background preloader

Classe mutuelle : les élèves s’expliquent très bien les choses entre eux, parfois mieux que nous

Classe mutuelle : les élèves s’expliquent très bien les choses entre eux, parfois mieux que nous
La « classe mutuelle » de Vincent Faillet En 2015, Vincent Faillet, prof de SVT au lycée Dorian (Paris), réorganise sa salle de classe. Il couvre ses murs de tableaux et dispose ses tables en îlots. Puis il se lance dans “l’enseignement mutuel”, préférant l’apprentissage par les pairs aux cours magistraux. Libres, les élèves travaillent en groupes autour d’un tableau, s’entraident, apprennent ensemble. Le prof, de son côté, est au milieu, et se concentre sur les jeunes en difficulté. Cette idée de “classe mutuelle” lui vient à la lecture du “Dictionnaire de pédagogie” (1887). Un « enseignement simultané » figé depuis 1833 Gravure lithographiée vers 1830 « Une école d’enseignement mutuel » environ 25 x 30 cm, imprimerie Dambour et Gangel à Metz. Après avoir commencé à agencer différemment sa salle (il dispose les tables en îlots), il finit par changer sa façon d’enseigner. Pour lui, afin de “rénover l’éducation”, il faut d’abord “s’attaquer à ce problème de l’enseignement simultané.

https://www.vousnousils.fr/2017/06/23/classe-mutuelle-les-eleves-sexpliquent-tres-bien-les-choses-entre-eux-parfois-mieux-que-nous-604744

Related:  Éducation disruptiveanatoilesites à lireCollaborer en classeInnover et collaborer avec les outils numériques

Classe accompagnée : « mes élèves prennent un maximum de décisions » Professeur d’anglais au collège Max Jacob de Josselin, Alan Coughlin a plongé dans la marmite de la classe inversée – avant de transformer sa pédagogie en « classe accompagnée ». L’idée : rendre les élèves autonomes en leur donnant un maximum de liberté. Comment en êtes vous venu à pratiquer la classe inversée, puis la classe “accompagnée” ? J’ai commencé à enseigner en 2010. Changer la culture de compétition pour celle de coopération à l'école L’école est un drôle d’environnement. Objectivement, tous les élèves vont dans la même direction et essaient, en même temps, de réussir leur année scolaire. Pourtant, ce contexte qui devrait être un d’entraide devient souvent un de compétition. Les élèves comparent leurs notes, tentent d’être les meilleurs de la classe. Et puis, il y a les établissements qui sélectionnent leurs futurs apprenants par des tests de compétence, ce qui accentue ce sentiment de compétitivité entre étudiants.

Accompagner les collectivités et les acteurs de l'École dans la définition de leurs projets d'évolution, rénovation et construction d'écoles ou d'établissements scolaires De par les compétences qu'elles ont reçues dans les années 80, les collectivités ont investi le champ de l'architecture scolaire. Chaque année, de nombreuses constructions ou rénovations d'écoles, de collèges et de lycées sont programmées. Certains de ces projets prennent en compte de façon différente la place de la pédagogie, des usages des enseignants et le bien-être des élèves au sein de l'établissement ou de l'école. De la même façon, l'intégration du numérique dans ces constructions pose parfois certaines questions voire certains défis. Découvrir le site archiclasse.education.fr

Philippe Meirieu à Brest : pour une École de la coopération ? Le 30 janvier 2019, la Coopérative Pédagogique Numérique du Finistère et le réseau Prof@brest ont accueilli Philippe Meirieu, professeur émérite en sciences de l’éducation, pour une conférence sur le thème : « Quelle pédagogie pour répondre aux défis d’aujourd’hui et de demain ? » Dans un premier temps, Philippe Meirieu a pu découvrir le site pilote de la coopérative Interactik au lycée Vauban et échanger librement avec les enseignant.es de tous niveaux qui animent et accompagnent sa dynamique. Environ 400 enseignant.es ont ensuite assisté à la conférence qui s’est déroulée dans un amphithéâtre de l’Université de Bretagne Occidentale. Apprentissage et écriture collaborative Le monde collaboratif dans lequel nous avançons engage de nouveaux savoir-faire. Il s’agit d’apprendre à réussir collectivement pour surmonter des défis. Dans ce mouvement d’apprentissage collaboratif, l’écriture à plusieurs devient essentielle. Un seul individu porte une toute petite partie du réel. Nous avons besoin les uns des autres pour élaborer des pensées complexes et des solutions originales. Les compétences collaboratives

En France, dans un contexte caractérisé par des demandes éducatives plus nombreuses et plus variées, une attente sociale plus forte sur les résultats de l’école et de personnalisation des parcours qui rendent plus complexe la mise en œuvre des politiques d’éducation, l’innovation revient souvent dans l’actualité éducative. Jean-François Boulagnon, fondateur du collège expérimental Clisthène de Bordeaux, et Sandrine Doucet, directrice de l’Observatoire de l’éducation de la Fondation, analysent la place de l’innovation et de l’expérimentation pédagogique dans l’enseignement public. I - Les difficultés de l’école française et l’innovation Méthode Montessori - La pédagogie Montessori, c’est quoi Favoriser la confiance en soi, l’autonomie, tout en permettant à l’enfant d’évoluer à son propre rythme et en toute liberté. Telles sont les promesses de la pédagogie Montessori, que certains jugent trop débonnaire et permissive. En quoi consiste cette méthode d’éducation qui se veut placer l’enfant au centre des apprentissages ? Éléments de réponses avec Charlotte Poussin, éducatrice et directrice d’une école Montessori.

Première évaluation internationale des compétences collaboratives des élèves C'est un puissant appui à l'enseignement des compétences sociales à l'école que l'OCDE apporte avec ce nouveau volume de Pisa 215. Cette nouvelle évaluation incluse dans Pisa 2015 montre la capacité des élèves à travailler ensemble en collaboration. Une compétence qui semble à l'OCDE nécessaire pour s'insérer dans une économie moderne. Parmi les enseignements de cette étude, on notera le fort écart entre filles, aux compétences sociales plus développées, et garçons et aussi un lien établi entre EPS et compétences sociales.

Si vous recherchez un «outil collaboratif» dans Internet, vous serez assurément submergé par le flot de propositions : plusieurs centaines, avec chacune leurs caractéristiques imbattables. Certains services ne font qu’une seule chose, comme le partage d’écran, la présentation en 3D ou la vidéoconférence, alors que d’autres intègrent plusieurs fonctions différentes allant de la communication à la gestion de projet en passant par le dépôt de documents. En intégrant plusieurs services complémentaires, des géants comme Google et Facebook ont littéralement fait disparaître la plupart des services de petite taille. Qui utilise encore une application dédiée de chat ou de messagerie instantanée ? Certains services, comme la navigation partagée ou le partage de signets, se sont trouvé des niches mais la plupart, même excellents comme EditGrid, sont disparus.

La classe mutuelle et les enjeux du numérique Vincent Faillet est professeur agrégé de sciences en lycée. Avec ses élèves de lycée, il pratique l’enseignement en classe mutuelle. Dans un article publié sur The Conversation (Apprendre autrement : l’expérience de la « classe mutuelle »), il présente son enseignement des sciences en classe mutuelle, propose une mise en perspective historique de la classe mutuelle et interroge le rôle et la place du numérique dans les classes du 21ème siècle. Concernant la pratique de la classe mutuelle par Vincent Faillet et ses élèves, le reportage suivant laissant notamment la parole aux élèves parle de lui-même : Concernant l’organisation des périodes d’enseignement, les séances s’articulant généralement en trois temps forts : A propos des enjeux numériques, Vincent Faillet s’interroge :

Top 10 de mes usages de Padlet en classe Claudine C. a essayé de répertorier brièvement quelques-uns de ses usages de l’application Padlet en classe, en lycée, avec un ipad qui passe de main en main. Les plus de cette appli dans cette configuration une classe / un ipad, selon elle : Ça favorise la collaboration dans la classeÇa permet d’adapter le rythme : les groupes / élèves plus rapides remplissent le padlet dès qu’ils sont prêts, puis passent à l’activité suivanteTout est sur un seul mur - on peut facilement utiliser les billets postés par les élèves pour construire l’activité suivanteC’est très rapide à créer et très simple d’utilisation – critère essentiel !

Lecture : 3 minutes À ceux qui considèrent que le mariage d'amour entre le blog et la grande littérature est aussi impossible que celui prévu entre Roméo et Juliette, Jean-Michel Le Baut, prof de français au lycée de l'Iroise, répond depuis sept ans par i-voix. Cette page, aux quelque 17.000 entrées littéraires et modernes, intégralement façonnée par les lycéens successifs de la 1r e L, est un remède au fatalisme, un promontoire littéraire aussi vaste que le tarin de Cyrano et une claque aux augures noirs qui prévoient, depuis des décennies, une jeunesse dépourvue de culture. Dans la salle où luisent une bonne dizaine d'écrans, Jean-Michel Le Baut évoque la vie passionnante et passionnée de Louise Labé, poétesse pionnière n'ayant pas téléchargé la dernière appli en vogue. Pour cause, la femme de lettres a lâché la plume vers 1566 pour ne laisser vivre que ses oeuvres, thèmes récurrents pour étudiants en lettres.

Related: