts, aucune grande formation politique helvète n’y était favorable. Enfin si les «pros» ont été pour la plupart mesurés et prudents, dans le camp opposé, c'est peu de dire que les arguments sont tombés de manière beaucoup plus massive. Une augmentation des impôts n'aurait pas été souhaitable. Par Thomas CLUZEL. Le revenu universel, douce utopie ou vraie révolution? - Economie.

L'idée est d'une simplicité enfantine.

Le revenu universel, douce utopie ou vraie révolution? - Economie

Faire en sorte que chaque Suisse ou étranger résidant depuis plus de cinq ans, qu’il travaille ou non, reçoive chaque mois une somme fixe de l’Etat. Un allocation universelle censée « permettre à l'ensemble de la population de mener une existence digne et de participer à la vie publique ». C'est sur l'introduction du principe d'un revenu de base inconditionnel (RBI) que se sont prononcés les Suisses par référendum ce dimanche (vote non). Si le projet avait été accepté, la loi en aurait fixé ensuite les modalités. Le collectif à l'initiative du projet proposait de fixer ce revenu à 2 500 francs suisses par adulte (2 260 euros) et 625 francs suisses (565 euros) par enfant.

Le gouvernement avait fait campagne contre ce projet. Une idée transpartisane. Carte : le revenu universel et ses expérimentations dans le monde. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé C’est l’une des innombrables ironies de l’histoire : l’un des seuls exemples viables, actuellement, du principe du « revenu universel » vient d’une tribu indienne aux Etats-Unis, les Cherokees.

Carte : le revenu universel et ses expérimentations dans le monde

Or, ce sont des Indiens qui ont inspiré, trois siècles plus tôt, le père spirituel de ce concept : l’un des premiers à théoriser le revenu universel, Thomas Paine, s’était notamment basé sur l’observation d’un accès égal à l’usage de la terre chez les Indiens au XVIIIe siècle, pour en déduire la nécessité d’une dotation (chaque adulte recevant un lopin de terre à sa majorité) afin de corriger la dérive historique qu’est l’appropriation de la rente foncière.

Lire aussi : Le revenu universel, généalogie d’une utopie Dans de nombreux pays, des expériences ont été menées autour de l’idée de faire bénéficier : La difficile évaluation des expériences. Le revenu universel, douce utopie ou vraie révolution? - Economie. A basic income could be the best way to tackle inequality. Britain isn’t the only European country to hold a referendum this month.

A basic income could be the best way to tackle inequality

On 5 June, Swiss voters overwhelmingly rejected, by 77% to 23%, the proposition that every citizen should be guaranteed an unconditional basic income (UBI). But that lopsided outcome doesn’t mean the issue is going away anytime soon. Moneyweek. Interview: «Le revenu universel serait le tournant social du capitalisme» Interview Rencontre avec Oswald Sigg, un des initiants du revenu de base inconditionnel qui proposent de verser un montant minimal vital à tout citoyen.

Interview: «Le revenu universel serait le tournant social du capitalisme»

Utopiste ou révolutionnaire? «Au lieu de s’obstiner à détruire le capitalisme, autant s’en servir», déclare Oswald Sigg, socialiste et ancien vice-chancelier de la Confédération.Image: Darrin Vanselow Et si on remettait l’économie au service de l’homme? Indéniablement, notre système social s’essouffle. L’idée est révolutionnaire. Évidemment, une initiative visionnaire qui remet en question tout un système – surtout quand il s’agit de rendre la justice sociale compatible avec l’efficacité économique – se heurte inévitablement au scepticisme général. A ce jour, le PIB, à savoir l’économie réelle, engendre 680 milliards. Quel que soit l’issue du scrutin, cette initiative aura eu le mérite d’ouvrir un débat que la société ne pourra pas continuellement écarter d’un revers de la main.

Les six dates-clés de la carrière d’Oswald Sigg Non.