background preloader

La génération du mieux-travailler

La génération du mieux-travailler
Un bon job, du temps libre, mais aussi un engagement éthique : les revendications des 20-30 ans pourraient changer nos vies professionnelles, affirme ce grand hebdomadaire allemand. En bien. Pour beaucoup, Fifi Brindacier, la gamine indépendante inventée par la Suédoise Astrid Lindgren, est l’héroïne d’enfance par excellence. On en énumère tous les prénoms et on peut relater sans fin ses bêtises. On pourrait parfaitement qualifier la génération des trentenaires qui explorent actuellement avec assurance le marché du travail allemand de “génération Fifi”. Prenez Ingo Kucz, 32 ans. Ne pas sacrifier sa vie à son boulot Le samedi, il construit des jeux en plein air. Ce jeune père de famille fait partie d’une nouvelle génération d’actifs, une génération qui veut autre chose : travailler autrement, vivre autrement, être autrement. Pour le chercheur berlinois Klaus Hurrelmann, il s’agit de la troisième génération depuis 1945 qui fait changer l’Allemagne. Il est possible qu’ils l’obtiennent. Related:  Web / Generation YCultures numériques.caisson test

GÉNÉRATION Y • Besoin d'un boulot ? Inventez-le Les membres de ma génération devaient trouver un travail, les jeunes doivent désormais le créer, écrit cet éditorialiste américain. Il est urgent de réformer l’enseignement pour mettre la capacité à innover au cœur du système. Lorsque Tony Wagner, spécialiste de l’enseignement à Harvard, explique en quoi consiste son travail, il se décrit comme “l’interprète de deux tribus ennemies”. Mettre à jour les connaissances Ce n’est pas une mince affaire. Alors quelle devrait être la priorité de la réforme de l’enseignement aujourd’hui ? Enfin, les professeurs devraient être jugés sur les progrès effectifs de leurs élèves au cours de l’année et non pas sur la note obtenue à un seul test passé en mai.

Le multi-tâches : qualité ou calamité ? Dans un article publié par The New Atlantis en 2008, Christine Rosen nous alerte sur les dangers du fonctionnement en multi-tâches, qui caractérise de nombreuses personnes « dans le coup ». Qui n’est jamais resté perplexe devant un adolescent qui fait ses devoirs tout en écoutant de la musique, en regardant la télévision et en participant à un chat sur messagerie instantanée, simultanément ? Qui n’a jamais été irrité par un interlocuteur qui, tout en prétendant avoir une conversation sérieuse avec vous, répond à trois coups de fil, envoie cinq courriels et s’éclipse régulièrement pour donner des instructions à ses collaborateurs qui travaillent dans le bureau d’à côté ? L’adolescent et votre interlocuteur sont pris dans ce qu’il est convenu d’appeler « le multi-tâches ». Cette capacité à traiter plusieurs choses à la fois est célébrée comme une qualité de l’homme moderne et résulte en grande partie de l’accroissement de l’usage des technologies de l’information et de la communication.

Comment les jeunes vivent-ils et apprennent-ils avec les nouveau Par Hubert Guillaud le 01/12/08 | 25 commentaires | 24,649 lectures | Impression La Fondation Mac Arthur vient de livrer les résultats d’une imposante étude qualitative sur la pratique des nouveaux médias par les jeunes. Ce projet de recherche sur la jeunesse numérique a rassemblé sur 3 ans plus de 28 chercheurs et s’est intéressé aux pratiques de plus de 800 jeunes. Selon les conclusions de l’étude Vivre et apprendre avec les nouveaux médias, le temps que les adolescents et les jeunes adultes passent en ligne, sur MySpace ou sur leur messagerie instantanée, n’est pas une perte de temps, mais leur permet de grandir, de mûrir. “En passant du temps en ligne, les jeunes acquièrent des savoir-faire sociaux et techniques qui leur sont nécessaires pour participer à la société contemporaine”, explique au New York Times la sociologue Mizuko Ito qui a dirigé l’étude (blog). Typologie des pratiques des jeunes Les jeunes sont-ils vraiment des “digital natives” ?

Generation Cry Baby: Why Millennials Are a F**king Joke | The Oxytocin Chronicles We’re raising a generation of pussies. There. I said it. When I was a junior in high school, I had the most amazing AP English teacher. Her name was Ms. “I get that you and your parents all think you all are ‘special snowflakes,’ but I will grade you based on your writing, and if your parents email me complaining about these grades, I will ignore them.” Now Ms. Millennials: your parents won’t say it, and your peers won’t say it because it seems every little thing is sending you all to a therapist because you’re just sooooooo victimized, but Get. I won’t even say pardon my French, because you know what? And this isn’t just some backless rant. I was a camp counselor this summer, and the next generation is worse than ours. Newsflash: Not every single criticism is an attack on your character. Now, I get college is stressful. Please, shut up. Most likely, you are not a victim. But Rachel, everyone reacts and feels things differently. No, no, no. Like this: Like Loading...

Les 5 applications qui vont vous sauver la vie On parle souvent des applications qui nous divertissent dans les transports en commun ou à la pause café. De Candy Crush à Doodle Jump en passant par Temple Run, nombreuses sont les applications funs qui ont rencontré un vif succès, sans pour autant apporter de réelle utilité à la communauté. Aujourd’hui, FraisFrais se charge de rétablir cette injustice en vous présentant 5 applications pas forcément très connues, mais qui vous sauveront peut-être bien la vie! Withings Cette application a été développée par une entreprise française et permet à ses utilisateurs de mesurer leur tension grâce à un brassard et une application gratuite. Un outil indispensable pour les personnes concernées, disponible sur le site de Withings, et accompagné de l’application gratuite sur l’App Store et Google Play. Allianz Conduite Allianz Conduite est un outil qui va s’avérer indispensable pour de nombreux automobilistes. MySoS Cette application gratuite a pour objectif de se protéger et de protéger les autres.

Véronique Mesguich: On ne naît pas numérique, on le devient! "Affronter les incertitudes : s'attendre à l'inattendu, à l'improbable, sources de progrès": tel était l'un sept savoirs nécessaires à l'éducation du futur, énoncés en 1999 par Edgar Morin. Les jeunes sont-ils aujourd'hui réellement préparés par l'école et la société à affronter ce monde d'incertitude qui est le nôtre depuis désormais plusieurs années ? Les nouvelles technologies de l'information pourraient-elles accompagner cette période de forte mutation ? À cet égard a été consacrée une génération, dite génération Y qui, du haut de ses 20 ans, serait supposée détenir une intelligence intuitive des dites nouvelles technologies. Pour travailler depuis ces nombreuses années avec les jeunes générations, nous pouvons au contraire affirmer que celles-ci sont en effet si bien habituées à l'environnement des NTIC qu'elles sont bien plus curieuses de picorer dans les usages que d'en comprendre les défis. Le secteur de l'Education, exemple de structure traditionnelle inquiète :

Points : les panneaux de signalisation de la ville du futur s’appuieront sur les réseaux sociaux Quand les panneaux de rue deviennent intelligents et sociaux, ils rendent des services non seulement aux passagers urbains mais également aux marques commerciales. Des panneaux de rue dans des grandes villes n’indiquent que les directions ou les emplacements actuels. A l’ère où des objets du monde physique s’interconnectent de plus en plus, et où le milieu urbain est en pleine mutation pour s’adapter aux besoins protéiformes des citadins, quels nouveaux usages les panneaux de signalisation urbains devraient-ils proposer ? Une problématique intéressante d’urbanisme commerciale sur laquelle la société Breakfast s’est penchée, en lançant le projet baptisé « Points ». Un panneau informationnel personnalisable et connecté aux réseaux sociaux Mesurant 2.7m de haut, le nouveau panneau d’indication de Breakfast est équipé de trois bras rotatifs de 0.9m au sommet et d’un menu tactile près de sa base. Multifonctionnel dans de différentes situations

Le monde ? C'est le web à l'envers Le numérique opère par renversement. Le renversement le plus fréquent est celui de la charge de la preuve. Celui également des processus d'engrammation, des processus mémoriels. D'autres renversements sont à venir. D'autres sont déjà là. Avant, nous voulions sans cesse poursuivre plus loin la navigation. En biologie, "la fonction crée l'organe". Avant, dans l'ancien monde, on corrigeait les imperfections de notre corps, de nos sens, à l'aide de prothèses diverses. Corriger le monde. Et puis voici que plutôt que de corriger l'homme (à l'aide de lunettes classiques), plutôt que d'augmenter l'homme (à l'aide de Google Glasses), on nous propose maintenant de corriger ... le monde. La fibre (pan)optique A la fin du 18ème sièce, Jeremy Bentham invente le panoptique. Cachez ce sein. Il y a donc ce que l'on ne montre plus. Les Google Glasses peuvent nous y aider. Les Google Glasses sont une inversion du cycle panoptique de notre propre capacité de tolérance à la surveillance. Je m'explique.

Quand la génération Y prendra le pouvoir Selon les uns, les chefs d’entreprises, les directeurs de ressources humaines, et les managers ne sauraient pas à quel saint se vouer, car les natifs nés dans les années 80 feraient preuve d’un détachement par rapport au travail et à l’autorité ; selon les autres "la génération Google" n’inspirerait aux chefs d’entreprise rien d’autre que de la méfiance et de l’incompréhension. Les sociologues se partagent quant à eux en deux camps : ceux qui considèrent que la génération Y n’existerait tout simplement pas; il faudrait selon les tenants de cette thèse parler plutôt de phénomène social et non pas générationnel. Et ceux qui affirment que la génération Y serait un mythe, rien moins que cela. Qu'en est-il exactement ? Que nous disent d’eux-mêmes les représentants de la génération Y ? La génération Y n’a pas d’état d’âme s’agissant de l’égalité homme femme, car celle-ci leur paraît autant évidente, naturelle, qu’inéluctable, elle va dans le sens de l’Histoire.

Related: