background preloader

Valider

Facebook Twitter

Valider l'information. Des abeilles à louer pour polliniser les vergers. AGRICULTURE Le déclin des populations d'abeilles a donné naissance à une nouvelle activité pour les apiculteurs...

Des abeilles à louer pour polliniser les vergers

Audrey Chauvet Publié le Mis à jour le Abricotier en fleurs cherche abeilles pour pollinisation. Depuis une dizaine d’années, le printemps a besoin d’un petit coup de pouce dans les vergers français: le déclin des populations d’abeilles et l’accroissement de la taille des vergers obligent les agriculteurs à louer des ruches auprès des apiculteurs. Environ 10% des revenus des apiculteurs Dans le Vaucluse, Paul Bonnaffé met ainsi ses abeilles à la disposition des producteurs d’abricots, fraises, melons ou courgettes. Depuis vingt ans, cet apiculteur de Carpentras (Vaucluse) loue donc ses 400 ruches aux agriculteurs qui en font la demande. Abeille : en Chine, des hommes font le travail des pollinisateurs disparus. Au sud-ouest de la Chine, dans la province du Sichuan, les vergers donnent toujours des fruits malgré la disparition progressive des abeilles.

Abeille : en Chine, des hommes font le travail des pollinisateurs disparus

Les cultivateurs ont en effet trouvé une solution de remplacement : chaque année, au mois d'avril, ce sont les habitants qui pollinisent les fleurs à la main. Dans la région du Sichuan, en Chine, la population d’abeilles ne cesse de baisser depuis une vingtaine d’années. Pour maintenir leurs vergers en vie, les producteurs locaux ont adopté une méthode efficace : ce sont les habitants qui remplacent les abeilles, en pollinisant les arbres fruitiers à la main.

Envoyé spécial du Monde dans la région, le journaliste Harold Thibault a assisté à cet étonnant spectacle : les hommes et femmes grimpent dans les branches des pommiers afin de déposer sur les fleurs de pommiers une dose de pollen. Chaque année, les habitants en âge de travailler sont réquisitionnés pour accomplir cette tâche minutieuse. Un arbre pollinisé en une demi-heure. Abeilles, pollinisation et biodiversité. Apis mellifera, l’abeille domestique des apiculteurs est l’espèce la plus répandue et la plus connue.

Abeilles, pollinisation et biodiversité

Près de 1 000 espèces d’abeilles différentes sont recensées en France. Soit plus que le nombre de mammifères, oiseaux et reptiles réunis ! Dans le monde, on ne dénombre pas moins de 20 000 espèces d’abeilles. Régime sans abeilles Abeille domestique, genre Apis. © Denis Bourgeois (Arthropologia) Toutes ces espèces sont très importantes pour la pollinisation, processus indispensable à la reproduction sexuée des plantes à fleurs. 80 % des cultures à travers le monde sont dépendantes de l’activité des insectes pour la pollinisation, au premier rang desquels les abeilles. Les pollinisateurs pèsent 153 milliards d’euros C’est le chiffre auquel sont parvenus des chercheurs de l’Inra pour estimer la valeur économique de l’activité pollinisatrice des insectes, essentiellement des abeilles (programme Alarm, 2006-2009).

Biodiversité et abeille : l’une ne va pas sans l’autre. Dans les vergers du Sichuan, les hommes font le travail des abeilles. LE MONDE | • Mis à jour le | Harold Thibault (Nanxin, Sichuan, envoyé spécial) La saison de la pollinisation bat son plein dans les vergers du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine.

Dans les vergers du Sichuan, les hommes font le travail des abeilles

Perchés aux branches des pommiers, les agriculteurs du village de Nanxin se contorsionnent pour atteindre les fleurs les plus éloignées. Faire le travail réservé ailleurs sur la planète aux abeilles requiert une certaine agilité. A en croire Zhen Xiuqiong, 56 ans, tout est question d'habitude. Voilà plus de vingt ans qu'elle grimpe sur ses arbres et ceux de ses voisins dès l'apparition du printemps. Tous les habitants du village en âge de travailler sont mobilisés pour la pollinisation à la main. Zeng Zigao, 38 ans, explique que le système repose beaucoup sur l'entraide : les proches sont réquisitionnés le temps de l'opération. Le meilleur outil pour la pollinisation à la main est une tige au bout de laquelle est fixé soit un filtre de cigarette, soit une pointe d'effaceur scolaire. › Accéder au portfolio. Mortalité des animaux « bénéfiques » ? Pas de panique ! Aujourd’hui, les insectes pollinisateurs font leur travail, mais demain ?

Mortalité des animaux « bénéfiques » ? Pas de panique !

Photo : jnl De nouveaux chiffres mettent en cause les prédictions alarmistes des écologistesMortalité des animaux « bénéfiques » ? Pas de panique ! Chaque semaine amène son lot de rapports scientifiques inquiétants : on s’inquiète de la disparition des bourdons, des abeilles, des papillons, des coccinelles, ou encore des vers de terre. Et si ces cris d’alarme, qui servent des intérêts bien particuliers, étaient nettement exagérés ? Depuis le début des années 1990, la population de nombreuses espèces animales s’effondre littéralement, c’est un fait. ...Sans eux, la terre serait stérile...

Ces robots qui pourraient remplacer les abeilles. VIDÉOS - Aujourd'hui, un tiers de notre nourriture dépend directement de l'abeille, le pollinisateur le plus important de la planète.

Ces robots qui pourraient remplacer les abeilles

Or, depuis plusieurs années, des millions d'abeilles disparaissent. Des chercheurs américains auraient trouvé une solution : les RoboBees. Les abeilles pollinisent près d'un tiers de la nourriture que nous mangeons. Sans elles, vous risqueriez bien de vous trouver à court de fruits et légumes dans vos supermarchés. Mais depuis quelques années, elles disparaissent à un rythme sans précédent, c'est le syndrome d'effondrement des colonies. Ces insectes artificiels mis au point par des ingénieurs de Harvard, aidés par des biologistes de la Northeastern University de Boston, sont capables de faire fructifier les cultures grâce à un appendice pollinisateur. L'autre défi de la RoboBee est son système de navigation. Le projet, porté par la robotique, est dans le viseur de l'ONG de protection de l'environnement depuis son lancement en 2009.

RoboBees: le futur pour l'agriculture?